Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Lanzmann, Claude] Le Lièvre de Patagonie

Aller en bas

Votre avis sur ce livre

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Lanzmann, Claude] Le Lièvre de Patagonie

Message par Invité le Mar 2 Juin 2009 - 11:56

« Le lièvre de Patagonie » Mémoires de Claude Lanzmann éditions Gallimard

Résumé (source Gallimard) :

« Quand venait l'heure de nous coucher et de nous mettre en pyjama, notre père restait près de nous et nous apprenait à disposer nos vêtements dans l'ordre très exact du rhabillage. Il nous avertissait, nous savions que la cloche de la porte extérieure nous réveillerait en plein sommeil et que nous aurions à fuir, comme si la Gestapo surgissait. "Votre temps sera chronométré", disait-il, nous ne prîmes pas très longtemps la chose pour un jeu. C'était une cloche au timbre puissant et clair, actionnée par une chaîne. Et soudain, cet inoubliable carillon impérieux de l'aube, les allers-retours du battant de la cloche sur ses parois marquant sans équivoque qu'on ne sonnait pas dans l'attente polie d'une ouverture, mais pour annoncer une brutale effraction. Sursaut du réveil, l'un de nous secouait notre petite sœur lourdement endormie, nous nous vêtions dans le noir, à grande vitesse, avec des gestes de plus en plus mécanisés au fil des progrès de l'entraînement, dévalions les deux étages, sans un bruit et dans l'obscurité totale, ouvrions comme par magie la porte de la cour et foncions vers la lisière du jardin, écartions les branchages, les remettions en place après nous être glissés l'un derrière l'autre dans la protectrice anfractuosité, et attendions souffle perdu, hors d'haleine. Nous l'attendions, nous le guettions, il était lent ou rapide, cela dépendait, il faisait semblant de nous chercher et nous trouvait sans jamais faillir. À travers les branchages, nous apercevions ses bottes de SS et nous entendions sa voix angoissée de père juif : "Vous avez bougé, vous avez fait du bruit. – Non, Papa, c'est une branche qui a craqué. – Vous avez parlé, je vous ai entendus, ils vous auraient découverts." Cela continuait jusqu'à ce qu'il nous dise de sortir. Il ne jouait pas. Il jouait les SS et leurs chiens. »

Écrits dans une prose magnifique et puissante, les Mémoires de l'auteur de la Shoah disent toute la liberté et l'horreur du XXe siècle, faisant du Lièvre de Patagonie un livre unique qui allie la pensée, la passion, la joie, la jeunesse, l'humour, le tragique.


Mon avis :

L’ auteur de Shoah nous livre ses passionnantes Mémoires au cours des 500 pages qui nous emmènent sur le chemin de son itinéraire exceptionnel de « cent vies « à travers le monde , de ses conquêtes féminines , de ses souvenirs de résistant membre des jeunesses communistes , de ses rencontres intellectuelles , de l’élaboration de son grand film documentaire sur l’extermination des juifs à travers de nombreux témoignages.
A 83 ans , il déclare « je ne sais pas ce que c’est que vieillir « : tout au long de son récit on croise les femmes aimées l ‘actrice Judith Magre , Dahlia une jeune kibboutzik , Kim une infirmière rencontrée au péril de sa vie ,Angelika Schrobsdorff écrivain berlinoise de mère juive et de père aryen sans oublier la compagne de Sartre Simone de Beauvoir qui sera sa compagne pendant 7 ans puis son amie jusqu ‘à sa mort en 1986.
Elle dont il admirait « le voile de sa voix, ses yeux bleus , la pureté de son visage et plus encore celle de ses narines »
Il sera avant tout journaliste à France Soir aux cotés de Pierre Lazareff qui l’enverra en Allemagne de l’Est , en Algérie , au Thibet en Israël notamment pour couvrir la guerre des Six Jours .
Aussi il participera avec Sartre à l’aventure de sa revue « les temps modernes ».
Enfin on ne peut passer sous silence son travail de titan avec son film « SHOAH » auquel il consacra 12 années documentaire composé de nombreux témoignages des rescapés et et des polonais voisins des camps passifs devant la tragédie.
Son style est alerte , virevoltant , bondissant comme ce lièvre rencontré une nuit en voiture sur les routes de Patagonie lui donnant une « joie sauvage comme à 20 ans »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum