Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Texier, Marie-Hélène] Rollon en ce temps-là…

Aller en bas

Votre avis :

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Texier, Marie-Hélène] Rollon en ce temps-là…

Message par Pandora le Dim 17 Juin 2018 - 16:12

"Rollon en ce temps là " de Marie-Hélène Texier .

Nombre de pages : 344
Quatrième de couverture :
En cette fin du neuvième siècle de l’Incarnation, selon la notation récemment proposée par le moine Bède, la situation de l’Occident chrétien est confuse, plus troublée et incertaine qu’elle ne l’avait été quelques générations en arrière. Ils sont loin, les temps où des rois prestigieux - Pépin, Charles le Grand, Louis le Pieux - tenaient toute la Chrétienté bien rassemblée dans leur main, comme une gerbe dans la main du moissonneur. Depuis que les descendants du légendaire Charlemagne se sont partagé l’empire comme on dépèce un gibier, il semble souvent que plus personne n’est vraiment roi.
Dans cette indécision générale, cette faiblesse, cette désorganisation du pouvoir royal, dans l’incertitude des limites des royaumes, prolifèrent, s’effritent, se reconstituent d’innombrables pouvoirs locaux. Sauf quelques Comtes, quelques évêques, qui se préoccupe du roi ? Qui, même, sait qui il est, connaît son nom ? Les rois, ils passent, meurent, se succèdent dans l'indifférence générale. Les nouvelles vont lentement et la vie est si brève.
Quelle importance que le roi se nomme Louis ou Charles ou Carloman, que le titre d’empereur soit à celui-ci ou à celui-là ? C’est au comte, à l’évêque, à l’abbé qu’il faut verser les redevances ; c’est du début de leur règne à eux que l'on compte les années, quand ce n’est pas du passage d’une comète ou de celui de pillards normands. Leur justice s’applique sans recours, et leur caractère bon ou mauvais a autrement d’importance que le nom incertain d’un roi inconnu.

Dans ce temps de trouble, les Scandinaves vont commencer à convoiter des richesses pour ainsi dire offertes tant elles sont mal défendues. Si longtemps commerçants cabotant au long des côtes, troquant ambre, fourrures et esclaves pour compléter les maigres ressources de leurs durs pays, ils savent par force vivre l’épée à la main, dans les périls de la mer et le froid de l’écume.
Et voilà que les strandhaggs, ces pillages-éclair assez semblables au piqué du rapace qui prend sa proie au vol et disparaît, vont rencontrer de moins en moins de résistance. Longtemps, ils ne fournissent qu’un peu de ravitaillement, un couple ou deux d’esclaves capturés dans un champ. Mais il y a de prodigieuses richesses entassées dans les monastères chrétiens, et pas une épée pour les défendre. Qu’on mette le feu aux bâtiments avant de s’enfuir, et on n’est même pas poursuivi.

Alors vont s’épanouir, se multiplier, se propager à travers toute la Chrétienté les raids vikings. De l’Ibérie à la Germanie, de l’Irlande à l’Italie courent les agiles bateaux aux grandes ailes carrées, se multiplient les monastères incendiés...

Alors va se lever parmi les Vikings un homme sans terre, un homme audacieux, intelligent, impitoyable, décidé à suivre sa destinée.
Son nom est Hrolf. Les Francs le nommeront Rollon.

Sa destinée s'appellera Normandie.

Mon avis :
Gé-nial !
J'ai adoré cette lecture, l'ambiance, les mots, les personnages, la plume, tout ! cheers

Dès le début de ce récit nous sommes plongés dans une ambiance déroutante, ancienne, pleine de sang et de fureur, celle des hommes du Nord, les Vikings. Mais, cela ce n'est que la surface, quand on gratte un peu, c'est d'honneur qu'il est question. Parce que l'origine de tout cela, c'est la trahison d'une parole donnée d'un homme à un autre...

Suite à un conflit familiale sanglant, deux hommes vont partir loin de chez eux, au gré de la mer pour se reconstruire, ailleurs.
Ces deux hommes sont des comme des frères, des fóstbroedir, et ensemble ils vont s'intégrer et se faire une place parmi une famille du Jutland, des Danes.
Nos deux hommes, Hrolf et Egill participent activemment aux expéditions visant à piller d'autres contrées pour s'enrichir un peu, car la vie dans les terres du Nord est rude et demande beaucoup de travail pour trop peu de résultat.
A la mort du chef des expéditions, un affrontement a lieu entre le fils du défunt chef et Hrolf pour savoir lequel des deux va prendre la tête des expéditions. Car, chez eux, la légitimité par le sang n'est pas suffisante : il faut prouver sa force et mériter sa place.
Le dénouement est sanglant, Hrolf devient le Chef, c'est à lui de mener les hommes vers des terres abondantes à piller, des esclaves et des butins à rapporter.
Ce qu'il va faire avec brio.
Hrolf est un homme complexe, audacieux, très rusé, intelligent et puissant. Il est aussi très observateur et assez juste. Ce qu'il aime c'est l'or pas le sang.
Il va mener ses hommes et ses navires piller les territoires Franques. Son nom inspire la crainte mais aussi le respect. Pendant des années, il va aller et surtout il va réussir là où tant d'autres ont échoués.
Mais, dans le coeur de cet homme, il reste un vide, car en quittant sa famille avec Egill, il est devenue Hrolf le Vagabond, il n'a plu de terre à lui, et cela, c'est ce qu'il veut. Pouvoir rentrer chez lui. S'établir sur une terre qui serait sienne. Et d'une brillante façon, avec beaucoup de patience, et d'audace il réunir et faire prospérer une terre à l'abandon et qui deviendra, sous sa protection et sa domination, la Normandie.
Ce mot lui-même vient d'eux, les Normannis qui se traduit par hommes du Nord.

A travers ce récit nous découvrons ainsi l'hospitalité de ces soi-disants barbares, leurs habitations, leurs coutumes, la place des femmes (qui n'étaient pas mariées de force par exemple !), celle des esclaves aussi traités comme utiles et pouvant être affranchis et intégrés comme un membre de la communauté. Et même certaines tâches comme le tissage était l'affaire de tous, Hommes et Femmes !
Ce sont donc des hommes complexes, la faiblesse n'a pas sa place parmi eux.
Certains ne voient en eux que des barbares violents, païens, cruels. Et ils le sont, mais pas seulement, car chez eux l'humiliation est odieuse, le châtiment physique aussi, la fidélité (à sa famille, ses amis, son Jarl etc) et la loyauté est primordiale. Il faut se battre pour survivre, être persévérant, auto-discipliné, pas question de se plaindre pour le moindre petit bobo (un oeil en moins, par exemple... silent ), leur endurance n'a d'égale que leur volonté.

J'ai beaucoup apprécié la relation étonnante entre l'évêque Witton de Rouen et Hrolf. Il y un respect mutuel et l'auteure ne fait pas pencher la balance d'un côté ou de l'autre, ils sont ce qu'ils sont, ils le savent et font l'un et l'autre au mieux pour leur peuple.
Le personnage de Poppa m'a également étonnée agréablement.

C'est aussi très riche en vocabulaire nordique (avec des explications au début et à la fin), et la plupart des faits exposés ont une portée historique et cela sert de base pour faire ce roman. Bien sur, tout ne s'est pas passé ainsi que l'a écrit l'auteure.
C'est un gros rappel aussi de ce qu'était la Francie à cette époque lointaine, non pas un territoire entier et unis mais de nombreux comtés, plus ou moins gérer par le Comte ou par l'évêque.

En tant que Normande c'est avec un petit sourire complice que j'ai suivis Rollon et ses hommes que ce soit à Rouen, à Bayeux ou ailleurs, à travers les paysages verdoyants, sous la pluie aussi. Laughing
Il faut voir l'ensemble des actions les bonnes comme les mauvaises et pas uniquement le pillage des richesses des abbayes même si c'est au coeur du récit, il y a beaucoup plus.
J'ai découvert aussi qu'il était l'ancêtre de notre conquérant, Guillaume ! Et tant d'autres choses encore...

Bref, c'est un coup de coeur pour moi, le récit est mouvementé, riche, profond, les personnages sont complexes, surprenants, attachants... Une lecture parfaite.

Je ne peux que vous le recommander.

(Louloute, il me semble que tu avais envie de lire un livre sur les Vikings, je te le conseille vivement ! Wink )

J'ai voté : Coup de coeur I love you I love you I love you

_________________
« La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens. » Daniel Pennac

Je participe au Challenge PàL 2018 organisé par TitePomme : PàL de départ= 87 ; livres lus = 72 (dont 13 hors challenge) ; Ajouts PàL = 7

study  PAL et LAL study
avatar
Pandora
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 724
Age : 27
Localisation : France
Genre littéraire préféré : Aucun, c'est la plume de l'auteur qui me transporte... ou pas
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texier, Marie-Hélène] Rollon en ce temps-là…

Message par louloute le Mar 10 Juil 2018 - 19:48

Ou là là j'ai zappé ta critique, merci Pandora de penser à moi, merci pour cette critique, qui me tente beaucoup, je le note  cheers cheers
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 11102
Age : 49
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texier, Marie-Hélène] Rollon en ce temps-là…

Message par Pandora le Mar 10 Juil 2018 - 21:13

Difficile de voir toutes les critiques, Louloute !

Il est disponible sur Ama... je ne suis pas sur en revanche que tu puisses le trouver en grande surface.
Dans tous les cas j'ai vraiment hâte de connaître ton avis !

_________________
« La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens. » Daniel Pennac

Je participe au Challenge PàL 2018 organisé par TitePomme : PàL de départ= 87 ; livres lus = 72 (dont 13 hors challenge) ; Ajouts PàL = 7

study  PAL et LAL study
avatar
Pandora
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 724
Age : 27
Localisation : France
Genre littéraire préféré : Aucun, c'est la plume de l'auteur qui me transporte... ou pas
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texier, Marie-Hélène] Rollon en ce temps-là…

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum