Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bablon, Jacques] Rouge écarlate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Bablon, Jacques] Rouge écarlate

Message par Cassiopée le Mar 23 Fév 2016 - 18:05



Rouge écarlate
Auteur : Jacques Bablon
Éditions : Jigal (Février 2016)
Collection : Polar
Nombre de pages : 192
ISBN : 979-10-92016-60-4

Quatrième de couverture


Elle mange une fraise. Un délice ! N’aurait pas dû. Un piège tendu par une ordure. Salma, trentenaire canon et forte tête, s’en tire avec quelques côtes et le nez cassés. Un avertissement. Courir comme une dératée lui suffira-t-il à échapper au pire ? Joseph, son père, est assailli par une envie de flinguer le mec d’à côté et d’étrangler Rosy qui ne le fait plus bander. Pourrait être amené à changer de cible. Marcus, le fameux voisin, faux expert-comptable et vrai salaud, fait dans l’import-export de produits prohibés, un milieu difficile où l’on ne peut espérer vivre vieux. À ses côtés, la fameuse Rosy, maman dévouée, pas aimée comme elle devrait. Leur petit garçon s’appelle Angelo, mais personne n’a dit qu’avoir quelque chose d’un ange protégeait des balles. À chacun sa petite maison… Un matin, ça canarde à la chevrotine dans l’une, l’autre est ravagée par les flammes. Pour les rescapés, le début de la cavale…


Mon avis

Une fraise peu anodine….


L’écriture est drue, âpre, rocailleuse sous la langue mais au combien tendre malgré tout. Le phrasé est elliptique, concis, de temps à autre déterminants et pronoms sont omis. Parfois, ils reviennent, le temps de se poser, d’offrir une rapide description ou un mini état d’âme. Cette alternance n’est en rien dérangeante, bien au contraire, elle apporte un double regard sur ce qui défile sous nos yeux. En quelques phrases courtes, succinctes, un décor et une ambiance sont installés. Avec son style, brut de décoffrage, Jacques Bablon fait celui qui est détaché, comme s’il ne s’occupait pas de ses protagonistes mais on sent combien il tient à eux.

Ancré dans une vraie vie pas toujours facile, son récit nous emmène très vite au pays des petits malfrats, des combines discrètes et pas nettes, des ouvrières exploitées, des clins d’œil au voisin ou à la voisine pour retrouver un semblant d’envie sexuelle … mais aussi au pays de la solidarité, la vraie, celle qui offre sans compter, sans attendre quoi que ce soit en retour.

On pourrait penser que cette façon d’écrire, incorrecte si on suit les principes grammaticaux, lexicaux, et la belle langue française, va déranger, être désagréable à lire… Et bien, pas du tout ! C’est assez surprenant mais on adhère à cette forme d’écrit dès les premières lignes. Pourquoi ? Sans doute parce qu’une immense humanité se dégage des individus, enfin de presque tous… D’ailleurs a bien y réfléchir, ceux qui n’en ont pas une once, et bien, la plupart du temps, ils n’ont pas de nom et on ne sait pas grand-chose d’eux. Comme si l’auteur ne voulait même pas prendre le temps de parler de gens comme ça, de nous les présenter parce qu’ils n’en valent pas la peine. D’ailleurs, c’est l’impression globale qui se dégage de ce roman, le rythme est rapide, comme s’il fallait (d)’écrire dans l’urgence, car le temps presse, l’action est là et il ne faut pas tergiverser, mais aller à l’essentiel : la vie des hommes. Avec son lot d’erreurs, de choix, de ratés, de risques, d’aléas, de réussites, de sourires et de détresse….

En ce qui concerne les personnages, on sait ce qu’il faut pour qu’on ait envie de les aider, de les aimer ou de les haïr. Pas de demi-mesure là non plus. Plusieurs intrigues sont mêlées mais tout reste fluide, rien d’alambiqué, pas de détails superflus. On reste dans le concret, avec un froid réalisme.

J’ai plus qu’apprécié cette lecture, elle m’a conquise et une fois encore, je suis étonnée des pépites littéraires que la maison Jigal propose. Cet opus est noir, mais un noir qui n’oublie pas les couleurs de l’arc en ciel, vous savez, celui qui arrive toujours, avec un rayon de soleil, après l’obscurité des orages…..


avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8817
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bablon, Jacques] Rouge écarlate

Message par Astazie le Mar 23 Fév 2016 - 18:30

Merci Cassiopée, je le note dans mes achats. Smile
avatar
Astazie
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1753
Age : 62
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : lectures et autres !
Genre littéraire préféré : Lectures diverses
Date d'inscription : 23/01/2010

https://livresdunjourblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum