Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Vann, David] Impurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
33% 33% 
[ 1 ]
33% 33% 
[ 1 ]
33% 33% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

[Vann, David] Impurs

Message par Sharon le Mar 27 Déc 2016 - 0:49



Titre : Impurs.
Auteur : David Vann
Editeur : Gallmeister.
Nombre de pages : 260 pages.

Présentation de l'éditeur :

Été 1985. Dans la vieille demeure familiale, en plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen vit seul avec sa mère. Tandis que celle-ci s'attache à faire revivre un passé idéalisé et l'étouffe d’un amour oppressant, le jeune homme tente de trouver refuge dans la méditation. Son existence et celle de sa mère sont rythmées par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu’ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l'accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l'obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l'explosion. Une fois que la noirceur de chacun se sera révélée au grand jour, rien ne pourra plus les préserver du pire.

Mon avis :

Impurs était le seul roman de David Vann que je n'avais pas lu. Grâce au forum Partage-Lecture et aux éditions Gallmeister, c'est désormais chose faite.
Troisième roman de l'auteur, Impurs n'est pas situé en Alaska comme ces deux premiers romans mais en Californie : si la chaleur a remplacé le froid, le climat n'en reste pas moins hostile. Et s'il n'explore pas les relations père/fils, il s'intéresse cette fois-ci aux relations mère/fils, tout comme dans son essai Dernier jour sur terre - il explorera plus profondément les rapports mère/fille dans Aquarium.
La relation entre Galen et sa mère est toute aussi étouffante que le climat californien, et ce n'est pas peu dire. D'un côté, nous avons une mère qui a tout fait pour isoler son fils - fils, qui, il faut bien le dire, ne fait pas grand chose pour sortir de cette situation, si ce n'est méditer et vouloir se détacher des choses matérielles. Sans doute aussi est-il trop isolé pour pouvoir se sortir seul, et ce n'est pas sa tante, qui tend à déconstruire la vie soi-disant idéale de sa vie, à la pousser dans ses retranchements, ou sa cousine, qui multiplie les coups bas et les provocations, qui peuvent l'aider. IL faudrait déjà qu'elles puissent elles-mêmes sortir de la spirale étouffante dans laquelle elles se sont enfermées.
Curieuse famille, exclusivement féminine, à l'exception de Galen. Famille qui répète jour après jour, saison après saison les mêmes actes (le thé, les visites à la maison de retraire, les promenades à la cabane), remâchent les mêmes rancœurs, jusqu'à ce que, finalement, le point de non-retour soit atteint. Et c'est là que la tragédie commence : toutes les tragédies ne prennent-elles pas naissance dans la famille ? Unité de lieu, unité de temps, confrontation - pas de règle de bienséance. Pas de belles tirades non plus mais un affrontement d'autant plus sanglant (métaphoriquement) que les mots sont truqués, qu'ils ne cherchent qu'à faire souffrir. La rhétorique, l'argumentation ? Oubliez-les, tout comme l'espoir.
Impurs est une lecture dont on ne sort pas indemne,à cause de la violence  physique, psychologique difficilement soutenable.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7064
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par marie do le Mar 27 Déc 2016 - 8:28

Je ne connais pas cet auteur ... du coup j'ai téléchargé quelques uns de ses romans ... à tester prochainement ... par lequel commencer Sharon ?
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3728
Age : 51
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par Cassiopée le Mar 27 Déc 2016 - 11:41

Je dirai "Sukkwan island" Marie-Do

_________________
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8706
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par Sharon le Mar 27 Déc 2016 - 12:10

Cassiopée a écrit:Je dirai "Sukkwan island" Marie-Do

Je plussoie le conseil de Cassiopée, c'est vraiment le livre à lire pour découvrir David Vann - Désolation est plus "doux" en comparaison, et pourtant j'avais noté qu'il fallait un moral d'acier pour le lire. Aquarium, le dernier en date, est presque optimiste, à côté.
Dernier jour sur terre, sur les tueurs de masse, est en partie autobiographique puisque David Vann s'interroge sur le fait qu'il n'ait pas succombé à la violence, lui qui a été confronté très tôt (le suicide de son père quand il était adolescent, le fil rouge implicite de son oeuvre).
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7064
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par marie do le Mar 27 Déc 2016 - 15:35

Merci de vos conseils ! je vais me diriger vers une lecture plus légère pour l'instant mais je garde cela sous le coude !
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3728
Age : 51
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par Cassiopée le Jeu 5 Jan 2017 - 21:51

Mon avis

Entre l’amour et la haine, il n’y a qu’un pas ?

David Vann excelle à mettre en scène des relations familiales torturées, houleuses, enracinées dans les non-dits (qui on le sait, pourrissent la vie). Cette fois-ci, c’est Galen, un jeune homme qui se « cherche », que l’on découvre. Il est entouré de femmes : sa grand-mère (placée car elle « se perd » un peu. « Tu sais ce que ça fait, de ne pas se souvenir ? C’est comme n’être personne, mais être pourtant obligé de vivre ».), sa mère (avec qui il vit au quotidien), sa tante (jalouse de tout et intéressée par l’héritage), sa cousine (provocatrice, moqueuse et attirée par le sexe).  
Seul « homme » au milieu de cette gente féminine, adepte d’une certaine forme de détachement, des textes de Khalil Gibran et de méditation, il essaie de se détacher de son corps, cette coquille de noix vide qu’il voudrait dominer par l’intermédiaire de son esprit. Ce n’est pas toujours le cas … devant les formes voluptueuses savamment dévoilées par sa cousine, et bien…. il reste un humain avec des envies de …. De plus, ses expériences mystiques ne sont pas toujours des réussites et il est déçu, si souvent, interprétant les failles, les actes comme autant de signes… mais de signes de quoi ? « Le monde dans son immensité et dans son néant si décevant. » « …le soi n’était pas une illusion mais une entité qui ne pouvait jamais mourir. »

Les joutes verbales et visuelles (les regards assassins existent !!) sont nombreuses et on perçoit bien que personne ne se sent vraiment à l’aise. Par rapport aux femmes de la famille, on a l’impression que Galen est « leur objet », que chacune, à sa façon, essaie d’avoir une forme d’exclusivité avec lui, que ce soit par l’amour, la haine, la jalousie…  Sa relation à sa mère est faite de hauts et de bas, de jours complices et de jours venimeux ….. « On fuit quelqu’un. Ou tout le monde. » Galen est mal dans sa peau. Il aimerait «se noyer dans la terre ». Il se nourrit de rien, ou plutôt si, de ses émotions exacerbées, dont sa colère ou sa douleur, violentes, saumâtres, incontrôlables. Elle l’envahissent, le remplissent et plus rien n’existe qu’elles, décuplées à l’infini. Il a peur de l’avenir et c’est peut-être pour ça qu’il s’exerce à la méditation, croyant que cela lui permettra d’anticiper, de prévoir, de gérer, de tenir les rênes. « Nous étions terrifiés par le néant, par l’ignorance de ce que nous réservait l’avenir, de ce que nous devions faire, de ce que nous devions être. »

Dès les premières lignes, le récit est lourd, pesant, dense, l’ambiance limite malsaine. Le style percutant, vous assomme et vous laisse en vrac, pantelante. Les dialogues tous écrits de manière indirecte n’apportent aucune légèreté du fait de leur forme. Bien sûr, c’est voulu… Au fil des pages terribles, des mini drames se nouent et on se demande jusqu’où tout cela peut aller…. Que dire de cet amour et de cette haine qui sont si proches et si éloignés en même temps ? Qu’espérer devant tant de pessimisme, de désespérance ?

C’est un livre que je n’ai pas pu « dévorer » tant il est « consistant », pas forcément en nombre de pages mais bien dans son contenu.  Mais je l’ai beaucoup apprécié bien qu’il soit très dur. David Vann décrit un univers où il faut chaud (d’habitude il préfère le froid), où tout vous colle à la peau : le passé et ses ratés, le présent et ses erreurs, le futur et ses incertitudes.  En qui, en quoi Galen peut-il croire pour aimer la vie ? Et David Vann ? Est-ce qu’écrire l’aide à avancer et à croire en l’homme ?

_________________
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8706
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par joëlle le Sam 7 Jan 2017 - 20:24

Avec ce roman David Vann nous emmène au coeur de la Californie, dans un domaine autrefois prospère, aujourd'hui occupé par une mère et son fils qui vivent de peu…qui survivent plutôt. Une grand-mère en maison de retraite, qui certes n'a plus toute sa tête, mais porte à Galen une admiration sans limite. Une tante et sa fille complètent cette famille.
Les relations entre toutes ces femmes ne sont que conflits, rancoeurs, jalousies. Alors, sans doute pour s'évader notre héros médite à l'excès. On sent très vite le déséquilibre de ce jeune homme, son refus de la nourriture, ses rêves éveillés, son désir de communion avec la nature poussé à son paroxysme.
Les histoires tues, les non-dits, les sensations, les images de sévices, le silence de sa mère qui l'enferme, non pour le protéger, mais pour ne pas être seule…
Je n'ai pas toujours su si Galen vivait certaines scènes ou si son esprit malade les imaginait. Mais au fil des pages, malgré la beauté de certains lieux, les descriptions magnifiques de l'intensité de la chaleur…et la fraicheur de la nuit, le malaise est là, intense, insupportable.
C'est une lecture dure, il faut être solide pour aller au bout de ce roman. C'est une longue descente aux enfers, sans retour possible que nous offre l'auteur.

Je remercie Partage lecture et les éditions Gallmeister pour ce partenariat.

_________________
Ma PAL

Mes lectures communes:

Mes challenges:  
"Suivi d' auteurs"
avatar
joëlle
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 4263
Localisation : Gard
Date d'inscription : 30/09/2013

http://leslecturesdejoelle.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par marie do le Ven 10 Fév 2017 - 11:23

Sharon a écrit:
Cassiopée a écrit:Je dirai "Sukkwan island" Marie-Do

Je plussoie le conseil de Cassiopée, c'est vraiment le livre à lire pour découvrir David Vann - Désolation est plus "doux" en comparaison, et pourtant j'avais noté qu'il fallait un moral d'acier pour le lire. Aquarium, le dernier en date, est presque optimiste, à côté.
Dernier jour sur terre, sur les tueurs de masse, est en partie autobiographique puisque David Vann s'interroge sur le fait qu'il n'ait pas succombé à la violence, lui qui a été confronté très tôt (le suicide de son père quand il était adolescent, le fil rouge implicite de son oeuvre).

Commencé, j'en suis à la deuxième partie et pour l'instant il est ... whaou !!! merci pour ce judicieux conseil !
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3728
Age : 51
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Vann, David] Impurs

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum