Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Mingarelli, Hubert] La route de Beit Zera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Mingarelli, Hubert] La route de Beit Zera

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Mingarelli, Hubert] La route de Beit Zera

Message par lalyre le Mer 15 Avr 2015 - 19:43

[Mingarelli, Hubert]
La route de Beit Zera
Editions Stock 7 janvier 2015
ISBN 978 2 234 07810 9
156 pages
Quatrième de couverture
Stepan vit avec sa chienne quelque part en Israël dans une maison isolée près des bois. Il écrit chaque jour à son fils Yankel, forcé de se cacher à l’autre bout du monde. Il raconte ainsi sa vie de solitude et dit son espoir, un jour, de le retrouver. En faisant face à son chagrin, il se souvient de l’époque où il contrôlait les Palestiniens aux postes-frontières, éprouvait de la haine, de la honte ou de la compassion.
Depuis quelque temps, un adolescent mystérieux lui rend visite et s’attache peu à peu à la chienne. Livre de la paternité et de la transmission, il aborde la question de la séparation, celle d’un père et d’un fils mais aussi celle des peuples qui vivent avec les fautes commises par leurs aînés. Et dit, à hauteur d’homme, la vie quotidienne éprouvée par le conflit israélo-palestinien.

Mon avis
Pas beaucoup de personnages dans cette histoire dont le thème principal est la solitude, car les jours se suivent inlassablement pour Stepan, Oh bien sûr son ami Samuelson tous les mois boire une bouteille avec lui. Il y a aussi sa vieille chienne qui arrive à la fin de sa vie, il espère revoir un jour son fils exilé. Amghar est un enfant qui apparaît soudainement à la lisière de la forêt. Je dirai que l’ambiance est assez triste, on imagine le cœur meurtri du vieil homme et de son ami blessés dans leur âme, douleur intime sous le frôlement du conflit Israélo-Palestinien, sur le bref instant du meurtre commis par le fils. Beaucoup d’humanité et un fond de situation historique se dégagent de ce court roman que j’ai trouvé réaliste et que j’ai apprécié…

avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5696
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum