Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Abbey, Edward] Le retour du gang de la clef à molette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Abbey, Edward] Le retour du gang de la clef à molette

Message par Sharon le Lun 18 Juil 2016 - 19:54


Titre : Le retour du gang de la clef à molette.
Auteur : Edward Abbey.
Edition : Gallmeister
Nombre de pages : 416 pages.

Présentation de l’éditeur :

Le monstre est en marche : le super-excavateur géant Goliath, le plus terrifiant engin jamais construit par l’homme, menace les déserts de l’Ouest. C’est compter sans le farouche Hayduke et ses amis, bien décidés à enrayer la course du titan. Le Gang de la Clef à Molette est de retour ! S’engage alors un combat désespéré contre la « Machine » industrielle. Les usines explosent, les bulldozers s’évanouissent dans la nature… Contre l’asservissement des esprits, tous les coups sont permis ! Tout à la fois outrancier et nostalgique, Le Retour du Gang de la Clef à Molette est une dénonciation cinglante de l’ordre établi et un chant d’amour aux espaces sauvages.

Mon avis :

Tout d’abord, je dois dire que je préfère nettement le titre original, à savoir Hayduke lives ! Cependant, pour le lectorat français, ce titre-ci a le mérite d’être clair, et c’est bien la suite du gang de la clef à molette que nous avons entre les mains.
Le révérend Love est en forme, si, si, vraiment très en forme, preuve que Doc Sarvis a vraiment fait du bon boulot. Il est revenu à ses premières amours. Non, je ne parle pas de sa femme, avec laquelle il a eu onze enfants, comme le lui commande son église, je parle de sa volonté d’asservir la nature afin que l’homme puisse en tirer le plus de profit possible. Son discours est parfaitement rôdé, parfaitement logique, pour peu que l’on apprécie la logique des politiciens de tout poil, et des religieux de tout bord. Love applique à la lettre les préceptes qu’il enseigne, et sa détermination n’a fait que croitre – les moyens pour la mettre en oeuvre aussi.
Ses opposants aussi ont pris du poil de la bête. Non, je ne parle pas des quatre membres du gang, je parle des activistes d’Earth First ! Ils sont nombreux, sympas, non-violents, et, en dépit de leur nombre, de leur engagement, ne semblent guère avoir de chance face à la force (armée) des gentils tenants du progrès et de l’argent. Ils ne manquent pas de moyen, et ils ont la loi de leur côté – enfin… parce qu’ils savent la contourner, et mettre devant le fait accompli avant que tous les recours ne soient déposés. C’est cela aussi, l’Amérique.
Pendant ce temps, et bien nos trois héros n’ont pas vraiment envie de s’en mêler : leur période de probation est presque terminée. Doc Sarvis, qui exerce dans des conditions plus modestes que dans le gang, n’en reste pas moins un bon médecin, il est marié à Bonnie, ils ont un petit garçon Reuben, et Bonnie attend leur second enfant. Une famille des plus ordinaires, presque comme celles qu’a fondé Seldom Seen avec ses trois femmes. Reste donc Georges Hayduke, bien vivant, de retour, qui n’a pas envie de laisser faire les choses, mais qui a bien l’intention d’en découdre et de faire revenir dans la lutte ses amis. Ils aiment bien Georges, ils l’aiment même beaucoup mais… non, sans façon. Du moins dans un premier temps.
Et oui : on peut être rangé, avoir une petite vie bien tranquille et s’engager malgré tout, parce que l’on a des convictions, que le quotidien n’a pas émoussé, non, juste un peu mis de côté. Et l’énergie, l’envie de lutter, est là, elle transparaît dans l’écriture, énergique, vive, pleine d’ironie parfois, de colère aussi, face au gâchis programmé. Pour ne pas oublier aussi que parler, c’est bien, agir, c’est mieux.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7513
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum