Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Buffard, André] Le jeu de la défense

Aller en bas

Votre avis ?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Buffard, André] Le jeu de la défense

Message par Cassiopée le Mer 8 Aoû 2018 - 23:45



Le jeu de la défense
Auteur : André Buffard
Éditions : Plon (14 Juin 2018)
Collection : Sang Neuf
ISBN : 978-2259263368
432 pages

Quatrième de couverture

A Lyon, une jeune magistrate est découverte battue à mort sous une porte cochère alors qu'elle venait rejoindre son amant. Ce dernier est rapidement soupçonné, d'autant que ses mensonges, et plusieurs éléments matériels, l'accablent et en font le coupable idéal. Cet avocat connu, futur candidat à la mairie, décide de confier sa défense à David Lucas, un pénaliste réputé, qui va tout tenter pour le faire acquitter.

Mon avis

La justice a horreur du vide….

A l’âge de la retraite, tout en continuant d’exercer son métier d’avocat, André Buffard publie son premier roman et sans mauvais jeu de mots, il le fait d’une main de maître, même si on peut émettre quelques bémols que j’évoquerai par la suite.

Les chapitres sont courts et donnent du rythme, ce qui laisse le lecteur toujours dans le « mouvement ». Le récit est écrit soit avec « je » à la première personne, soit avec un narrateur. Lorsque c’est le « je » qui s’exprime, c’est David Lucas, le pénaliste, personnage principal, qui parle et on sent qu’André Buffard met beaucoup de son expérience dans ce qu’il fait dire à son protagoniste. C’est d’ailleurs plutôt « technique », il y a plus de détails. On découvre le quotidien d’un avocat, qui gère plusieurs affaires en parallèle, qui doit se renseigner à droite et à gauche, qui a besoin d’une assistante dévouée, discrète et efficace. On se demande si les réflexions de David Lucas ne sont pas le reflet de ce que pense Maître Buffard. Lorsqu’on lit des entretiens de ce dernier avec des journalistes, on retrouve des points concomitants … Dans les passages sans le « je », c’est l’intrigue qui sert de fil conducteur, à savoir l’assassinat d’une jeune magistrate. Qui a commis l’irréparable ? Le compagnon jaloux, un homme sans domicile fixe qui passait par là, la femme de l’amant, un client mécontent ? La police mène l’enquête, l’avocat défend l’accusé… Chacun son rôle….. Mais pas facile de collaborer, sans se gêner et là aussi tout est calibré, pensé, ….

L’écriture et le style sont ceux d’un excellent conteur. André Buffard sait captiver (dans son travail, c’est essentiel d’être un bon orateur et il doit, sans doute, écrire avant de se rendre en plaidoirie), il sait impliquer le lecteur dans ce qu’il présente et les affaires qu’il a suivies de près ou de loin ont dû l’inspirer (celle qu’il évoque entre une comptable et son patron n’est pas sans rappeler un fait divers lu dans un quotidien stéphanois ;-)

Son approche du métier d’avocat m’a surprise, le titre en est la preuve « le jeu de la défense ». Il considère qu’il joue et qu’il essaie de gagner. Vu ainsi, c’est un raccourci bien entendu . Mais il y a un peu de ça. Il ne cherche pas à savoir si la personne qu’il défend est innocente ou coupable, son but est d’être sans état d’âme et d’ instiller le doute dans l’esprit des jurés pour que celui ou celle qu’il défend s’en sorte le mieux possible. Il met toute une stratégie, remarquablement décrite dans cet opus, en place.
« La part du jeu est inhérente au fonctionnement même de la justice. Loterie du choix de l’avocat, des magistrats qui vont gérer un dossier, tirage au sort des jurés, loterie des verdicts. »
C’est intéressant pour le lecteur même si c’est également dérangeant. Dérangeant …le mot est lancé… j’ai trouvé que certains protagonistes étaient un peu « clichés » (par exemple, il n’y a pas que des tchéchènes dans le milieu de la prostitution.... ) et puis pourquoi planter le décor à Lyon ? Saint-Etienne ce n’est pas assez bien ? Je plaisante …. quoique …. Une dernière chose : globalement, les avocats m’ont paru être des gens très sûrs d’eux… Ils ne se remettent pas énormément en question ou alors ils ne le montrent pas …péché d’orgueil ?

Malgré ces quelques petits reproches, j’ai avalé les plus de quatre cent pages très rapidement, signe d’un bouquin addictif, prenant et bien construit.

_________________
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 10066
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum