Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Nelson, Jessica L.] Debout sur mes paupières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Nelson, Jessica L.] Debout sur mes paupières

Message par Sharon le Sam 21 Jan - 8:13



Titre : Debout sur mes paupières.
Auteur : Jessica L. Nelson.
Edition : Belfond
Nombre de pages : 304.

Présentation de l’éditeur :

Muse des surréalistes, mannequin, photographe de mode puis de guerre, Lee Miller est l’incarnation de la femme libre du XXe siècle. Mais elle représente certainement plus encore pour Élisabeth M., véritable héroïne du livre, retrouvée à demi nue et profondément endormie sur un banc en plein cœur de Paris. Qu’est-il arrivé à cette sculptrice subjuguée par son sujet, comme entraînée dans une quête frénétique de beauté qui l’a laissée aux portes de la folie ?
Un roman sur la création et l’obsession, explorant les formes multiples de ce qu’est la maternité à travers un jeu de miroirs tour à tour intrigant et bouleversant.

Mon avis :

Au début, j'avais bien apprécié cette lecture. J'avais envie d'en savoir plus sur cette sculptrice qui m'avait paru bien raisonnable. Un mari, un enfant unique, une gouvernante à la jeunesse mouvementée, un chat noir voyageur – et une narratrice/auteur omniprésente qui dialogue avec son éditrice. Ce dernier point m'a d'abord amusé, mise en abîme du processus créatif, avant de m'agacer.
La narratrice-auteur omnisciente, qui devient le personnage principal bien plus qu'Elisabeth, adore décevoir ces lecteurs, puisqu'elle nous raconte ce qu'elle n'a pas l'intention de nous raconter, parce que cela l'éloignerait de son sujet. Mise en abîme de la création, on ne peut qu'apprécier l'égocentrisme assumé de la narratrice – ou être lassée de ce petit jeu qui nous écarte du sujet principal du livre.
D'ailleurs, quel est le sujet du livre ? Lee Miller ? Il m'est souvent arrivé de l'oublier – déjà que je savais fort peu de choses sur elle. Elisabeth ? Oui et non. Plutôt qu'elle, il s'agit de la création artistique. La thèse avancée est qu'une femme effectuera toujours ses activités de femme, puis de mère avant de se consacrer à la création, parce qu'il en a toujours été ainsi. Oui, je schématise, mais cet avis n'est pas non plus très approfondi, au coeur de cette trame romanesque.
Je n'ai garde d'oublier la maternité, qui est surtout au coeur de la toute dernière partie du livre, de manière assez particulière. Sur ce point,ce n'est pas tant ce qui est raconté qui m'interpelle, mais la raison pour laquelle cette partie trouve sa place à ce moment du livre.
Reste le dénouement, qui amène à repenser le récit tout entier.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7358
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum