Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Hesse, Hermann] Le Jeu des perles de verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Hesse, Hermann] Le Jeu des perles de verre

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Hesse, Hermann] Le Jeu des perles de verre

Message par Moulin-à-Vent le Dim 12 Mar - 15:28



Titre: Le Jeu des perles de verre
Titre original: Das glasperlenspiel
Auteur: Hermann Hesse
Traducteur: Jacques Martin
Éditions: Calmann-Lévy
Genre: Littératures de l'imaginaire
Époque: vers 1933 à 1943
646 pages
ISBN 2-7021-2069-5


Quatrième de couverture

«Qu'adviendrait-il si, un jour, la science, le sens du beau et celui du bien se fondaient en un concert harmonieux? Qu'arriverait-il si cette synthèse devenait un merveilleux instrument de travail, une nouvelle algèbre, une chimie spirituelle qui permettrait de combiner, par exemple, des lois astronomiques avec une phrase de Bach et un verset de la Bible, pour en déduire de nouvelles votions qui serviraient à leur tour de tremplin à d'autres opérations de l'esprit?»
Cette extraordinaire mathématique, c'est celle du jeu des perles de verre, que manie parfaitement Joseph Valet, héros fascinant et ludi magister jonglant avec tous les éléments de la culture humaine.
Récit d'anticipation, roman d'éducation intellectuelle et religieuse, utopie pessimiste, Le Jeu des perles de verre est une des plus amples et savantes constructions littéraires d'Hermann Hesse.

Hermann Hesse, écrivain allemand naturalisé suisse (1877-1962), reçoit le Prix Nobel en 1946. Peter Camenzind (1904) et L'Ornière (1906) lui apportent la notoriété. Narcisse et Goldmund (1930) en font un auteur universel. Il est aussi l'auteur de nouvelles, dont dix recueils on paru chez Calmann-Lévy.

Préfacé et traduit de l'allemand par Jacques Martin.



Mon avis

Un coup de coeur. Un chef d'oeuvre. Lu dans ma jeunesse, j'avais adoré; lu dans ma vieillesse, j'adore encore. Une exception dans ma vie: le même livre lu deux fois. Hermann Hesse, également auteur d'un formidable "Siddharta", a terminé ce roman en 1943, soit en pleine Deuxième Guerre mondiale.
Cette fantaisie en est une d'anticipation qui fait parfois penser au "1984" de George Orwell, à "L'aveuglement" de José Saramago et à "Soumission" de Michel Houellebecq. D'une intelligence assurée, l'auteur nous amène dans un milieu éducationnel protégé, dans un milieu religieux alternatif et dans une utopie politique qui ne saurait être décrite comme telle dans une société gauchisante.
C'est sans doute la dernière fois que je relisais ce roman... et il en valait grandement la peine.
Ma cote: 9,5/10.


Citations


"«Nous approchons d'une ère critique, ... le mopnde s'apprête, une fois de plus, à déplacer son centre de gravité. Il se prépare des changements de pouvoir qui ne s'effectueront pas sans guerre ni sans violence, et ce n'est pas seulement une menace pour la paix, mais une menace pour la vie et la liberté qui s'annonce du fond de l'Orient.»"

(Préface du traducteur Jacques Martin pour Herman Hesse, "Le Jeu des perles de verre")


"Sur les chemins sans risques on n'envoie que les faibles."



" ... luttait si sincèrement, si gravement pour trouver sa solution et il y renonçait finalement avec un si noble ascétisme, qu'il ressemblait à une élégie parfaite sur la précarité inhérente à toute beauté et sur l'incertitude finale des grands buts de l'esprit."



" ... exorciser la bête tapie en nous et le diable qui niche dans chaque science."



"« ... Les abstractions sont ravissantes, mais je suis d'avis qu'il faut aussi respirer de l'air et manger du pain.»"



"Cette sérénité n'est faite ni de badinage, ni de narcissisme, elle est connaissance suprême et amour, affirmation de toute réalité, attention en éveil au bord des grands fonds et de tous les abîmes; c'est une vertu des saints et des chevaliers, elle est indestructible et ne fait que croître avec l'âge et l'approche de la mort. Elle est le secret de la beauté et la véritable substance de tout art. Le poète qui célèbre, dans la danse de ses vers, les magnificences et les terreurs de la vie, le musicien qui leur donne les accents d'une pure présence, nous apportent la lumière; ils augmentent la joie et la clarté sur terre, même s'ils nous font passer par des larmes et des émotions douloureuses. Peut-être le poète dont les vers nous ravissent a-t-il été un triste solitaire, et le musicien un rêveur mélancolique: cela n'empêche leurs oeuvres de participer de la sérénité des dieux et des étoiles. Ce qu'ils nous donnent, ce ne sont plus leurs ténèbres, leur douleur ou leur crainte, c'est une goutte de lumière pure, d'éternelle sérénité. Même quand des peuples entiers, des langues entières cherchent à explorer les profondeurs cosmiques dans des mythes, des cosmogonies, des religions, l'ultime et suprême terme qu'ils puissent atteindre est cette sérénité."



" ... la sérénité de la musique, cette forme de la vaillance, ce pas de danse gai et souriant à travers l'épouvante et les flammes du monde, cette solennelle offrande d'une victime."



"« ... il faut que tu ailles dormir l'oreille pleine de musique. Lever les yeux vers le ciel étoilé et s'emplir l'oreille de musique avant d'aller au lit, cela vaut mieux que tous tes soporifiques.»"



" ... la ligne droite paraissait n'exister qu'en géométrie et être étrangère à la nature et à la vie."



"Avoir le droit de s'endormir quand on est las, et de laisser choir un fardeau qu'on a porté très longtemps, c'est un délice et une grande merveille."



" ... le ricanement cynique de la vieillesse, qui ne peut plus rien prendre au sérieux ... "



(Hermann Hesse, "Le Jeu des perles de verre")
avatar
Moulin-à-Vent
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 1907
Age : 65
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Roman historique
Date d'inscription : 06/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum