Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Tiab, Ahmed] Le Français de Roseville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Tiab, Ahmed] Le Français de Roseville

Message par Cassiopée le Dim 24 Jan 2016 - 20:44



Le Français de Roseville
Auteur : Ahmed Tiab
Éditions de l'Aube ( janvier 2016)
Collection : L’Aube Noire
256 pages
ISBN : 978-2-8159-1357-7

Quatrième de couverture


Oran, Algérie. Le commissaire Kémal Fadil est appelé sur un chantier de rénovation du quartier de la Marine, où viennent d’être retrouvés des restes humains datant vraisemblablement des années 1960. Il semble qu’il s’agisse d’un enfant qui portait autour du cou un crucifix. L’enquête ne s’annonce pas simple ! En réalité, elle avait été commencée bien plus tôt, menée par des policiers français…

Mon avis

« L’histoire récente de notre pays, celle avec un grand H, c’est comme de la dynamite qu’on doit manier avec précaution. »

1953, les années « soixante », 2013 : trois époques pour une même ville, pour un même pays et une évolution énorme en peu de temps finalement. Quels événements peuvent relier ces trois périodes et est-ce qu’il est nécessaire de remuer le passé ?

Le commissaire Kémal Fadil se retrouve confronté à une situation peu habituelle pour lui : enquêter sur des restes humains découverts lors d’un chantier. On ne lui en demande pas tant, s’il peut enterrer cette histoire assez vite pour que les travaux continuent, ce serait aussi bien. Et puis à quoi bon refaire l’Histoire ?

Est-ce à cause de la présence d’un corps d’enfant, porteur d’un petit crucifix, est-ce parce qu’il est opiniâtre ? Toujours est-il que Kémal commence ses investigations, et à sa suite nous allons revisiter plusieurs « âges » de l’Algérie. C’est sans doute ce qui est le plus intéressant dans cet opus, l’intrigue policière servant de fil conducteur pour nous promener dans le temps.

«Je pense que le type du ministère et ses chefs aimeraient savoir ce qui s’est passé rue des Bougainvillées par simple opportunité historique ; soit les premiers résultats sont intéressants et on continue, soit ça pue et on enterre. »

Le commissaire est parfois bouillant d’impatience, pressé d’obtenir ce qu’il quête. De rendez-vous en coups de fil, en passant par des observations et des tâtonnements, il avance doucement mais sûrement. A côté de cela, on le voit dans son quotidien. Kémal a découvert petit à petit la personnalité de sa mère (une des premières féministes ?) et ce qu’elle a vécu. Nous, c’est par des bonds dans le passé que tout cela nous apparaît et nous permet de mieux comprendre ce qui se déroule « ici et maintenant ». Le pays a eu des relations tourmentées, compliquées avec certains français, comme celui de Roseville, un breton, qui semble avoir trempé dans quelques combines. Le colonialisme, ce n’est jamais simple, il faut que chacun reste à sa place en respectant celle de l’autre et les distances de rigueur, forcément, ça c’est compliqué. Ce sont ces rapports humains, où il peut être nécessaire de marcher sur des œufs qu’évoque l’auteur. Et il le fait avec intelligence et délicatesse. Son écriture est lumineuse, précise, décrivant avec doigté une atmosphère différente selon les époques évoquées. J’ai trouvé très complémentaire à l’intrigue de ressentir l’ambiance des années présentées, les ressentis des hommes face à des événements qu’ils ne maîtrisent pas nécessairement et qui leur semblent obscurs de temps à autre.

On sent que tout serait plus facile si le corps trouvé n’avait pas porté un crucifix. Entre les lignes, sont suggérés les non-dits, les conflits, le mal-être, les contradictions d’une population qui ne sait plus parfois, à qui, à quoi, se rattacher… Lorsque l’auteur écrit (page 53) : « Les deux peuples, algérien et français, enfin unis…par les liens cathodiques. », il exprime toutes les difficultés d’un peuple pour ne devenir qu’un…..

L’auteur a très bien su gérer ses protagonistes, on est loin des clichés et ils sont tous « humains », pas du tout caricaturaux. C’est avec bonheur que je retrouverais Kémal, sa mère et son amoureuse ainsi que la plume de l’auteur qui les fait vivre…..
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8990
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Tiab, Ahmed] Le Français de Roseville

Message par lalyre le Lun 25 Jan 2016 - 0:34

Hum Cassiopée, ce roman ne me paraît pas mal, je note, merci flower
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5837
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum