Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ogien, Ruwen] Mes Mille et Unes Nuits

Aller en bas

votre avis

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Ogien, Ruwen] Mes Mille et Unes Nuits

Message par lili78 le Lun 29 Mai 2017 - 16:57



Ogien Ruwen - Mes Mille et Unes Nuits
La maladie comme drame et comme comédie
Albin Michel – 236 pages


Quatrième de couverture : « Faire durer le suspense comme Shéhérazade, en évitant de me mettre à dos les soignants, c'est le mieux que je puisse espérer, si j'ai bien compris la nature de ma maladie. » Dans cet essai très personnel, Ruwen Ogien suit et questionne avec humour et perspicacité le parcours du malade, les images de la maladie, les métaphores pour la dire, pour l'oublier ou pour en faire autre chose qu'elle n'est. Ne dit-on pas souvent qu'elle serait un défi à relever, un test pour s'éprouver, une expérience qui, une fois dépassée, pourrait même nous enrichir ? Farouche adversaire d'un tel « dolorisme », Ruwen Ogien ne trouve aucune vertu à la souffrance : à ses yeux, ce qui ne tue pas ne rend pas plus fort, et la résilience n'est pas la panacée. Un livre fort, une pensée vive qui nous aide à comprendre le quotidien de la maladie, à prendre conscience qu'elle a bien des causes, mais certainement pas des raisons.

Ruwen Ogien était un philosophe libertaire français. Il est mort le 4 mai 2017 à Paris.

Mon avis : Avec beaucoup d’autodérision, d’humour et d’intelligence Ruwen Ogien nous livre ses réflexions philosophiques sur la maladie, et une réflexion plus personnelle sur son propre combat contre le cancer. Il puise mille références dans la littérature et dans son quotidien pour contrer le dolorisme, cette phrase « ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Il apporte une vision du malade sur la société, la médecine et les soignants.

C’est un document d’une grande force, déstabilisant et très touchant.

Un coup de cœur très ému !

avatar
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2446
Age : 46
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum