Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Abel, Barbara] L'Innocence des bourreaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur ce livre ?

0% 0% 
[ 0 ]
67% 67% 
[ 2 ]
33% 33% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

[Abel, Barbara] L'Innocence des bourreaux

Message par alexielle63 le Jeu 5 Mai 2016 - 21:15



Genre : Thriller psychologique
Editeur : Belfond
Nombre de pages : 336 pages
1ère édition : 15 mai 2015

Quatrième de couverture :
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé son petit garçon de trois ans seul à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes, le temps d’acheter des couches.
Parmi eux, un couple adultère. Parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent.
Des gens normaux, sans histoires, ou presque.
Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé.
Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s’inversent, la vie de ces hommes et femmes ordinaires bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince. Si mince…

Mon avis :
Un excellent thriller, très ancré dans la réalité, qui révèle une grande maîtrise dans l’écriture, concise, incisive, qui met à nu chacun des personnages, livrant un remarquable tableau psychologique et sociale de cette mère dépassée par les relations houleuses qu’elle entretient désormais avec son fils, passé dans l’âge ingrat de l’adolescence, la tendresse a fait place aux disputes depuis bien longtemps ou encore cette vieille harpie pleine d’amertume, à l’humour acerbe teinté d’ironie, dont on a du mal à croire qu’elle fut autrefois une femme farouchement indépendante, ayant mené des combats acharnés pour faire entendre la voix des femmes dans une époque où elles étaient cantonnées aux rôles d’épouse et mère, ou bien encore cette autre mère d’un enfant en bas âge, récemment séparé du père et qui doit faire face seule au quotidien parfois difficile mais tient le coup pour son petit garçon qu’elle aime plus que tout, même le junkie a droit à une identité, a voix au chapitre, jeune paumé rongé par le manque, l’indifférence et le mépris des autres, ces gens dits normaux qui peu à peu vont révéler leur vraie nature, bien loin de l’image proprette qu’ils aiment se donner tels le petit comptable, père d’une petite fille et marié qui se sent à l’étroit et s’offre du bon temps avec la réceptionniste, pour oublier ne serait-ce que quelques heures les contingences du quotidien ennuyeux, sans surprise mais qui est ensuite envahi par les doutes, la culpabilité, le remords et le ressentiment envers sa maîtresse, celle qui l’a poussé à la faute ou même le caissier qui redoute d’être père suite à une nuit d’amour qu’il aurait voulu prolonger mais se heurte à l’indifférence de sa compagne d’un soir et en vient désormais à souhaiter qu’elle soit à sa place, dans ce magasin, où sa vie est en danger, où tout bascule en moins d’une minute. Une minute qui va changer leur vie à tous…
La tension est à son comble, bien présente du début à la fin, le lecteur se trouve entraîné à la suite de chaque personnage, qui se trouve être le narrateur à tour de rôle, tous ayant ainsi une véritable consistance et l’auteur s’étant également attachée à leur donner une « voix » propre, un vrai tour de force qui les rend encore plus réels, plus proches de nous ! Car on pourrait tous se trouver à leur place un jour ou l’autre : comment aurions-nous réagi ? Il est très facile, à froid, de dire « moi, j’aurais fait ça ou ça » mais aurait-ce réellement été le cas ? Difficile de dire comment chacun réagirait en cas de coup dur, dans la même situation, dans l’urgence, quand la machine s’affole, que les événements nous échappent. C’est finalement aussi ce qui fait la richesse de ce roman : l’auteur part d’un postulat de départ plausible et montre le vrai visage de chacun, quand les masques tombent, que chacun lutte pour sa survie, envers et contre tout, sans forcément penser aux conséquences, juste cet instinct de préservation plus fort que tout, plus fort que la raison : le lecteur voudrait intervenir, mais lui aussi se sent impuissant devant l’ampleur de ce train fou qui s’emballe et qui échappe à tout contrôle, nous laissant abasourdis par les vérités qui se dévoilent, qui se font jour et désireux finalement que tous, même ceux qui de victimes deviennent coupables, pour une mauvaise décision, un mauvais choix, un geste malheureux, arrivent à s’en sortir même si l’on sait qu’il y aura forcément de la casse et que la réalité ne se finit pas toujours dans un happy end, comme nous le prouve Barbara Abel. C’est la première fois que je lis un de ces livres mais je comprends désormais pourquoi elle suscite un aussi grand enthousiasme et j’ai hâte de la relire !
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum