Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Aller en bas

Votre avis

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_lcap57%[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_rcap 57% 
[ 4 ]
[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_lcap29%[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_rcap 29% 
[ 2 ]
[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_lcap14%[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_rcap 14% 
[ 1 ]
[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_lcap0%[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_lcap0%[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_lcap0%[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 7

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Empty [Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Message par Sharon le Lun 26 Mar 2018 - 23:35

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Cvt_my10

Titre : My absolute darling
Auteur : Gabriel Tallent.
Edition : Gallmeister
Nombre de pages : 453 pages

Présentation de l’éditeur :

A quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

Mon avis :

Ce livre est dense, touffu, étouffant. Un livre qui, tant que l’on ne se plonge pas dedans, pourrait sembler banal.
C’est l’histoire d’une gamine, élevée seule par son père. Une gamine sous l’emprise d’un manipulateur mental, parce qu’elle n’a connu que cette situation. Ce n’est pas qu’ils sont seuls au monde, c’est qu’il l’a maintenue seule au moindre. Ce n’est pas qu’elle ne voit pas comment s’en sortir, c’est qu’elle n’a pas conscience qu’elle puisse vivre une autre vie que celle-là. Turtle est littéralement enfermée sur elle-même, avec des principes, des valeurs qui lui sont inculqués par la violence, physique, morale, souvent insoutenable. J’en ai pourtant lu, des livres, j’ai rarement vu des personnes sous l’emprise d’une autre aussi bien décrite. Sans démonstration, sans effet de manche, nous voyons comment Martin parvient à esquiver toutes les personnes qui, à un moment ou à un autre, aurait pu se préoccuper du sort de Turtle. Elles ne sont pas si nombreuses, à vrai, parce qu’il donne juste ce qu’il faut, dans sa posture de père préoccupé de sa fille unique en échec scolaire.
L’amour, l’intérêt, un abandon apporte une modification dans la vie de Turtle, un point de bascule qui lui signifie que son existence peut être autre puisqu’elle prend conscience de l’anormalité de celle-ci, même s’il lui faudra un vrai regard rétroactif pour parvenir à se rendre compte de l’emprise qu’elle a subi. Jacob, ce jeune lycéen qu’elle a croisé au cours de ses pérégrinations dans les forêts de la Californie du Nord. Au passage, oubliez tout ce que vous connaissez des clichés sur la Californie. La nature est belle, la nature est riche, la nature est cruelle : la somptuosité des descriptions cache mal à quel point elle peut l’être. Jacob et Turtle pourront le dire, entre autre chose.
Premier roman, littérature américaine, ce roman se joue des étiquettes pour être, à mon avis, un des événements littéraires de cette année 2018.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 9569
Age : 41
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de lettres modernes/mes chats, la lecture, le cinéma, la généalogie
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars, littérature jeunesse
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Empty Re: [Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Message par lili78 le Lun 16 Avr 2018 - 12:00

Turtle, aussi nommée Croquette ou Julia, 14 ans, vit seule avec son père Martin. Sa mère est décédée des années plus tôt. Le père de Martin, alcoolique, vit dans un mobile home à proximité. Turtle fréquente le collège, mais préfère passer son temps à fureter dans les bois et à astiquer ses armes à feux. Martin est un homme instable et violent. Turtle est complètement sous son emprise physique et psychologique. Un jour, Turtle rencontre Jacob, un lycéen, et cette rencontre va lui laisser entrevoir d’autres perspectives. Un petit grain de sable qui sera pourtant l’élément déclencheur d’une prise de conscience.

My Absolute Darling est un livre fort dérangeant, très sombre, sa lecture m’a parfois été insoutenable. Pourtant j’étais tenue par le récit, je voulais connaître le dénouement et le futur de Turtle.
Gabriel Tallent nous montre un visage peu agréable des États-Unis, avec Martin un homme en mode survie et des armes à profusion. La jeune Turtle est très attachante, elle se croit responsable de la situation, de cette misère sociale, familiale et affective. Elle a avec son père des sentiments d’amour et de haine.
J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de Turtle, chaque petit détail qui l’a fait avancer vers autre chose.

C’est le premier roman de l’auteur, il a mis de nombreuses années à l’écrire, le résultat est extrêmement déstabilisant. Ce n’est certes pas un livre à mettre entre toutes les mains.
C'est un coup de cœur.
lili78
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2636
Age : 48
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Empty Re: [Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Message par bastinou33 le Dim 19 Aoû 2018 - 16:19

Roman très noir, dérangeant... Une histoire entre un pere pervers qui a sous son emprise sa fille de 14 ans....
Je n ai pas vraiment aimé ce roman, des descriptions pas toujours agréables à lire et des passages vraiment tres durs, violents..bof bof

bastinou33
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 171
Age : 47
Localisation : 33
Genre littéraire préféré : un peu de tout,pas mal de thrillers
Date d'inscription : 01/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Empty Re: [Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Message par isalyne le Dim 18 Nov 2018 - 16:02

J'ai aimé ce livre malgré toute la noirceur et la dureté du sujet, le résumé ne m'y avait pas vraiment préparée. Beaucoup de violence physique mais surtout psychologique qui mettent de manière spectaculaire en lumière tous les rouages et stratagèmes d'un esprit pervers, malade.


isalyne
isalyne
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 86
Localisation : bretagne
Genre littéraire préféré : j'aime varier mes lectures roman, policier, vécu,histoire...
Date d'inscription : 18/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Empty Re: [Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Message par Cannetille le Sam 22 Juin 2019 - 15:29

Julia, surnommée Turtle ou Croquette, vit seule avec son père au fin fond de la Californie. Sous la coupe de cet homme violent et incestueux, l’adolescente mène une vie marginale, repliée sur son calvaire et fermée à toute aide extérieure, avec pour seul exutoire ses longues divagations dans les coins de nature sauvage des environs et son entraînement quotidien au maniement des armes dont leur maison quasi en ruines regorge.

Déchirée entre haine et amour envers ce père cultivé, lecteur des grands philosophes, adepte du survivalisme, et qui oscille constamment entre tendresse et cruauté, Julia se verra finalement acculée au terrible choix entre tuer ou mourir.

Voici un livre fort dérangeant, qu’on aimera ou qu’on détestera, et peut-être les deux à la fois.

Entre les séquences au sein d’une nature assez hostile dont on découvrira une foule d’espèces animales et végétales inconnues en Europe, entre les séances de tirs et de maniement d’armes à feu dans une maison criblée de balles, monte peu à peu une tension entretenue par une succession de scènes toutes aussi insoutenables les unes que les autres : inceste, pédophilie, maltraitance physique et psychologique, « chirurgie » à domicile dans les pires conditions…, le tout assaisonné de l’ordurier langage paternel.

Ce qui fait l’intérêt de cette histoire est le talent de l’auteur : bien construit, bien écrit et bien traduit, le roman instille une atmosphère sombre et glauque, dans un contexte typiquement américain, où évoluent des personnages ambivalents, englués dans leurs failles et contradictions, incarnés avec précision et réalisme. Le lecteur se retrouve embarqué dans un huis-clos vénéneux et perturbant, dont il ressortira presque autant meurtri que son personnage principal.

L’on peut toutefois se demander à quelle fin : tant de témoignages réels rapportent la véritable souffrance des victimes d’inceste et de pédophilie, pourquoi et comment en imaginer une autre, sans tomber dans le travers d’une violence gratuite et d’une surenchère complaisante ? Car, globalement, c’est quand même bien une certaine fascination pour l’horrible et le goût du sensationnel qui pourraient risquer de l’emporter dans ce livre, à l’image de son final explosif, digne des scenarios d’action les plus musclés, et un peu « too much » pour demeurer crédible.

Vous risquez donc fort de garder de cette lecture l’impression déroutante d’une insoluble ambivalence : celles des personnages, mais surtout, la vôtre, si, comme moi, vous restez incapable de décider si vous aimez ou pas ce premier roman, quoi qu’il en soit révélateur de l’indéniable talent de son auteur. (4/5)
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1069
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Empty Re: [Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Message par Cassiopée le Dim 11 Aoû 2019 - 0:17

Mon avis

L’auteur a mis huit ans à écrire ce livre, il m’a fallu deux jours pour le lire. Coupée du monde, en apnée, j’ai dévoré ce récit fort, dérangeant, sublimé par une écriture profonde, majestueuse.

C’est en Californie du Nord, dans le comté de Mendocino que vit Julia. Julia c’est son prénom lorsqu’elle va au collège, elle n’est pas vraiment intégrée dans sa classe, a des difficultés et rejette l’aide d’une de ses professeurs…. Dans la maison où elle vit avec son père (sa mère est décédée) elle est Turtle ou Croquette. L’habitation est une espèce de cabane aménagée au milieu de nulle part. Un peu plus bas, dans le pré, se trouve le mobil home du grand-père. Son quotidien avec son géniteur est rythmé par quelques rituels : le matin, elle gobe des œufs, lui lance une bière, le soir, elle peine sur ses devoirs puis nettoie son arme, s’entraîne à tirer. Son paternel est adepte du survivalisme, lit les philosophes et les cite. Il fait vivre des choses terribles à sa fille sous prétexte de l’endurcir…De plus, il a une emprise malsaine sur elle.

Julia est à la fois fascinée, admirative et soumise devant son père. Elle le déteste et elle l’aime. Cette ambivalence la « ronge », la détruit mais elle ne sait pas comment faire…. Si elle se libère de son joug, arrivera-t-elle à s’en sortir, comment réagira-t-il ? Jusqu’à quel point cette domination lui pèse-t-elle ? A-t-elle connu autre chose, peut-elle envisager de vivre autrement ? Dans la nature, Julia va faire connaissance avec deux jeunes adolescents, Jacob et Brett. A partir de ce moment-là, elle entrevoit que son quotidien pourrait être autre, que les relations entre les personnes peuvent être plus simples que ce qu’elle connaît …. A leurs côtés, elle évolue. Ils sont gais, légers et ça lui fait du bien. Quel sera le prix à payer pour ce mieux être ? Va-t-elle arriver à avancer ? Elle est prisonnière de l’amour absolu, exclusif, extrême que lui voue son père. Il l’aime trop, mal, il dépasse les limites depuis longtemps et n’entend pas modifier son comportement…. Elle souffre de devoir choisir, elle a sans doute l’impression de le trahir ….

La relation toxique entre Julia et son père est bien décrite. On comprend comment il la violente moralement, physiquement, la poussant toujours dans ses retranchements, l’obligeant à puiser au plus profond d’elle-même pour tenir debout, faire face… Il a peur qu’elle lui échappe, il sent qu’elle veut prendre son envol alors il va encore plus loin pour « se l’attacher », en faire son esclave, ne reculant devant aucune perversité …. On peut se demander pourquoi personne, parmi les adultes qui ont des doutes, n’ose affronter Martin….

C’est un récit violent, poignant, avec un final un peu trop « grand spectacle » (qui empêchera le "coup de coeur) mais le reste est tellement abouti que ce bémol ne gâche en rien la lecture. J’ai trouvé l’écriture et le style de l’auteur puissants, le vocabulaire profond. Chaque phrase est pesée, réfléchie. Certaines sont empreintes de poésie. « …elle sent son âme pareille à une tige de menthe qui pousse dans la pénombre des fondations… »
J’ai lu un interview avec l’auteur qui est très intéressant et qui éclaire sur le processus de rédaction et les choix faits dans ce recueil.

Ce roman m’a profondément marquée, j’étais comme Croquette, entre fascination, répugnance et amour absolu …..


NB : que le titre n’ait pas été traduit est une très bonne idée.

Entretien avec l'auteur

_________________
[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Cassio11
Cassiopée
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 11357
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Tallent, Gabriel] My absolute Darling Empty Re: [Tallent, Gabriel] My absolute Darling

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum