Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Tiab, Ahmed] Gymnopédie pour une disparue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Tiab, Ahmed] Gymnopédie pour une disparue

Message par Cassiopée le Mer 25 Jan 2017 - 22:57



Gymnopédie pour une disparue
Auteur : Ahmed Tiab
Éditions : de l’Aube (Janvier 2017)
Collection : Aube Noire
ISBN : 978-2-8159-2030-8
280 pages



Quatrième de couverture

Boris Sieger est un employé de mairie attaché à sa vie ordinaire. Parfois, il passe la nuit avec le fils de sa vieille concierge. C’est à peu près tout ce qui constitue sa vie sociale jusqu’au jour où il croise Oussama, dit Oussa – c’est plus facile à porter –, un atypique jeune de banlieue parisienne. Boris se découvre grâce à lui un possible frère… parti faire le djihad. Son existence suscite en Boris de nombreuses questions, à commencer par la plus douloureuse : où est-elle passée, cette mère qui l’a abandonné quand il n’était qu’un enfant ? Où est-elle, cette disparue de Honfleur, la ville d’Erik Satie, dont les Gymnopédies semblent rythmer toute cette intrigue ?



Mon avis


La mère de Boris l’a confié lorsqu’il avait huit ans à une amie, Rose, militante féministe. Elle n’est jamais revenue et Boris a grandi sans elle. A peine adulte, il se retrouve totalement seul, et héritier de l’appartement de Rose. Il n’a jamais changé la décoration, reçoit de temps à autre un homme ou une femme…. Il travaille dans une petite mairie et ne semble guère ambitieux mais pour autant ne donne pas l’impression d’être malheureux….

Un soir, un jeune homme, Oussama, sonne à sa porte. Il lui montre une photo qu’il a reçu d’un copain, parti en Syrie comme djihadiste. Lui, il pratique mais ne s’est pas converti au djihad. Il garde malgré tout des contacts avec ses potes et c’est comme ça que sur un des mms, il y a …. le sosie de Boris !!! Ce dernier est troublé, et pas qu’un peu et il ne sait pas comment réagir…. Ni que dire ni que faire…. Réflexion faite, le lien avec « l’homme sur la photo » pourrait bien être sa mère… Il a du temps, il n’a pas de gros projets alors pourquoi pas une enquête ? C’est peut-être l’occasion de mettre un peu de piment dans sa vie. Le voilà parti sur les traces de sa génitrice….Tout cela va l’entraîner bien plus loin qu’il le pensait et le passé va se dévoiler petit à petit à lui. Il fera des rencontres surprenantes et partira pour un long voyage… Est-ce qu’au bout, il se connaîtra mieux ? Est-ce qu’il comprendra les choix de sa mère ? Est-ce qu’il saura qui est cet homme qui lui ressemble tant ?

En parallèle, on suit Kémal , chef de police à Oran (c’est un personnage récurrent de l’auteur). On le retrouve avec sa mère qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui écoute de la musique (c’est tout un poème !), son amoureuse (va-t-il se décider à franchir le pas et l’épouser ?) et ses collègues. Il essaie d’élucider plusieurs meurtres dont la mise en scène est assez bizarre et qui lui paraissent reliés par un fil conducteur qu’il s’efforce de cerner. Il a l’appui d’un médecin légiste astucieux et à l’esprit affuté qui l’aide au quotidien.

Il y a quatre parties bien distinctes et seule la dernière nous permettra d’assembler les morceaux de ce gigantesque puzzle. C’est avec habileté, intelligence et surtout beaucoup de cœur qu’Ahmed Tiab aborde différents sujets. Que ce soit la quête éperdue de Boris en recherche de son histoire personnelle, ou la mutation politique de la société algérienne ainsi que le mal-être des jeunes qui s’engagent pour le djihad ; tout est traité avec doigté. Ça et là, l’auteur glisse une pointe d’humour. Son écriture est fluide, son style intéressant car au delà des faits évoqués, des tâtonnements des uns et des autres, il parle de sujets graves . Et il le fait avec clairvoyance et lucidité en les intégrant parfaitement à son intrigue.



_________________
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9002
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum