Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Malavallon, Armèle] Soleil noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Malavallon, Armèle] Soleil noir

Message par Sharon le Mar 5 Déc 2017 - 14:01



Titre : Soleil noir
Auteur : Armèle Malavallon
Editions : Les nouveaux auteurs
Nombre de pages : 323 pages

Présentation de l’éditeur :

Montpellier, mois de juillet, sous un soleil de plomb. Le corps d’une paisible retraitée, ou plutôt ce qu’il en reste, est découvert un dimanche matin dans son salon. Un petit tas de cendres et deux jambes intactes semblant miraculeusement rescapées d’un brasier infernal. L’hypothèse d’un phénomène de combustion humaine spontanée est aussitôt évoquée, plongeant les policiers chargés de l’enquête, dans une profonde perplexité. Un deuxième corps va les lancer sur la piste du Seraphim, l’ange de feu ou bien le Diable en personne ?

Mon avis :

J’ai eu du mal avec le début du livre – je n’aimais pas l’enquêteur principal qui se trouve être un peu trop donneur de leçons, son système de pensée étant le seul à être valable. Ce n’est pas en humiliant les jeunes enquêteurs que l’on parvient à des résultats, mais apparemment, si. Hyppolite Peyot évolue un peu, heureusement, sinon la lecture aurait vraiment été pénible.
Le thème ? La vengeance. Traditionnel. Je n’ai pas été sensible à cette volonté de se venger, parce qu’elle est exprimée dans l’excès. Et pourtant, en matière littéraire, je suis pour tout ce qui peut être excessif, mais là, non. Se venger n’est pas faire exactement ce que l’on vous a fait subir – en bien pire. En littérature, qu’elle soit policière ou « blanche », la vengeance emplit toute l’existence du « vengeur », et après, il ne reste rien – surtout que nous ne serons jamais dans la tête de celui-ci, bien plus inhumain que ceux dont il se venge.
Au lecteur de se faire son propre avis.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7512
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum