Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Hinkson, Jake] L'enfer de Church Street

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

votre avis :

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Hinkson, Jake] L'enfer de Church Street

Message par seriephile le Sam 28 Mar 2015 - 22:18



Titre : L'enfer de Church Street
Auteur : Jake Hinkson
Editeur : Editions Gallmeister
Collection : Neonoir
Date de parution : 05/03/2015
Pages : 240


Quatrième de couverture :

Geoffrey Webb est en train de se faire braquer sur un parking. Et cette situation lui convient bien, il en redemanderait même. À son agresseur, il propose un marché : empocher les trois mille dollars qui se trouvent dans son portefeuille, le dépouiller de tout s’il le faut, en échange de cinq heures de voiture jusqu’à Little Rock, en Arkansas. Webb a besoin de se confesser. Ce braquage et ce pistolet pointé sur lui, il les mérite. Et il est prêt à expliquer pourquoi.

Mon avis :

Lorsque vous regardez ce livre, vous ne voyez qu'une chose sa couverture noire. Vous vous dites que cela est logique, puisqu'il appartient à la collection neonoir des Editions Gallmeister.
Lorsque vous avez fini de lire ce livre, vous vous dites alors que le choix d'éditer ce livre dans cette collection est une évidence, que cela tombe finalement vraiment sous le sens.
Même en regardant entre les lignes, en fouillant entre les pages, vous ne trouverez pas un soupçon de lumière dans cette histoire. Les personnages, sont tous particulièrement gluants, on n'a pas envie de s'y frotter, ils ne nous donnent pas envie de les aimer. L'un d'entre eux est d'ailleurs particulièrement pervers, vicieux, dégueulasse . Il s'agit de Geoffrey Webb, le narrateur. Cet homme est un parasite. Il intègre une congrégation religieuse dans laquelle il vit ses vices sans se faire remarquer, en manipulant les foules. Il est celui qu'on ne voit pas arriver, celui qui prend la parole par hasard, et qui partage avec nous, le lecteur, sa vie sans aucun complexe, avec une froideur qui parfois nous coupe le souffle.
Il n'y a pas à dire, L'enfer de Church Street porte bien son nom. L'auteur nous transporte aux confins des tourments de l'âme humaine pervertie et on espère, tout au long de la lecture, que ce Geoffrey Webb finira tout de même par goûter aux flammes d'un feu en permanence attisé par l'auteur.
avatar
seriephile
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1211
Age : 33
Localisation : près de la mer
Genre littéraire préféré : presque tous les genres...!
Date d'inscription : 29/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hinkson, Jake] L'enfer de Church Street

Message par Sharon le Sam 12 Mar 2016 - 23:12

Mon avis :

Road movie ? Pas vraiment. Geoffrey Webb est pris en otage, oui, mais le lecteur ne saura pas ce qui se passe pendant le voyage qui part de l'Oklahoma pour nous mener dans l'Arkansas. Nous aurons le départ – arme au poing – et l'arrivée – pas dans de meilleures conditions. Pendant le voyage, nous entendrons le récit de Geoffrey Webb. Je ne dirai pas sa confession : Webb ne cherche pas l'absolution, juste une oreille attentive.
Dire que la famille et l'église en prennent pour leur grade dans ce roman est presque un lieu commun. Parmi les hommes d'église que nous rencontrons, lesquels croient réellement en ce qu'ils disent ? Frère Card, certainement, sa femme aussi, et ils nous montrent que l'extrémisme religieux est partout. Bien que chrétienne, je me suis soudain sentie presque agnostique face à tant de rigidité. Ou comment l'on en vient à se disputer pour des broutilles tout en se disant croyant (« aime ton prochain comme toi-même » est passé depuis longtemps aux oubliettes). Pour les autres je reste réservée – et je ne parle même pas du narrateur, Geoffrey. Il maîtrise parfaitement le discours religieux, qui est devenu un automatisme langagier chez lui. Mais sa place dans cette petite église n'est qu'une étape pour satisfaire ses ambitions – toutes ses ambitions.
Ce n'est pas le suspens qui monte peu à peu c'est la tension, au fur et à mesure que l'étau se resserre autour de Webb. Il a eu une jeunesse difficile, il nous l'a raconté, ou plutôt il l'a raconté à son preneur d'otage. Ce n'est plus une excuse dans la mesure où quasiment tous les personnages ont eu une jeunesse difficile ! Bienvenue dans l'Amérique bien profonde, celle qui n'a même pas conscience de l'être. J'ai vraiment adoré ce livre, en dépit de toutes les horreurs qu'il racontait – ou grâce à elle ? N'hésitez pas, et venez à votre tour à Church street !
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7372
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum