Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Beecher-Stowe, Harriet ] La case de l'oncle Tom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Beecher-Stowe, Harriet ] La case de l'oncle Tom

Message par Hortensia le Mar 28 Mar 2017 - 3:49




Auteure : Harriet Beecher-Stowe
Edition : Le livre de Poche
Nombre de pages : 637
Genre : classique

Le quatrième de couverture :

Dans une atmosphère qui annonce la guerre de Sécession, Tom, esclave modèle d'un maître presque exemplaire doit quitter sa famille et la plantation où il a toujours vécu. Cet homme, doux et profondément religieux, tombe aux mains d'un propriétaire inhumain. Ce livre est le plus grand best-seller américain de la lutte contre l'esclavage. Sa parution a probablement eu une influence décisive sur les débats qui conduisirent à la guerre de Sécession. On ne peut qu'en recommander la lecture. Elle sensibilisera les jeunes au problème de l'esclavagisme. Et elle leur montrera la force de la Foi, du courage et de la dignité.
Abraham Lincoln a salué en son auteur, Harriet Beecher-Stowe, " une petite femme qui a commencé une grande guerre ".

Mon avis :

Que voilà une lecture qui me fût bien éprouvante ! Pas parce que l'ouvrage est mal écrit, bien au contraire ! Mais que le thème est dur, impitoyable ! A mots couverts on comprend bien des choses que subissaient même ces pauvres gens. J'avoue que je reste pantoise encore devant la barbarie et la cruauté de certains personnages et la brutalité du destin de certains esclaves... Une femme qu'on arrache à son petit enfant, on lui arrache également sa dignité en la revendant à un homme libidineux... elle se jette dans l'eau pour en finir avec ses malheurs car Dieu est bien sourd aux prières de ses ouailles tout au long de ce récit. Pourtant le personnage de Tom est une allégorie du Christ : un homme pur et bon, très digne et qui refuse le mal et va prêcher la bonne parole dans toutes les maisons où il devra servir. Même chez son ignoble dernier maître. L'écrivaine étant fille de pasteur et mariée à un pasteur, je ne suis pas surprise que le récit soit bercé d'une influence aussi religieuse et morale. En même temps je n'ai pas envie de la blâmer sur la morale de l'éthique qu'elle nous propose. Ce qu'elle raconte et prédisait a fini par se réaliser avec les décennies suivantes et le Sud s'est effondré... Pour revenir sur les personnages, en contre exemple, nous avons George Harris et son épouse Elisa qui vont devoir fuir jusqu'au Canada avec leur enfant s'ils ne veulent pas être séparés. En suivant le parcours de ces personnages ci nous avons droit à plus d'action et de péripéties dont certaines seraient inspirées d'histoires vraies selon l'auteure. On n'enlève pas le côté " religieux " puisque Elisa n'aura de cesse de vouloir ramener son époux athée dans le chemin de la religion chrétienne. Ce récit est vraiment dur. Le parcours de Tom est une descendante aux enfers mais le personnage reste sublime et digne jusqu'au bout. On a reproché à ce personnage de représenter " le gentil noir qui obéit sagement aux blancs ". Je dirais plutôt que le personnage a agit selon la situation et qu'il a espéré pendant longtemps lui aussi avoir sa liberté mais... le destin est cruel.
Les passages sur " la vente des nègres " est impitoyable : on se croirait assister à une vente d'animaux dans un salon de l'agriculture. On ne peut ressentir que de la honte et c'est ce que l'auteure voulait. Le dernier chapitre se veut une morale et par conséquent donner une prise de conscience au lecteur sur le non sens de l'esclavagisme. C'est très moderne pour son époque et je comprends le scandale que ce roman a pu susciter à sa sortie. Un vrai pavé dans la mare. Scarlett O'Hara ne l'aurait pas aimé du tout ! Evil or Very Mad
Je n'ai rien à redire sur l'écriture sauf que j'ai tiqué sur certaines expressions comme " face de nègre " ou parfois les descriptions de certains " nègres " où on voit que l'auteure trouve que ceux qui sont métissés sont plus beaux et intelligents que ceux " qui ont la face noire comme de la suie ". Des préjugés malgré elle ? C'est bien possible mais je n'oublie pas l'époque et le contexte dans lequel ce roman fût écrit. Wink
Comment donner une note à un roman pareil ? D'un côté on ne peut pas détester un classique pareil car il a une importance capitale dans l'Histoire mais comment peut on aimer lire les malheurs de ces pauvres gens , même si c'est bien écrit ? Franchement je ne peux pas donner de vote à ce livre... Il est au delà de ça je suppose.
J'aurais pu en dire encore long sur pleins de personnages, comme par exemple le second propriétaire de Tom et la cousine de ce Monsieur de St Clare qui sont des gens justes et qui démontrent que tous les gens du Sud n'étaient pas immondes mais là je crois que je vous ai écrit déjà un beau pavé. ^^

Vote : je ne voterais pas à titre exceptionnel pour un roman " à part ". Wink

avatar
Hortensia
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1808
Age : 26
Localisation : La Lothlórien
Emploi/loisirs : Lecture, voyage et sieste.
Genre littéraire préféré : Tout ! ( sauf la poésie )
Date d'inscription : 08/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum