Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Hauret, Philippe] Je vis, je meurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Hauret, Philippe] Je vis, je meurs

Message par Cassiopée le Dim 29 Mai 2016 - 23:47



Je vis je meurs
Auteur : Philippe Hauret
Éditions : Jigal
Collection : Polar
Nombre de pages : 232
ISBN : 979-10-92016-61-1

Quatrième de couverture

C’est en noyant sa soixantaine désabusée dans un bar de quartier que Serge croise les yeux de Janis la première fois. Elle est jeune, jolie, serveuse de son état mais en proie à la violence quotidienne de son petit ami. De confidences en services rendus, de regards en caresses rêvées, une étrange amitié va alors se nouer… De son côté, l’inspecteur Mattis est proche de l’implosion. Divorce, alcool, sexe et dettes de jeux, un grand classique qui dégénère en spirale infernale. S’il tient encore à la vie, il commence sérieusement à être à court d’arguments !

Mon avis

Je ne suis pas un héros….

Il m’est arrivé de trouver que des personnages de roman manquaient singulièrement de consistance, de vie, d’âme…. Et bien, cette fois-ci, ce n’est pas le cas… Hauts en couleur, fort en « gueule » , Serge, Franck, Janis et José n’ont rien à envier à personne côté caractère … Et ce qui est fortement intéressant, c’est que les deux premiers, plutôt du style « lavette » vont finalement se révéler et se redresser…. Certains ont besoin d’un aiguillon pour changer et avancer et ces deux là l’ont trouvé …..

Serge, il a la soixantaine, il vit ou plutôt il laisse la vie s’emparer de lui. Une partie d’échecs de temps en temps, de vieilles chaussettes, un caleçon qui baille…. Pas le genre d’homme qui attire… Un peu désabusé, un quotidien sans fantaisie et sans écart. C’est un retraité qu’on ne remarque pas, tout à fait « transparent »…. Il faudra une rencontre, des circonstances particulières pour qu’il prenne son destin en mains et se réveille de ce long sommeil …

Franck dépense trop (au poker), boit trop, drague mal, se lave peu, n’entretient ni son linge, ni son intérieur, et n’assure pas correctement son rôle de père…. Il a une « régulière » qu’il voit de temps à autre. Elle aimerait plus mais lui, il a peur de s’engager, de se poser…. Je crois qu’il est conscient qu’il véhicule une certaine forme de « médiocrité » mais il ne fait rien pour lutter et encore moins pour s’en sortir… Pourquoi ? Parce qu’une fois qu’on a le doigt dans la spirale, elle nous entraîne…. Et celle qu’il a choisie le pousse vers le bas, pas vers le haut…..

Mais il faut croire en l’homme !!! Et l’auteur nous engage à travers ses mots à conjuguer le verbe espérer à tous les temps. Il est long le chemin vers la rédemption, vers l’accalmie(car celle-ci inquiète lorsqu’on a toujours pris des risques dans sa vie). Il est douloureux de se résigner à prendre une autre route que celle de la facilité pour devenir un homme qui peut se regarder dans une glace sans craindre son reflet…. Mais il n’est pas interdit d’essayer….

C’est avec une écriture droite, franche, parfois légèrement teintée d’humour (notamment dans les descriptions) que l’auteur nous emmène dans un univers parisien. On est dans des quartiers où certains dealent, d’autres planquent pour coincer les premiers, sans oublier ceux qui consomment… Ce ne sont pas des gros malfrats qu’on croise dans ces pages, plutôt des jeunes qui se sont laissés aller à tremper dans de petits business où l’argent semble plus facile et où les dangers pimentent les semaines d’un peu d’adrénaline…. Le contexte est réduit au minimum, ce sont les hommes et les femmes qui emplissent les pages, ils sont là, palpables avec leur part d’ombre, leur façon d’être, leur décisions ….

J’ai beaucoup apprécié cet opus, le style de l’auteur, le côté très réaliste et vivant de ses personnages. Le langage direct parlé par la plupart des individus ne s’embarrasse pas de fioritures. C’est comme dans la vraie vie, les faits sont là, il faut agir et il arrive qu’on n’ait pas le temps de réfléchir ou seulement après, quand c’est trop tard pour regretter ou se dire qu’il aurait pu en être autrement…. J’ai trouvé Serge de plus en plus beau au fil des pages, bien sûr physiquement, mais surtout dans son âme…. Ce n’est pas aisé de devenir une « belle » personne et la route de Serge sera semée d’embûches avant qu’il devienne quelqu’un … Mais on le comprend tellement, nous qui sommes tous, si souvent, en quête de reconnaissance…..

avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum