Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Celestin, Ray] Michael Talbot et Ida Davies - Tome 2 : Mascarade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Celestin, Ray] Michael Talbot et Ida Davies - Tome 2 : Mascarade

Message par Sharon le Ven 24 Fév 2017 - 22:36


Mascarade
Edition Le cherche-Midi - 576 pages.

Présentation de l’éditeur :

1928. Chicago est la cité de tous les contrastes. Du ghetto noir aux riches familles blanches, en passant par la mafia italienne tenue par Al Capone, la ville vit au rythme du jazz, de la prohibition et surtout du crime, que la police a du mal à endiguer. C’est dans ce contexte trouble qu’une femme appartenant à l’une des plus riches dynasties de la ville fait appel à l’agence Pinkerton. Sa fille et le fiancé de celle-ci ont mystérieusement disparu la veille de leur mariage. Les détectives Michael Talbot et Ida Davies, aidés par un jeune jazzman, Louis Armstrong, vont se charger des investigations.

Mon avis :

Je découvre cet auteur avec ce second volet des aventures des détectives Michael Talbot et Ida Davies et je dois dire que je n’ai pas été déçue – manière de dire que j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, dont l’épaisseur m’avait pourtant un peu effrayée au début. Epaisseur qui n’est pas gratuite : il n’est rien à retrancher dans cette enquête.
Des détectives chargés de retrouver une jeune fille disparue et, éventuellement, son fiancé : un classique. Ce qui l’est moins est la couleur de la peau des détectives – pourquoi une riche femme blanche engagerait-elle des détectives de couleur ? Ah, oui : parce que son futur gendre aimait à s’encanailler dans certains quartiers chauds. Surtout, pourquoi le père de la jeune fille et le père du jeune homme sont-ils bien d’accord sur un point : ne rien faire pour les retrouver. Tout détective respectueux de sa hiérarchie (il s’agit de la fameuse agence Pinkerton, tout de même) cesserait aussitôt d’enquêter. Sauf qu’ils sentent que quelque chose clochent. Sauf que leur hiérarchie restera toujours leur hiérarchie, il n’y aura pas de moyen de gravir les échelons pour Ida. Sauf que leur première cliente leur offre les moyens (peut-être) de quitter l’agence.
Parallèlement à cette enquête, nous découvrons Dante, qui revient à Chicago après plusieurs années hors de cette ville, plusieurs années pour oublier, pour survivre avec sa culpabilité. Il revient, parce qu’Al Capone a besoin de lui, lui que tous ou presque croyaient mort. Il l’était – presque – et son retour n’a rien d’une renaissance. Il se retrouve en pleine guerre des gangs, et presque tous les coups sont permis pour obtenir la suprématie sur un territoire le plus vaste possible.
Guerre des gangs ou pas, le noyau de ce livre est la famille, les siens, les proches. Que veut-on pour ses enfants ? Le meilleur ? Mais le meilleur pour qui ? Pour Michael Talbot, c’est évident : permettre à ses enfants de faire des études de leur choix. Quand on dirige un gang ou quand on s’est enrichi de manière pas vraiment honnête, on pense avant tout aux apparences, à ce qui est mieux pour soi, piégeant parfois son enfant avec des directives contradictoires. L’époque veut cela, me dira-t-on : on ne demandait pas son avis à ses enfants. Certes. On peut cependant éviter de choisir le plus déraisonnable.
Et la musique ? Elle nous réserve de beaux moments, sincères. Louis Armstrong aide Ida Davies, mais il est aussi le joueur de jazz en plein ascension, bien décidé lui aussi à garder son indépendance musicale. Il est un homme, pris entre deux amours, dévoué à son neveu Clarence, handicapé mental depuis un accident.
Il est tant d’autres choses que j’aurai à dire sur ce livre. Tenez, je n’ai pas encore parlé de Jacob, le photographe qui aide lui aussi Ida, figure charismatique et émouvante. J’aurai à dire aussi que certaines « victimes » (si vous lisez le livre, vous comprendrez le pourquoi de ces guillemets) ont subi ce qui est resté longtemps l’une de mes pires phobies. Mais je serai sympa, je ne donnerai pas les détails des interventions qu’ils ont subies – mais vous pouvez toujours demandé à Nunzi, mon chat, qui a subi les mêmes.
Mascarade, un polar musical historique aux intrigues complexes et développées.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7363
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum