Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Whitmer, Benjamin] Cry Father

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Whitmer, Benjamin] Cry Father

Message par Cassiopée le Lun 20 Avr 2015 - 1:37




Cry Father
Auteur : Benjamin Whitmer
Traduit de l'américain par Jacques Mailhos
Éditions : Gallmeister (Mars 2015)
Collection : Néonoir
320 pages
ISBN : 978-2-35178-089-3

Quatrième de couverture


Depuis qu’il a perdu son fils, Patterson Wells parcourt les zones sinistrées de l’Amérique pour en déblayer les décombres. Le reste du temps, il se réfugie dans sa cabane perdue près de Denver. Là, il boit et tente d’oublier le poids des souvenirs ou la bagarre de la veille dans un bar. Mais ses rêves de sérénité vont se volatiliser lorsqu’il fera la rencontre du fils de son meilleur ami, Junior, un dealer avec un penchant certain pour la bagarre. Les deux hommes vont se prendre d’amitié l’un pour l’autre et être peu à peu entraînés dans une spirale de violence.

Mon avis

Rien ne s'arrête, jamais ….


Face à la mort d'un enfant, le couple se resserre sur lui-même, s'épaule, dialogue ou parfois éclate.
Chacun sa façon d’appréhender le deuil.

« Elle aime envisager le deuil comme un voyage, ta mère. »
Voilà ce qu'écrit Patterson Wells dans le journal qu'il tient et où il parle à son fils décédé.
Pour lui, c'est différent :
« C'est comme si on m'avait enlevé une pièce et que je continuais à marcher sans but en attendant juste de m'effondrer sur moi-même. »
Il écrit à son fils, comme si c'était le seul moyen de le faire encore vivre, de peur de l'oublier ?
Il le dit lui-même, écrire c'est un peu comme lorsqu'il lui racontait des histoires, un moyen de tisser un lien.  
« Si je ne te racontais pas ces histoires, je n'aurais rien. Si je m'arrête, tu t'en vas. »

Dans ces pages très intimes de ce journal qui n'en est pas un, mais plutôt une lettre ouverte à l'enfant qui a été, qui aurait pu être s'il avait eu le temps de grandir, ce père crie sa douleur. Sa peur du silence, le vide l'absence,  son angoisse de « perdre » l'image du visage aimé et la vie et le temps qui continuent de s'écouler malgré tout.... Et en criant sa douleur, il crie aussi son amour....

Parallèlement à ces écrits où le père s'exprime, il y a le récit des événements présents. « La fuite en avant » de cet homme écorché vif, qui ne peut pas pardonner, qui s'abrutit dans le travail, l'alcool, qui s'installe loin de la ville, qui se retire avec son chien comme si la vue des êtres humains lui était insupportable,  qui se nourrit de sa souffrance. Il n' a plus rien, ni personne, à quoi, à qui  s'accrocher, il n'accepte les mains tendues de personne, il se fuit, de peur de se retrouver face à lui-même....

Et puis, un jour, une rencontre, avec quelqu'un de perdu, comme lui, mais pas pour les mêmes raisons... Et la spirale qui s'installe, celle dont ils se servent, ces deux paumés de la vie, pour avancer, être dans le temps présent, faire mal ou se faire mal physiquement pour oublier ou atténuer la douleur morale...
On ne guérit pas de l'absence, on ne l'apprivoise pas non plus, on fait avec parce qu'on n'a pas le choix et que c'est ainsi et qu'il faut bien continuer la route... 

Ce roman est écrit de main de maître, sans concession aucune. Les situations sont brutes, les mots frappent, cinglent, touchent au plus profond, l'horreur monte... Et pourtant, l'humanité est là, entre les lignes, présente dans les personnages qui essaient d'aider ces hommes, qui les abordent pour les apprivoiser, pas à pas, car ils ne se laissent pas approcher tant ils sont « brisés ».... Il y a également de temps à autre, comme une mini éclaircie dans tout ce noir, comme une lueur... Oh, pas une lueur d'espoir, non, pas ça, ce n'est pas possible, plutôt comme une accalmie, une pause au milieu de toutes ces choses sombres, tristes ... mais elles ne suffisent pas pour reprendre son souffle....

C'est un roman qui secoue, qui remue le cœur mais également les tripes... La violence est très forte, le pardon paraît impossible, la rédemption inaccessible....  Et pourtant on s'attache aux protagonistes , on espère en eux, pour eux....

Lorsque j'ai lu le premier chapitre, j'ai pris la violence et la grossièreté en pleine face et j'ai pensé que ce roman et moi n'allions pas faire bon ménage. C'était sans compter sur Patterson, un père qui écrit, qui se met à nu, qui se punit sans doute parce qu'il imagine qu'il aurait pu, dû, faire d'autres choix et changer le cours des choses même s'il sait bien que …. 

Rien n'est jamais acquis à l'homme
Ni sa force Ni sa faiblesse ni son coeur
Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix (Louis Aragon)
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8806
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Whitmer, Benjamin] Cry Father

Message par Invité le Lun 20 Avr 2015 - 1:43

Félicitations sincères pour cette critique Cassiopée. Je me le note Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum