Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Burke, James Lee] Prisonniers du ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Burke, James Lee] Prisonniers du ciel

Message par Sarfre le Jeu 24 Mar 2016 - 17:17



Auteur : James Lee Burke
Editeur : Rivages
Collection : Rivages/Noir
Nombre de pages : 352

Présentation :

Un petit bimoteur s'écrase dans les marais salants de Louisiane. A son bord, deux femmes venues clandestinement du Salvador, un prêtre, l'homme de main d'un caïd de la Nouvelle-Orléans et une petite fille. En sauvant l'enfant de la noyade, et en décidant, avec sa femme Annie, de la garder, l'ex-lieutenant de la criminelle, Dave Robicheaux, ne sait pas qu'il va mettre sa famille en péril et déchaîner les forces du mal.


Mon avis :

2ème volet de la série Dave Robicheaux et premier livre de l'auteur pour ma part. L'intrigue se déroule dans le Bayou en Louisiane, plus précisément à New Ibéria, petite ville proche de Lafayette. Le personnage principal, Dave Robicheaux, est assez brut de décoffrage et bourru, pas le genre de mec qu'on embête impunément, un vrai dur quoi. Têtu, obstiné et monolithique. Pas vraiment le genre de personnage que j'affectionne particulièrement.
Les descriptions m'ont semblé ennuyeuses et la trame de l'histoire est assez classique, sans beaucoup de rebondissements. C'est pas mauvais mais un peu monocorde, pour ne pas dire monotone. Bref pas vraiment un coup de cœur. A réessayer peut être plus tard avec un autre livre de la série.

5/10
avatar
Sarfre
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 507
Age : 41
Localisation : Metz
Emploi/loisirs : Informatique
Genre littéraire préféré : Romans classiques, contemporains; Sciences humaines; Fantasy; Policier, Thriller.
Date d'inscription : 14/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Burke, James Lee] Prisonniers du ciel

Message par Sharon le Dim 24 Juil 2016 - 9:35

Mon avis :

Prisonniers du ciel est le second tome de la série Dave Robicheaux, et à lire le début de cet opus, on peut légitimement se demander comment Dave a pu redevenir l'enquêteur que l'on connaît par la suite. Il n'est plus policier, il tient un magasin d'articles de pêche. Il est marié à Annie, originaire du Kansas. Il ne boit plus depuis un an. Bref, une vie paisible. Jusqu'au jour où un petit avion s'écrase dans le bayou. Dave plonge, cherche des survivants, et trouve une petite fille dont la mère a réussi à maintenir la tête dans une poche d'air. Cette petite fille, qui a vu des choses que personne ne devrait voir dans son pays d'origine, sera leur fille, à lui et Annie, Alafair Burke (comme la mère de Dave).
Seulement, on ne va pas les laisser tranquille. Par « on », je n'entends pas l'équivalent de la DDASS, j'entends l'immigration et les stups. Ils soupçonnent que Dave Robicheaux ne leur dit pas tout, et lui sait très bien que ces gentils enquêteurs ont dissimulé un des corps. Pourquoi ? Comment ? Et si cet accident n'en était pas un ?
Certains n'ont pas compris qu'il n'y avait aucun intérêt à ne pas laisser tranquille Dave et sa famille, à le menacer ou à menacer des personnes auxquels il tient, surtout quand les menaces passent à exécution.
Violent, ce roman policier ? Oui. Gore ? Non. La complaisance n'a pas droit de cité dans les romans de James Lee Burke. Il ne s'agit pas non plus de se voiler la face : la Louisiane n'a rien à voir avec un dessin animé de Walt Disney. Les forces de police sur le terrain font ce qu'elles peuvent, quand elles ne sont pas elles-mêmes les victimes désignées des petits truands, proxénètes qui ne risquent pas grand chose, et n'ont peur de rien. Courage ? Non, bêtise pure : « Les saints ne prennent pas les avertissements en compte, car ils les considèrent comme non pertinents.Les imbéciles ne les prennent pas en compte parce qu'ils sont convaincus que les éclairs qui dansent à travers le ciel,le tonnerre qui roule à travers les forêts ‘existent que pour donner à leur existence un peu de piquant de quelque mystérieuse façon. »
La violence envahit le récit – mais n'était-elle pas là dès le début, même bien avant que le récit commence, dans les cauchemars de Dave, dans le vécu d'Alafair. Certes, ce n'est beau ni à voir ni à entendre mais j'emprunte à nouveau les mots de James Lee Burke qui dit les choses bien mieux que moi : « La plupart des gens pensent à la violence comme à une chose abstraite. La violence n'est jamais abstraite. Elle est toujours laide, elle avilit, elle déshumanise toujours, elle choque toujours, elle répugne et laisse les témoins qui y sont confrontés nauséeux et secoués. C'est le but recherché. »
Que reste-t-il à la fin du récit ? L'espoir ? Peut-être. La vérité, sûrement, même si elle a fait très mal.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7213
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum