Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Camilleri, Andrea] Commissaire Montalbano - Tome 23 : Jeu de miroirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Camilleri, Andrea] Commissaire Montalbano - Tome 23 : Jeu de miroirs

Message par Sharon le Sam 6 Fév 2016 - 12:18



Titre: Jeu de miroirs.
Auteur : Andrea Camilleri
Edition : Fleuve noir
Nombre de pages : 230 pages.

Mon résumé :

La rivalité entre les deux familles mafieuses de Vigatà semblait terminer. Et bien non ! Elle continue, sur fond de trafic de drogue. Mais ce n’est pas le problème principal de Montalbano : il doit d’abord s’occuper de deux explosions qui, si elles n’ont fait aucune victime, n’en demeurent pas moins hautement problématique. N’oublions pas non plus la charmante nouvelle voisine de Salvo, qui lui manifeste beaucoup (trop) d’intérêt.

Mon avis :

J’aime les romans d’Andrea Camilleri, et peu m’importe le résumé ou les critiques : je les achèterai et les lirai le plus rapidement possible. Jeu de miroirs n’a pas fait exception à la règle, et je ne le regrette pas. J’aime retrouvé Mimi, Fazio, et bien sûr l’inénarrable mais finalement indispensable Catarella.
Il semble pourtant ne strictement rien se passer – ou presque. Des explosions, sans aucune victime, sans mobile apparent, ou plutôt avec un mobile que l’on a pris tant de peine à dissimuler que Montalbano se doit de ne surtout pas se laisser éblouir par tout ce qu’on lui montre.
A ce petit jeu, sa toute nouvelle voisine est experte. Elle fait tout pour l’attirer dans ses bras, de manière subtile d’abord puis… nettement moins. Le problème pour Montalbano n’est pas tant d’être dupe – il ne l’est pas, et peut aussi bien enquêter sur sa propre vie privée que sur une enquête policière. Le problème est de résister – la chair est forte, elle ne se laissera pas dominer si facilement par la raison.
Comédie ou tragédie ? Au début de l’intrigue, la première domine. On peut presque entendre les portes claqués, dans le chassé-croisé des maris et des amants. Même les appels de Livia, l’éternelle fiancée, vire systématiquement à la scène de ménage. Puis, peu à peu, la tragédie s’insinue dans l’intrigue, comme si, en dépit du temps qui passe, en dépit des nouvelles manières de s’enrichir en contournant la loi ou de pourrir la vie des enquêteurs en utilisant les moyens de communications modernes, certains regrettaient le bon vieux temps des bons vieux règlements de compte.
Jeu de miroir plaira aux fans du commissaire – et j’espère qu’il lui permettra d’en avoir d’autres !
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7508
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum