Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Johnson, Craig] Walt Longmire -Tome 10 : La dent du serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Johnson, Craig] Walt Longmire -Tome 10 : La dent du serpent

Message par Sharon le Lun 21 Aoû 2017 - 11:35


Titre : La dent du serpent
Auteur : Craig Johnson
Edition : Gallmeister
Nombre de pages : 395 pages.

Présentation de l’éditeur :

Toute cette affaire n’avait au départ l’air de rien : un gamin fugueur qui se réfugie dans un cabanon et se nourrit en se servant dans les placards d’une vieille dame. Mais quand le shérif Walt Longmire essaie de ramener Cord chez lui, il se retrouve face à une propriété gardée par des miradors qui abrite une communauté polygame. Et tout ce petit monde, orchestré par un patriarche habile et un homme de main au passé trouble, affirme ne rien savoir de l’adolescent. Le shérif s’engage alors avec son équipe dans une enquête très glissante dont ils ne ressortiront pas indemnes.

Mon avis :

Quand je chronique un livre de Craig Johnson, je fais toujours le même constat, valable pour d’autres de mes auteurs fétiches : si vous êtes déjà fan, vous aurez lu le livre, ou vous vous apprêterez à le lire au moment où j’écris cette chronique. Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, je vous conseille plutôt de passer votre chemin et de lire Little Bird, le premier ouvrage qui met en scène le shérif Walt Longmire. Il n’est pas sans me rappeler Dave Robichaux, le héros de James Lee Burke (chronique de Créole Belle à venir), même si le Wyoming n’a pas les mêmes enjeux économiques que la Louisiane. Encore que….
Les siens sont inquiets pour Walt, qui a subi une rude épreuve dans Tous les démons sont ici et ne leur semble pas encore complètement remis. Vic, son adjointe, est elle carrément furax, et les reproches qu’elle lui adresse, qui ont plus à voir avec les sentiments qu’elle éprouve pour lui qu’avec leur profession, sont percutants. Le chien, lui, reste strictement neutre dans cette affaire – du moins, il essaie.
Le début du roman paraît presque ordinaire : un homme s’inquiète pour sa grand-mère qui voit un ange. Celui-ci lui rend de menus services contre de la nourriture et une certaine forme d’hébergement. Pas de quoi fouetter un chat, ou presque. Le gamin est d’ailleurs relativement sympathique, et totalement déconnecté de la réalité du XXIe siècle. Très vite, Walt se heurte à une contradiction : si sa mère a signalé sa disparition (mère qui elle-même n’avait pas donné signe de vie depuis plus de quinze ans), la communauté à laquelle il disait appartenir prétend ne connaître ni l’adolescent, ni sa mère. Ce n’est que le commencement d’une enquête tortueuse pour Walt et les siens.
Walt croyait sans doute avoir vu beaucoup d’hommes, de femmes, d’enfants, maltraités, victimes d’abus, de la crise, il croyait en avoir vu, des laissez-pour-compte de la société, ceux pour qui le rêve américain n’était qu’un mot. Il découvre des hommes, des femmes, et des enfants qui sont les victimes d’une certaine interprétation du rêve américain, et des principes de la constitution américaine. J’ai pensé au livre La disparition de Maura de Tess Gerritsen, qui exploite le même thème et le développe différemment. L’Amérique est vaste, l’Amérique comporte des richesses en son sol : s’enrichir en les extrayant n’est pas si compliqué, il suffit d’une manœuvre bon marché et peu instruite, d’un peu de camouflage. Dans l’Amérique hyper connectée du XXIe siècle, il est encore possible d’échapper à toutes les surveillances. Il n’est pas que les enfants dont la grande dépression avait jeté les parents sur les routes qui souffraient d’un manque d’instruction. L’instruction à domicile se développe, prétexte à une déscolarisation précoce et à une instrumentalisation des enfants.
Il est des moments drôles, tendres dans ce livre – ne ratez pas les différentes séances de Mon amie Flicka, projeté en exclusivité dans le bureau du shérif pour son meilleur locataire. Il est également des morceaux de bravoure – le chapitre 12. Il est aussi des interrogations sur le passé de l’Amérique, sur ses hommes qui l’ont servi et qui ne s’en sont pas remis.
La dent du serpent – un roman noir, un roman policier, et une réflexion sur l’Amérique contemporaine.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7313
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum