Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Nachawati, Leila] Quand Damas refleurira

Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Nachawati, Leila] Quand Damas refleurira

Message par Sharon le Jeu 7 Juin 2018 - 20:50



Titre: Quand Damas refleurira
Auteur : Leila Nachawati
Edition :Presse de la cité
Nombre de pages : 406 pages.

Présentation de l’éditeur :

2014, Madrid. Sarah, hispano-syrienne, vit dans l’angoisse : elle est sans nouvelles du père de sa petite Sham depuis qu’il a été enlevé dans la banlieue de Damas, sans doute par l’armée de Bachar el-Assad. Elle décide de raconter son année 2011. L’année où fut conçue Sham, l’année où le monde arabe se réveilla – l’année où tout commença. Une façon pour Sarah de continuer à garder espoir… En retraçant les trajectoires de Mazen, syro-palestinien, la conservatrice Wafa, qui attend le prince charmant, Hussein, chiite, Rudayna, virtuose du luth dont la famille est proche du régime, Osama, reporter idéaliste, Sarah nous embarque dans le quotidien des jeunes Damascènes, entre aspiration d’ouverture et condamnation à la fermeture. Et brosse le portrait d’un pays aux multiples couleurs, aux innombrables parfums et à la culture millénaire dont aucun dictateur ne pourra museler l’âme romanesque.

Mon avis :

J’ai l’impression que ce roman, pourtant disponible depuis quelques semaines déjà, n’a que peu d’avis sur les réseaux sociaux. Pourquoi ? Mystère. Le sujet ? Il est vrai qu’il n’est pas glamour et que, comme certains téléspectateurs veulent à tout prix ne pas voir certains sujets à la télévision et je ne vous parle même pas de ce qui pourrait se passer s’ils s’y trouvent confrontés dans la vie, certains lecteurs n’ont pas forcément envie de se pencher sur la Syrie, même dans un roman – il faut dire que ce n’est pas un sujet très facile.
D’ailleurs, est-ce que nous, occidentaux, nous nous intéressions vraiment à la Syrie avant que les réfugiés syriens affluent en Europe ? Pas sûr. C’était un pays comme un autre. Puis, le printemps arabe a eu lieu, entraînant de profondes modifications en Tunisie, en Egypte. Et en Syrie ? C’est ce que nous propose de nous raconter ce livre.
Sarah est la narratrice principale, le fil conducteur de ce livre qui nous permet d’entre plusieurs voix – celle de Wafa ou celle de Rudyana. Ces voix nous montrent la vie d’avant, sous le joug d’un régime qui ne dit pas être une dictature mais qui y ressemble beaucoup, avec une propagande parfaitement huilée, qui m’a rappelé – de loin – celle qui a cours en Corée du Nord. Un régime qui a ses fidèles, ses thuriféraires, qui sont persuadés que tout est pour le mieux et que le désordre ne peut venir que de l’extérieur. L’anti-sémitisme, l’anti-américanisme est sous-jacent pour certains syriens. Dans un tout autre domaine, l’amour a à peine sa place en Syrie, l’important est de se trouver un bon mari, qui vous laissera faire ce que vous voulez même si cela ne correspond pas forcément à ce que nous, occidentaux, considérerions comme faisant partie d’une vie « libre ».
Le premier tiers du roman était presque sans problème – même si l’on savait que la guerre allait réellement survenir. Le lecteur veut y croire un peu, pas forcément longtemps. Le pire survient ensuite parce que nous découvrons, de l’intérieur, comme la répression a été menée, comme l’on en venait à se méfier de tous et de tout, comme les réseaux sociaux ont permis d’abord le meilleur, avant de devenir le pire vecteur qui soit. Livre pessimiste ? Non, plutôt livre réaliste. Que certains ne seraient-ils pas prêts à faire pour conserver leur confort ?

Je terminerai par cette citation :

La révolution n’avait aucune chance de triompher avec tus ses gens abêtis qui ne se souciaient que de manger, dormir et du nouvel épisode du feuilleton à la mode.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 8049
Age : 40
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nachawati, Leila] Quand Damas refleurira

Message par lalyre le Jeu 7 Juin 2018 - 23:28

Merci Sharon pour cette belle présentation, le genre de roman que j'aime flower
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6340
Age : 86
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum