Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Stegner, wallace] En lieu sûr

Aller en bas

[Stegner, wallace] En lieu sûr

0% 0% 
[ 0 ]
33% 33% 
[ 1 ]
33% 33% 
[ 1 ]
33% 33% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

[Stegner, wallace] En lieu sûr

Message par titibus le Dim 21 Jan 2018 - 17:55



En lieu sûr
Wallace Stegner
Roman - Totem
Editions Gallmeister
416 pages
07/09/2017

Présentation de l'éditeur :

Deux couples d’enseignants à l’âge de la retraite, amis de longue date, passent leurs vacances dans une maison isolée en pleine forêt. Les uns étaient modestes, les autres mondains, mais l’amour de la littérature, le partage des bonheurs et des épreuves de l’existence ont forgé entre eux un lien aussi indissoluble que nécessaire. Au fil des retours sur le passé, Stegner évoque avec force et émotion le flot de la vie et la puissance du souvenir, tandis que s’invite la promesse de la mort.

En lieu sûr est le dernier roman de Wallace Stegner, figure incontournable de la littérature américaine, dont l’œuvre maintes fois couronnée (Prix Pulitzer, National Book Award) continue d’influencer d’innombrables héritiers.

Mon avis :

Nous suivons donc la vie de deux couples d'intellectuels américains, de leur rencontre jusqu'à la mort annoncée de l'un des protagonistes, sur plus d'un demi siècle. Point d'action trépidante ici, ni d’événements extraordinaires, juste la vie telle qu'elle est, du moins pour des universitaires américains, peut-être pas pour vous et moi.

Il s'agit là d'une amitié immense, qui passe au dessus de tout, et qui fait pardonner les défauts des uns et des autres. D'ailleurs, n'est ce pas la définition même de l'amitié? Leur histoire commence comme un coup de foudre amical, et cette amitié ne s’essoufflera jamais, malgré des périodes d'éloignement.

A priori, de ce que j'ai pu lire dans mes recherches, car je ne connaissais pas du tout cet auteur (honte à moi car il s'agit d'une référence de la littérature américaine), c'est le dernier roman de Wallace Stegner, écrit quelques années avant son décès dans un accident, et il est largement autobiographique. Mais plus que de lui même et de son épouse, Stegner nous parle de Charity et Sidney, leur couple d'amis mondains qui l'épauleront lui et son épouse, les soutiendront, leur feront vivre des moments extraordinaires, mais aussi les envahiront beaucoup par leur constante envie de partager leur bonne fortune.

Charity est une maitresse femme, qui organise la moindre parcelle de sa vie et donc de celle de sa famille et de ses amis, en planifiant dès le petit matin, et  même en vacance, ses journées sur un carnet. Portrait extraordinaire de cette femme dure, digne, énervante, indispensable, attachante, généreuse à l’excès, qui gère tout, et surtout la vie de son mari. Sidney, le poète frustré est il un mari soumis? Ou un homme qui avait besoin d'être dirigé pour ne pas s'égarer? Elle veut pour lui la reconnaissance de ses pairs, une carrière, alors que lui ne cherche que la création et la contemplation.

Le caractère intransigeant de Charity, son entêtement à avoir raison, jusqu'au ridicule parfois, donne lieu a des situations cocasses. J'ai en tête la description d'une randonnée mémorable, ou elle s’entêtera à suivre les indications d'un livre de théorie étudié sous toutes ses coutures avant le départ, plutôt que le bon sens de son époux et de ses amis, comme bien souvent au cours de sa vie. Jolie métaphore que le récit de cette randonnée, qui résume à lui seul qui est Charity.

Que vais-je dire de ce roman? Il a été difficile à lire pour moi, car il se déroule dans un milieu social dont je n'ai aucune espèce d'idée, au cœur du système universitaire américain que je ne connais ni de près ni de loin!
Et puis ma lecture m'a ramené sans cesse à mon ignorance littéraire, avec moult références à des auteurs, et poètes américains. A ma grande honte, aucun d'entre eux ne m'a rien évoqué.

Les 200 premières pages ont été pour moi extrêmement laborieuses à lire (leur discussion sur la littérature que je ne connais pas, voyez vous...ou sur des considérations qui me sont totalement étrangères...).

Puis j'ai décidé de me laisser aller, tant pis pour tout ce que je ne comprenais pas, l'écriture est tout de même magnifique (il m'est arrivé à plusieurs reprise de relire une phrase juste pour en gouter la richesse , la poésie ou le rythme), l'auteur a l'art de la formule, avec un humour fin et toujours délicat, les portraits des protagonistes sont intéressants, émouvants, sans jamais tomber dans le pathos et pourtant... même si je vous ai dit qu'il ne se passait rien d'extraordinaire, la vie de ces gens n'a pas été pas un long fleuve tranquille.

Tant pis pour les longues descriptions de paysages et de routes dans lesquelles je me suis parfois égarée, tant pis pour les dissertations sur la littérature et la poésie, leur but, leur pouvoir, sujet qui m’intéressent assez peu... Une fois le livre fermé, j'en garde une impression en demi teinte mais finalement assez forte, le sentiment d'avoir partagé une histoire intime et profonde, et je ne regrette pas de l'avoir lu.

Merci aux éditions Gallmeister et à Partage Lecture pour ce partenariat.
avatar
titibus
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 959
Age : 48
Localisation : nord
Emploi/loisirs : Assistante maternelle/Musique/randonnée
Genre littéraire préféré : roman
Date d'inscription : 02/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Stegner, wallace] En lieu sûr

Message par Sharon le Dim 21 Jan 2018 - 21:54

Mon avis :

Ce roman est un livre rare, parce qu’il nous parle d’un sujet rarement traité en littérature, celui d’une amitié de quarante ans. Nous commençons par la fin: nous savons qu’une des protagonistes de cette amitié est en train de s’éteindre. Fidèles jusqu’au bout, l’autre couple est venu l’accompagner, parce que pour eux, c’était le seul comportement possible.
Alors le narrateur, Larry, nous fait revivre le début de leur amitié. Lui et sa jeune épouse Sally ne roulaient pas sur l’or, il venait de décrocher son premier poste universitaire, elle attendait leur premier enfant, et ils ont rencontré Sid et Charity. Lui enseigne depuis quelques années déjà, elle est plutôt extravertie, surtout, elle adore prendre les choses en main, et le fera pour le jeune couple. Ce qui m’a frappé dans la première partie du roman est à quel point la vie pouvait être difficile dans cette Amérique des années trente, cette Amérique qui se relevait péniblement de la crise de 1929. Il suffit de lire les pages consacrés à l’accouchement de Sally, et aux soins qu’elle et sa fille devront subir, ou encore l’aide que devront leur apporter Sid et Charity quelques temps après. Le narrateur ne garde pas que les moments heureux dans son récit, mais il montre comment les épreuves ont pu être surmontées, comment être soutenus est important et l’amitié, la vraie, n’est pas à sens unique et qu’après les épreuves peuvent survenir de vraies périodes d’apaisement, comme leur séjour en Italie.
Charity/Sally, ou le contraste entre deux amies, devenues amies peut-être parce qu’elles étaient très différentes. Sally représente la sérénité, en dépit des épreuves traversées. Elle vit avec, pas de place pour les lamentations ou les regrets. Charity planifie tout de manière obsessionnelle, y compris la carrière de son mari, qui n’a jamais pu devenir le poète qu’il aurait rêvé d’être. Cela donne lieu à des dialogues savoureux avec Charity :

– Enfin, Sid, le monde a besoin de gens qui fassent des choses, pas de gens qui fuient la réalité.
– Je ne suis pas d’accord. La poésie n’est pas une fuite. Mais qu’est-ce que vous me suggereriez à la place.
– D’enseigner.
– D’enseigner quoi ?
– Ce que vous étudiez. Ce que vous connaissez.
– La poésie.


Larry, lui, écrit, est devenu un écrivain reconnu, et s’interroge aussi sur l’écriture, pas en temps qu’universitaire (le milieu universitaire américain des années 30 semble parfois bien puéril), mais en temps qu’auteur qui se demande si ce qu’il écrit peut convenir ou plaire aux lecteurs. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié ce livre qui nous racontent des existences paisibles, sans drame passionnel ou tragique violence.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 8541
Age : 40
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Stegner, wallace] En lieu sûr

Message par surpass le Dim 21 Jan 2018 - 22:12

Merci pour vos avis, je me note ce livre.
avatar
surpass
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2204
Age : 40
Localisation : quelque part en France
Genre littéraire préféré : thrillers / polars / contemporain / chick litt / régionnaux
Date d'inscription : 15/12/2008

http://www.lecoinlecture.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Stegner, wallace] En lieu sûr

Message par tite_puce le Dim 28 Jan 2018 - 19:45

Lu dans le cadre d’un partenariat entre le forum Partage Lecture et les éditions Gallmeister. Je les remercie tous les deux pour cela.

D’abord je ne connaissais pas cet auteur, mais en cherchant avant de m’engager dans ce partenariat, j’ai pu découvrir qu’il est un auteur grandement reconnu aux Etats-Unis, cela à achevé de me convaincre.

Nous assistons ici à la vie de deux couples d’Américains appartenant à une classe que l’on pourrait qualifier de supérieure, d’intellectuels. L’auteur nous raconte ici l’amitié grandissante de ces deux couples, un regard sur leur vie. Il n’y a pas de suspense ou de rebondissements, juste un regard sur cette vie dans les années d’avant et d’après-guerre mondiale. Le roman commence d’ailleurs par la fin, Charity est mourante, ses deux amis sont venus l’accompagner dans ce moment difficile de sa vie. Pour Sally et Larry il ne peut en être autrement, être là comme leurs amis ont été là pour eux quand cela a été nécessaires.

Puis l’histoire continue par le récit de la rencontre de ces deux couples. Larry cite à peu près ces mots « nous nous sommes engouffrés dans cette amitié… ». Ainsi Sally et Larry accèderont à une vie mondaine. Malgré tout à certains moments on a l’impression que l’envie de Sid et Charity de partager leur fortune, leurs relations pèse un peu Sally et Larry.

J’ai eu du mal à accrocher sur le début du roman, car très descriptif, un peu lent sans action véritable. Mais une fois que j’en ai pris le parti en laissant de côté les points qui m’étaient obscurs, lors de discussions à propos de la littérature américaine par exemple, j’ai apprécié.
J’ai trouvé l’écriture très belle, digne comme ces deux couples.
C'était aussi intéressant d'avoir une description sur la vie aux Etats-Unis à cette époque et même si nos protagonistes sont plutôt dans une situation aisée, la vie n'était pas si facile.  

J’ai apprécié cette lecture et suis ravie d’avoir lu un auteur aussi reconnu aux Etats-Unis.
avatar
tite_puce
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 804
Age : 37
Localisation : Haut-Doubs/Alpes Maritimes/Singapour
Emploi/loisirs : Maman à la maison de 2 joyeux petits monstres / Prof des écoles
Date d'inscription : 01/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Stegner, wallace] En lieu sûr

Message par Cassiopée le Lun 29 Jan 2018 - 22:59

Mon avis

Merci aux éditions Gallmeister et à PartageLecture pour ce roman !

Ce livre nous raconte quarante ans (cela commence vers 1930) d’une amitié entre deux couples d’américains. Les hommes travaillent à l’Université et aiment la littérature, l’un s’essaie aux poèmes, l’autre aux nouvelles puis aux romans…. Sid et Charity Lang sont plus riches, plus aisés, plus connus, mais au début de ce recueil, on ne sent qu’une immense affection tournée vers Larry et Sally qui ont moins de moyens et viennent de débarquer dans leur vie.
« Orphelins venus de l’Ouest, nous avions échoué à Madison et les Lang nous adoptèrent au sein de leur nombreuse, riche, influente et rassurante tribu. Nous nous aventurâmes, telle une paire d’astéroïdes, dans leur univers newtonien bien réglé, et ils nous capturèrent par un effet de leur gravitation, firent de nous des lunes et nous placèrent en orbite autour d’eux. »

Puis, petit à petit, sans doute à mesure que Larry « grandit » (au risque de faire de l’ombre ?), Charity prend les choses en main, imposant parfois ses idées (ah la randonnée et la vérification des sacs !) l’air de rien, en maîtresse femme qui sait aussi utiliser une voix douce, envoûtante….  Je l’avoue, je crois que je ne l’aurais pas supportée… Mais je comprends Larry et son épouse…. Ils sont de temps à autre, démunis et elle leur apporte des solutions qu’elle présente comme les meilleures, donc difficiles à contredire….. Parce que, finalement, la vie n’est pas aussi facile qu’on le croirait dans ce milieu d’intellectuels. Lorsque Larry évoque les périodes plus délicates (c’est lui le narrateur), il dit que ce qui domine, ce ne sont pas les événements politiques ou la difficulté d’avoir un petit budget mais bien « les menus événements de l’amitié : les soirées, les pique-niques, les promenades, les conversations  nocturnes, tous ces aperçus de rares heures de liberté. »

C’est donc un récit qui célèbre une amitié entre deux couples avec ses hauts, ses bas, ses moments de doute, de lassitude (où l’on aimerait être sans les amis de toujours….)  Il y a parfois des signes avant coureurs qu’une fausse note, un trouble, un malaise va s’installer parce que, profondément, les quatre inséparables ne sont pas sur la même longueur d’ondes… Mais une vraie amitié pardonne, tolère, accepte les défauts, les coups de mou et rebondit …..

C’est avec une écriture infiniment délicate, posée, poétique, au rythme des confidences de Larry, faisant des sauts dans le passé, que nous découvrons comment chacun a évolué, vécu. Nous visitons une Amérique « non linéaire », les souvenirs ne revenant pas forcément dans l’ordre….mais cela ne gêne en rien…..

J’ai beaucoup aimé cet opus, il est empreint d’une nostalgie de l’amitié, de ce qui a été et ne sera plus ….. comme ses pages jaunies qu’on feuillette encore et encore, la larme à l’œil et le sourire au bord des lèvres ……

_________________
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 10252
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Stegner, wallace] En lieu sûr

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum