Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Besson, Philippe] Vivre Vite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous aprécié ce livre?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Besson, Philippe] Vivre Vite

Message par Ancalina le Dim 21 Juin 2015 - 13:51



Vivre Vite
Ed. Julliard
nbr de pages: 238
isbn: 2-260-02396-7
Parution: 2 Janvier 2015

Quatrième de couverture:
« Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain... »
Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d'une beauté irrésistible, qui s'est donné à tous, sans jamais appartenir à personne : un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

Mon avis :
Je voulais commencer un livre de cet auteur... James Dean m'a paru un très bon choix pour ça et je ne me suis pas trompée. Que vous ayez vu ses films ou non, vous serez tout de suite emporté par son histoire, par l’Amérique des années 40, puis le cinéma des 50's.
Vivre vite, c'est une suite de témoignages imaginaires, de sa famille, des  ses amis, de ceux qui l'on côtoyé et  de James Dean lui-même.
Sa personnalité  est décortiqué, puis son parcours de comédien, de ses débuts dans une troupe de théâtre amateur jusqu'à sa consécration sur grand écran. Par une suite de phrases courtes, comme le fût sa vie, on est emporté irrémédiablement par la beauté et la complexité de ce jeune homme si difficile à cerner. Un bémol, beaucoup de redondance dans certains témoignages ou le rappel sans cesse de sa fin tragique même lorsque l'on parle de son enfance...
J'ai aimé que l'on ai un aperçu de ce que pensaient ses pairs (Marlon Brando, Natalie Wood)  de ses prestations (notamment dans "La fureur de vivre" inoubliable pour moi) même si cela reste tout relatif étant imaginé par l'auteur.
Car évidemment James Dean reste avant tout un mythe, insaisissable, il nous fascine. Smile
avatar
Ancalina
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 29/04/2015

http://www.thepearloflight.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Besson, Philippe] Vivre Vite

Message par Sharon le Dim 26 Juin 2016 - 18:14

Mon avis :

Autant je n'avais pas aimé le premier livre que j'ai lu de Philippe Besson, autant j'ai apprécié celui-ci. Biographie romancée de James Dean, Vivre vite laisse place, toute la place à James Dean, et à ceux qui l'ont connu, ou croisé simplement et en ont gardé un souvenir, une empreinte. Construit de manière circulaire, ce roman donne la parole à la première personne qui l'a aimé, encouragé, qui a cru en lui et se referme sur une dernière parole pour elle : sa mère, Mildred, disparue prématurément alors que James Dean, fils unique, n'avait que neuf ans. Son père était plus distant, géographiquement (James sera élevé par son oncle et sa tante) et humainement : il veut que son fils fasse des études "sérieuses", du droit, non du théâtre. La suite, nous la connaissons, et pourtant, nous redécouvrons le parcours de ce jeune homme, insaisissable souvent imprévisible presque tout le temps. L'auteur ne cache pas ses amours masculines, ce que certains jugent "de bon ton" d'ignorer. Il ne cache pas non plus ses amours féminines - pas de partie pris, mais le récit de la vie d'un jeune homme qui avait des mentors féminins, et non masculins, telles que sa première professeur de théâtre ou ses agents successives. L'auteur se garde bien de juger, mais n'oublie pas que, si certains l'ont admiré, aimé, protégé, d'autres l'ont détesté - presque pour les mêmes raisons.
Je terminerai par cette citation :
"On me répondait qu'il vaut mieux une vie brève et bien remplie qu'une longue existence morne. Oui, peut-être. mais ça ne m'a jamais consolé"
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7644
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum