Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Mabardi, Veronika] Les Cerfs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Veronika, Mabardi] Les Cerfs

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Mabardi, Veronika] Les Cerfs

Message par zazy le Mar 3 Nov 2015 - 23:05


Les cerfs
Veronika Mabardi
Dessins d’Alexandra Duprez
Esperluète éditions
Septembre 2014
184 pages
ISBN : 9782359840513

4ème de couverture :
Blanche ne parle pas, c’est ce qu’ils disent. Ils ont tout essayé.

C’est arrivé peu après la mort de la mère. Blanche n’a plus parlé. En dernier recours, le père l’a confiée à Annie, qui vit dans une petite maison, loin de la ville. Un robinet qui fuit, l’odeur du pain qui cuit, un renard aux aguets sous le saule, un cheval dans l’enclos, les cerfs cachés entre les arbres, un amoureux inquiet dans la menuiserie, les silences compliqués et ceux qui sont simples comme l’air… Là-bas, entre la prairie et la forêt, entre Annie et son homme, Blanche retrouvera peu à peu le chemin des mots.
L’auteur :
Veronika Mabardi explore dans son premier roman les thèmes qui lui sont chers : la parole qui guérit, l’enfance et la nature, les filiations qui nous construisent… Alexandra Duprez l’accompagne de ses dessins. Leurs univers se croisent à merveille et une véritable connivence formelle se construit, entre elles deux, au fil des livres et du temps.
=========

Son père et son frère le disent : « Elle a cessé de répondre, c’est tout ». Quelque chose est parti avec la mort de sa mère. « Les paroles c’est pour s’arranger avec la vérité quand ça coince. » et maman n’est plus là pour consoler, alors, tout reste à l’intérieur de Blanche, plus rien ne sort.
Blanche a mal, elle est douleur. Plus personne ne prendra soin d’elle comme sa mère. Son père et son frère emmurés dans leurs propres chagrins ne le peuvent pas. Alors, ils la confient à Annie pour qu’elle essaie de guérir Blanche.
Anne essaie d’apprivoiser Blanche. Blanche a sa place devant la fenêtre et regarde le chemin. Elle sait qu’elle ira dans le bois plus tard.
Annie parle pour deux et attend « Monamour ». « Monamour » ! Entre eux, le regard est éloquent. Monamour est jaloux de la place qu’a prise Blanche dans la vie, la maison d’Annie. Il ne s’y retrouve plus et puis, il y a l’enfant, là sans être présent mais qui prend une place énorme entre eux. Lorsque Monamour devient Ian, tout devient possible avec Blanche. Ces deux-là s’apprivoisent petit à petit. Blanche lui apprend l’attachement, lui, lui apprend la mort, la vie. Pourtant, au début, ce n’était pas gagné.
Annie l’enlace, l’entrave de ses bras, de ses mots. Ian la libère. Ils forment un drôle de trio, une drôle de famille. Ça les fait rire lorsque le restaurateur leur trouve des ressemblances, ça ressemble au bonheur ? C’est un petit bonheur.
Un jour Ian est parti, Annie se vautre dans son chagrin. Blanche attend, apprivoise la forêt, et se ré-apprivoise par la même occasion. Là, elle peut jeter les mots qui sont en elle, apprivoiser la sauvagine qui est en elle, accepter la mort de sa mère.
Ian a tout deviné, pas besoin de paroles entre eux « Quand on parle, ça abîme des choses ». Ian, l’éternel fugueur sera le point d’ancrage de Blanche. Il le lui a dit « je te donnerai mon numéro de téléphone. Si tu m’appelles, je répondrai. N’importe quand, même dans dix ans. Même quand tu seras vieille. Si je suis vivant, je répondrai. Même si je ne sais pas quoi dire ».
C’est une histoire d’amour entre eux, un amour pur, filial. Ils se sont choisis, ils n’oublieront jamais.
Lorsque je suis arrivée à la fin, une grande émotion m’a fait dire « C’est beau ». C’est aussi bête que ça. Oui, c’est beau. L’écriture de  Veronika Mabardi est belle, poétique, j’y ai senti des absences, des hésitations, des approches beaucoup d’amour.
Les dessins d’Alexandra Duprez, noirs et blancs, faits de traits, tirets, comme ces cartes postales brodées, soulignent et interprètent les phrases, comme celle de leurs  ressemblances.  
Un livre tout en délicatesse. Un coup de cœur.

L’esperluète est un mot chantant, orthographe lorraine, qui, avant de désigner le & était le moyen mnémotechnique donné aux enfants pour réciter l’alphabet où, après le Z, figuraient les mots latins et, per se, et. Si j’extrapole, je dirai que les Editions Esperluète éditent des livres qui vont au-delà de Z. Les Cerfs en est l’illustration parfaite.


Dernière édition par Nisa le Sam 7 Nov 2015 - 13:12, édité 2 fois (Raison : Correction sondage, titre, suppression image non hébergée (Cassiopée) + ajout image hébergée (Nisa))
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mabardi, Veronika] Les Cerfs

Message par Nisa le Sam 7 Nov 2015 - 13:13

Remplacement de l'image non hébergée par une image hébergée.
Edit: après recherches, je déplace de "divers" à "littérature générale".

_________________
Mes challenges en cours:      
avatar
Nisa
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 5477
Localisation : sous la couette avec un bon bouquin
Date d'inscription : 18/02/2012

https://nisalectures.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum