Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Aillon, Jean (d')] Le chien des Basqueville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur Le chien des Basqueville

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Aillon, Jean (d')] Le chien des Basqueville

Message par Lariflette le Jeu 23 Fév 2017 - 19:36




Le chien des Basqueville

10/18 – 2016 – 495 pages

Isbn 978-2-264-06786-9


Présentation de l’éditeur
Au printemps de l'an de grâce 1422, durant la maudite guerre entre les Armagnacs et les Bourguignons, Isabeau de Bavière, reine de France et épouse du pauvre roi fou Charles VI, charge le clerc anglais Edward Holmes de conduire une de ses demoiselles d'honneur au château de Basqueville afin qu'elle puisse prier sur le gisant de son époux. Mais rien ne se passe comme prévu, le voyage a en vérité un tout autre but et, malgré sa sagacité, Holmes se fera abuser. De retour à Paris, Edward et son ami Gower Watson n'auront de cesse de retrouver la jeune femme et de prendre leur revanche. Or, peu après, la reine Isabeau découvre avec terreur qu'un inconnu mystérieux la menace de révéler le contenu de lettres qu'elle a écrites à son amant près de vingt ans auparavant. Des missives qui peuvent remettre en question la succession au trône de France. Heureusement que Holmes a ramené de Basqueville le molosse de l'ancien châtelain, qui s'avère aussi perspicace que son nouveau maître.

Mon avis :

Quand on est holmésien pur sucre et néanmoins féru d’histoire comme moi, on ne peut que se réjouir qu’un auteur, qui plus est Jean d’Aillon, ait réuni le plus grand des détectives et le moyen-âge franco-anglais. Edward Holmes déduit et se plante, parfois, tout du moins au début tandis que son compère et non faire valoir Watson, prénom Gower, est un habile archer, bretteur de première, ce qui aide dans certaines situations.
Outre les armagnacs et les bourguignons partenaires, connus, de guerre au fil de notre histoire auxquels viennent se greffer les ineffables anglais toujours partants lorsqu’il faut aller guerroyer contre leurs voisins françois, Aillon a concocté, ici, une histoire de preuves sur les infidélités de la reine Isabeau de Bavière, épouse de roi Charles VI dit le fou, qui aura l’élégance de mourir rapidement, suffisamment pour ne rien savoir, pour autant que ces allégations fussent véridiques.
Historiquement et pour cause, nul n’est sûr de l’infidélité de la reine, qui si elle avait été prouvée, aurait été répudiée. Lors du traité de Troyes elle a sous-entendu cette infidélité, avec Louis d’Orléans, notamment, pour signifier la bâtardise de Charles VII et justifier la légitimité de Henri V au trône de France.
Isabeau aurait eu 12 enfants dont, prétendirent certains historiens, Jeanne d’Arc, bâtarde royale.
Bref Holmes doit retrouver des lettres compromettantes se trouvant au château de Martel de Basqueville (Bacqueville en Caux – Normandie, actuellement). Pour ce faire il utilisera, entre autres, un chien, le fameux chien des Basqueville, appelé Gracieux. Outre le chien des Baskerville, Holmes utilise, souvent, un chien (dont j’ai oublié le nom) au flair redoutable, d’où ce clin d’œil.
Autre clin d’œil, les deux jeunes mendiants rappellent le jeune Billy et les garçons des rues de Conan Doyle.
Dans la langue savoureuse du moyen âge nous suivons cette enquête, toute en respect des us et coutumes de l’époque ainsi que des usages et des convenances dû aux puissants.
Entre intrigues, chevaliers, chambellans et chambellanes, ducs et nobles, marguilliers et echoliers, chanoines et clercs, maîtres et valets, une fausse servante et une fausse dame noble et même une Constance Bonacieux, riche veuve, n’ayant rien à voir avec celle de Dumas, Aillon nous fait effectuer un voyage des plus plaisants dans cette histoire romancée attachante.
Un roman qui ne nous laisse pas le temps de le voir passer de par une richesse du verbe et de l’utilisation, sans excès, de cette langue imagée de l’époque.
Une intrigue bien menée, sans temps mort.
De l’humour mais pas trop.
De la belle ouvrage.

4,5/5
avatar
Lariflette
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 197
Age : 72
Localisation : Ile de France
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Polar
Date d'inscription : 30/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aillon, Jean (d')] Le chien des Basqueville

Message par Pistou 117 le Lun 20 Nov 2017 - 21:31

Je suis d'accord sur tout ou presque, Lariflette : je regrette quelques longueurs, principalement au début du roman. L'auteur se sent obligé de rappeler les ouvrages précédents, trop souvent à mon avis ; d'autant plus qu'ils sont indépendants les uns des autres.

A part ça, un sans-faute. Le suspense et les rebondissements ne manquent pas et je trouve vraiment excellente l'idée de mêler des personnages qui ont existé, ainsi que les personnages d'autres auteurs, à un roman.

L'immersion dans le XVème siècle est totalement réussie. J'adore découvrir (redécouvrir, j'ai lu la série en totalité) les vêtements portés à l'époque, les armes, et les coutumes, les villes et les campagnes, telles qu'elles étaient à l'époque. La description du repas chez la duchesse d'Anjou m'a bluffée. D'abord par le nombre de plats servis (même si je connaissais déjà, à chaque fois, je suis scotchée), mais aussi par le fait que chacun est servi selon son rang. Hors de question de donner les mêmes couverts aux nobles et aux moins nobles !

Ce roman est vraiment une excellente façon de découvrir autrement notre Histoire.
avatar
Pistou 117
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2796
Age : 53
Localisation : LILLE
Genre littéraire préféré : De tout, partout...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aillon, Jean (d')] Le chien des Basqueville

Message par Lariflette le Jeu 7 Déc 2017 - 13:16

Merci Pistou117 pour cet avis.
Et allez Lille, dont je suis natif!
avatar
Lariflette
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 197
Age : 72
Localisation : Ile de France
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Polar
Date d'inscription : 30/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aillon, Jean (d')] Le chien des Basqueville

Message par Pistou 117 le Jeu 7 Déc 2017 - 20:38


Euh, oui, d'accord allez Lille... jocolor
avatar
Pistou 117
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2796
Age : 53
Localisation : LILLE
Genre littéraire préféré : De tout, partout...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Aillon, Jean (d')] Le chien des Basqueville

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum