Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Nesser, Hâkan] Homme sans chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Nesser, Hâkan] Homme sans chien

Message par lili78 le Lun 13 Mar 2017 - 13:53



Nesser Hâkan - Homme sans chien
Points – 480 pages


Quatrième de couverture : Cent cinq bougies à souffler ! La sainte famille Hermansson est au complet sous le toit parental à Kymlinge, une petite ville de province en Suède, pour fêter deux anniversaires, celui du père, soixante-cinq ans, et de la fille aînée, Ebba, quarante ans. La bonne humeur forcée des retrouvailles un peu guindées tourne à l'angoisse: deux membres de la famille disparaissent. Robert, le fils, la honte de la famille, connu par tous les téléspectateurs suédois comme "Robert le branleur", et Henrik, le fils aîné d'Ebba, un brillant étudiant en droit. Y a-t-il un lien, un mobile familial? Guidé par un flair hautement intuitif, l'inspecteur Barbarotti, un flic très humain, sait lire les âmes, nœuds des enquêtes. Homme sans chien, qui inaugure une série d'enquêtes menées par l'attachant Gunnar Barbarotti, est une critique sociale cinglante, où l'on retrouve l'humour et l'autodérision propres à Nesser. Un polar qui a l'étoffe d'un bon roman!

Mon avis : Toute la famille Hermansson est réunie pour fêter un double anniversaire. Quand Robert, l’imprévisible fils, disparaît, personne ne s’en souci outre mesure. Mais quand le petit fils, étudiant sérieux, se volatilise à son tour, l’inquiétude gagne et une enquête est ouverte.
L’enquête est menée par l’inspecteur Barbarotti, personnage fort sympathique et tenace.
Homme sans chien tient plus d’une satire sociale que d’un roman policier avec enquête et rebondissements.
L’histoire commence bien, nous avons le point de vue de chaque personnage, ce qui est très intéressant. Puis le récit s’enchaîne sur l’enquête qui malheureusement traine en longueur.
Globalement, c’est un roman que je n’ai que moyennement apprécié.
avatar
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2270
Age : 45
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum