Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Hasekura, Isuna] Spice & Wolf - Tome 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Hasekura, Isuna] Spice & Wolf - Tome 1

Message par Sharon le Lun 25 Mai 2015 - 21:32


Titre : Spice & Wolfe, tome 1.
Auteur : Isuna Hasekura.
Editeur : Ofelbe.
Nombre de pages : 470.

Présentation de l'éditeur :

Déesse de la moisson, Holo est une louve qui peut prendre l’apparence d’une attirante jeune fille. Délaissée par les paysans de son village pour qui les vieilles légendes ne servent plus qu'à effrayer les enfants, Holo décide de rejoindre son village natal dans les terres du Nord à bord de la carriole d’un marchand itinérant, l’énigmatique Lawrence Kraft. Tandis qu’ils découvrent de nouveaux horizons en troquant leurs cargaisons de ville en ville, le duo va apprendre à se connaître et rapidement devenir très complice. Mais méfiance : les faux-semblants, les arnaques et les dangers bordent leur chemin... Le talent divin de Holo pour comprendre la nature humaine sera bien utile pour éviter les mauvais pas et les deal douteux !
Êtes-vous prêts à suivre cette charmante déesse dans un voyage initiatique parsemé de plaisirs simples, de rencontres, mais aussi de dangers ?

Mon avis :  :

J'ai lu ce titre parce que j'avais découvert les enfants-loups de Mamoru Hosada. Je pensais avoir autant de plaisir de lecture avec ce livre, ce ne fut pas vraiment le cas.
Je pensais véritablement qu’Holo serait le personnage principal de ce roman, j’ai aimé les moments du récit où elle était au premier plan. Elle est attachante, cette divinité que certains honnissent, parce qu’ils ne comprennent pas tout au rythme de la nature. Courageuse, combattive, elle sait ce qu’elle risque – l’Eglise veille à l’élimination de tous ceux qui ne sont pas dans la norme – et n’hésite pas à se mettre en danger pour protéger Lawrence Kraft.
Celui-ci est un marchand itinérant qui rêve de se stabiliser, d’ouvrir sa propre boutique, pour avoir enfin un « chez lui ». L’une de ses craintes ? Retourner d’où il est originaire et découvrir que personne ne le reconnaît, voire même que cet endroit n’existe plus. Il prend des risques pour accroître son capital (on peut difficilement être un marchand ambulant et riche) et grâce à Holo, parvient, parfois, à négocier mieux qu’il ne le pensait.
Et c’est là que je me suis ennuyée. Je m’attendais à un voyage, j’ai lu des pages et des pages où il était question de monnaie, de cour de la monnaie, de tractation, de taux de change… Presque toute la première partie a pour sujet le commerce ! Et la première moitié de la seconde partie n’est pas en reste. Si l’on peut trouver passionnant cette vision du commerce, ces associations, qui protègent ou non les leurs, ces règles strictes, elles ne m’ont pas vraiment apportée le plaisir de lecture attendu.
Quant aux rencontres… Ce qui m’a frappé, c’est que les personnages sont irrémédiablement seuls. Lawrence ? Il n’a pas de famille, pas ou peu d’amis, juste un marchand, Jacob, qui l’a formé, mais ce n’est pas pour cette raison qu’on peut le qualifier d’amis. Holo ? Elle essaie de rentrer chez elle. Zehren, Martin Liebert ? Ils sont des marchands eux aussi, mais ont-ils une famille, une femme, des enfants ? Il n’en est guère question dans ce roman. Les personnages féminins sont rares, ne serait-ce que parce que le monde des marchands est essentiellement masculin, que ce soit à cause de sa dureté ou les préjugés de cette époque, à la fois médiéval et classique (au sens européen du terme). L’Eglise veille à asseoir son pouvoir, traque ceux, ou plutôt celles qu’elle soupçonne de sorcellerie, et il ne faut pas grand chose pour attirer son attention. Si je parle aussi « d’époque classique », c’est parce que les peines encourues par Lawrence s’il ne parvient à régler ses dettes m’ont rappelé celles pratiquées au temps de Louis XIV. Et curieusement, bien que sa vie, et celle d’autres personnages sont en jeu, je n’ai pas réussi à m’attacher à lui, ou aux autres humains, sans doute à cause de leur manque d’empathie, de leur absence de solidarité, et de leur manière de se servir les uns des autres.
Spice & Wolfe, ou une rencontre ratée.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7510
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum