Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Gouiran, Maurice] Maudits soient les artistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Gouiran, Maurice] Maudits soient les artistes

Message par Cassiopée le Mer 18 Mai 2016 - 1:10



Maudits soient les artistes
Auteur : Maurice Gouiran
Éditions : Jigal (Février 2016)
Collection : Polar
Nombre de pages : 230
ISBN : 979-1092016673

Quatrième de couverture

La découverte de centaines d' oeuvres d'art dans l'appartement d'un octogénaire munichois, 70 ans après la fin de la guerre, a fait resurgir de vieux fantômes : le vieil homme n'était-il pas le fils d'un célèbre marchand d'art ayant oeuvré pour le Reich ? À Marseille, un modeste couple de retraités des quartiers Nord, Valentine et Ludovic Bertignac, entame une procédure judiciaire afin de récupérer une dizaine de tableaux retrouvés à Munich. Clovis Narigou, qui a un urgent besoin d'argent, effectue quelques piges pour un grand magazine national. On le retrouve en Ariège, sur les traces d'un des plus grands mathématiciens du XXe siècle qui a fui le monde pour y mourir en ermite

Mon avis

Lire Maurice Gouiran, c’est entendre le chant des cigales, écouter l’accent du Midi, et retrouver Clovis… Ce dernier est plus vrai que nature. Je l’imagine sans peine dans sa vie de tous les jours, charmeur l’air de rien, avide de relations amoureuses qu’il vit avec humour. C’est un homme qui ne court ni après l’argent ni après les femmes mais si les deux viennent à lui, il ne reste pas seul et prend son rôle à cœur, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est d’ailleurs Clovis le narrateur et sa verve est un régal. Il n’a pas son pareil pour « croquer » une situation, parler des calanques, des voisins et du café du coin. On dirait qu’il existe réellement tant l’auteur lui donne vie et on serait prêt à le rencontrer…

Mêlant habilement des faits passés (pour lesquels les références sont pointues) et réels à des personnages fictifs, nous sommes entraînés dans un roman mené de main de maître. Tout s’emboîte à merveille et on découvre une partie de l’Histoire (avec une majuscule) qu’on avait oubliée ou jamais connue. Ce qui m’impressionne chaque fois que je lis cet auteur, c’est que les aspects historiques ne sont jamais rébarbatifs et toujours parfaitement intégrés à l’intrigue. A côté de cela, il y a toujours une pointe de fantaisie, de drôlerie et ce savoureux mélange est à déguster sans modération.

C’est sans doute la grande force d’écriture de l’auteur : doser, et comme dans un excellent plat, une pincée de « trop » et c’est raté…. Là, tout est dans les bonnes proportions.

J’ai un faible pour Clovis et le regard qu’il porte sur les amis de son fils m’a beaucoup amusée. Je les entendais, je les voyais et je sentais parfaitement les tiraillements du père qui accueille son fils et ses connaissances plus par obligation (pour ne pas rater l’occasion de voir sa progéniture) que par choix…..L’analyse des différents protagonistes n’est jamais superficielle. Sans aller dans les tréfonds de l’âme, on perçoit très bien de quel bois ils sont faits et leurs caractères sont toujours parfaitement définis.

Plusieurs intrigues vont être présentées. Clovis a besoin d’argent et a accepté un reportage pour un grand magazine. Il part sur les traces d’un prof de maths qui vit en solitaire. Mais revenu dans ses collines, il apprend qu’un homme du coin, tout à fait « ordinaire » a été torturé puis assassiné…. Il y a aussi ce couple qui veut récupérer des toiles de maître qui viennent d’être découvertes dans un appartement allemand…. Le point commun entre les trois ? Ben Maurice non Clovis et son habitude de vouloir tout comprendre et aider en douce sa fliquette préférée….

On va suivre le reporter dans les lieux où il fouille, fouine, interroge, déterre des événements qu’on avait mis aux oubliettes. Ce que j’aime, ce sont les regards croisés sur tout ce qui est présenté. C’est comme si, sur un scène, chaque « thème» évoqué était exposé sous les feux des projecteurs…ils finissent tous par se retrouver sur le « centre » de l’affaire : là où il y a le nœud… lorsque ce dernier est mis à jour, Clovis le délace méticuleusement pour nous faire découvrir, petit à petit les tenants et les aboutissants, le rôle de chacun, de ceux qui sont restés dans la lumière mais de ceux également qui avaient choisi l’ombre….

Comme les autres fois, cette lecture bonheur est ponctuées de temps à autre de références musicales, glissées de ci, de là et on se prend à rêver d’une bande son qui serait fourni avec le roman et pourquoi pas, un petit CD, Monsieur Jigal ?



avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8994
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum