Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Laurent, Caroline, et Pisier, Evelyne] Et soudain, la liberté

Aller en bas

Votre avis

50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Laurent, Caroline, et Pisier, Evelyne] Et soudain, la liberté

Message par Sharon le Jeu 31 Aoû 2017 - 1:54


Titre : Et soudain la liberté
Auteurs : Evelyne Pisier et Caroline Laurent
Edition : Les escales
Nombre de pages : 448 pages.

Présentation de l’éditeur :

Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovaryse. Jusqu’au jour où elle lit Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C’est la naissance d’une conscience, le début de la liberté.

Mon avis :

Ce livre est une oeuvre curieuse, parce qu’elle a été inachevée à cause du décès d’Evelyne Pisier et que l’éditrice a fait le choix de la terminer, faisant ainsi office de co-auteure. Le récit proprement dit est ainsi coupé par les commentaires de Caroline Laurent, nettement délimité, qui explique son travail, les processus d’écriture qu’elle a suivis, un peu comme Delphine de Vigan dans Rien ne s’oppose à la nuit, si ce n’est qu’elle parlait alors de son roman. J’ai un regret à ce sujet : le récit de la création du personnage de Marthe, dont l’itinéraire de vie perd ainsi de sa force.
Maintenant que ce bémol est posé vient ce que j’ai aimé. Ce livre est véritablement prenant. Il retrace une époque dont on parle peu, finalement, à savoir la fin des colonies françaises et ce qui s’est passé, là-bas, si loin de la France métropolitaine. On apprend aussi le devenir ce ceux qui ont été en fonction là-bas, leur reconversion, si j’ose utiliser un terme si moderne.
Le second thème dominant est le féminisme, et la prise de conscience de Mona. C’est un récit à faire lire à tout ceux qui oublient le chemin parcouru, quelle était la situation des femmes avant les années 70, mais aussi le manque d’engagement de la génération actuelle. Parce que, finalement, s’engager, ce n’est pas, comme certains le font actuellement, s’engager pour une seule et unique cause, mais contre toutes les injustice, et la transformation de Mona est à ce titre remarquable, pour ne pas dire toujours d’actualité. Je pense à la sortie du film 120 battements par minute de Robin Campillo, par exemple.
Je suis comparatiste de formation, donc je ne peux m’empêcher de comparer ce livre avec Le bal du gouverneur, que j’ai lu voici plusieurs années. L’un des points communs est que la fratrie est limitée à une soeur et un frère plus jeune. Si Evelyne s’explique de ce choix, dans une très belle page hommage à sa soeur, j’aurai aimé savoir pourquoi Marie-France Pisier a fait le même choix.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 8465
Age : 40
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Laurent, Caroline, et Pisier, Evelyne] Et soudain, la liberté

Message par louloute le Jeu 31 Aoû 2017 - 19:16

Merci Sharon pour ta critique  Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 11212
Age : 50
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Laurent, Caroline, et Pisier, Evelyne] Et soudain, la liberté

Message par LOUBHI 49 le Dim 31 Déc 2017 - 19:23

Mon avis :

Un coup de maître...de maîtresse devrais-je dire devant ce fantastique récit - hommage  de l'editrice Caroline Laurent ayant dû reprendre le flambeau, au décès de celle qui avait entamé son récit de vie ; Evelyne Pisier, sans conteste un symbole de tous les combats de femmes sur ce XX è siècle écoulé.

442 pages qu'on lit, pour ma part, d'un seul trait, tant les portraits de Mona Desforêt et de sa fille Lucie, tirés de la vie d'Evelyne Pisier et de sa mère, sont passionnants de contrastes, fulugurances et de combats et les parfaites illustrations de la France coloniale, post-coloniale, des trente glorieuses et de la montée en puissance des modèles communistes et d'une certaine gauche. Un fil rouge que le passage de Mona initalement sous la coupe d'un mari passionné mais violent, fondamentalement pétainiste et conservateur en poste en Indochine puis en Nouvelle Calédonie, à la révolte contre le modèle imposé par ce dernier, puis à la bonne société coloniale et enfin au modèle sociétal français en son entier corsettant la femme (droit de disposer de son corps, droit de vote, soumission à son mari, rejet de l'indépendance économique, du divorce, de l'avortement, du planning familial....) et tant de combats dont le flambeau est partagé par sa fille Lucie. 

Récit multiples aussi où l'on suit aussi les échanges et la collaboration trop courte de l'éditrice Caroline Laurent avec Evelyne, les similitudes d'histoires de vie des deux, les passages et combats furtifs et propres de Marie France Pisier, soeur d'Evelyne, l'épisode Castriste où Evelyne et Fidel deviennent amants, la profonde convergence et le véritable amour comme les oppositions et divergences entre Mona et sa fille qu'elle veut voir comme l'égérie et la prolongation de ses propres échecs ou combats....

Mona, c'est aussi et de manière forte le destin d'une femme aux amours complexes, avec sa fragilité, ses faiblesses et échecs et son extrême sensibilité. De femme relativement naïve, Mona, par ses rencontres, ses passions, ses fureurs comme ses drames va se construire avec sa fille une personnalité à la fois forte et d'une grande fragilité et une certaine stature politique.

Tous les combats féministes, mais aussi celui des idéologies politiques, les combats autour des grands thèmes sociétaux (racisme, homosexulaité, sida....) sont mis sous les projecteurs de ces plumes et destin croisées. Un plaisir absolu de lecture, un témoignage humain et historique pour une certaine postérité.

_________________
Lectures en cours :

- "Sharko" Franck Thilliez.
- "Fille du Silence" Caroline Declercq.
- "Le Fou prend le Roi - Tome 2 Le Bçatard de Kosigan" de Fabien Cerutti.

La pensée du moment :

"Les Hommes sont malheureux parce qu'ils ne réalisent pas les rêves qu'ils ont" Jacques Brel.
avatar
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2294
Age : 52
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Laurent, Caroline, et Pisier, Evelyne] Et soudain, la liberté

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum