Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[DeSilva, Bruce] Dura lex

Aller en bas

Votre avis

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[DeSilva, Bruce] Dura lex

Message par Sharon le Mar 23 Oct 2018 - 23:33


Titre : Dura lex
auteur : Bruce DeSilva
édition : Actes Sud
Nombre de pages : 448 pages.

Présentation de l’éditeur :

Un très jeune tueur en série, qui a sauvagement assassiné deux femmes et trois petites filles à coups de couteau de cuisine, est arrêté, en partie grâce à l’enquête du journaliste Mulligan. Mais le coupable, qui n’a que 15 ans, devrait bénéficier d?une faille dans le code pénal de Rhode Island, qui prévoit que tout délinquant juvénile, quel que soit son crime, doit être libéré à 21 ans. Pour Mulligan, le meurtrier doit rester derrière les barreaux, quitte à ce que la justice prenne quelques arrangements avec le droit. Pour son supérieur Mason, l’application stricte de la loi passe avant tout. Lorsque le meurtrier est relâché, partisans du droit et défenseurs de l’éthique se retrouvent dans le même camp : celui des proies.

Mon avis :

Bruce Desilva est l’auteur de trois romans traduits à ce jour en français. J’ai lu son premier roman Pyromane, voici deux ans, et après avoir lu sur mon ordinateur (j’ai emprunté l’ebook à la bibliothèque de Rouen), je fais le même constat que je faisais à l’époque : pourquoi ne parle-t-on pas davantage de cet auteur ?
Oui, il est atypique, puisque son enquêteur est un journaliste d’investigation qui travaille pour un journal au bord du dépôt de bilan, ce qui n’empêche pas d’avoir une éthique – on a trop souvent tendance à l’oublier quand on voit certains reportages télévisées que les mots doivent être pesés avant d’être dits, publiés, et les sources vérifiées. Mulligan est un homme particulièrement touchant, rendant visite à sa meilleure amie Rosie, lui apportant des fleurs – peu importe qu’elle ait été assassinée alors qu’elle tentait d’éteindre un incendie, elle est encore dans ses pensées, parce qu’elle était une amie, justement. Gloria, la photographe du journal, est toujours présente elle aussi, même si surmonter ses traumatismes physiques et psychologiques a été tout sauf facile. Merci-Papa est toujours son supérieur, et il n’est pas un si mauvais journaliste que cela, l’intrigue le prouvera.
L’intrigue, justement, venons-en à elle. Il n’y aura guère de suspens, parce que le coupable sera arrêté très rapidement. Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, je ne suis pas fan du tout des histoires de tueurs en série, surtout quand nous sommes dans la tête du tueur. Heureusement, cela ne dure pas longtemps, mais cela nous permet de cerner sans préjugés aucun sa véritable personnalité et de ne pas être dupe de ses propos ultérieurs. D’ailleurs, bien qu’il ait tué cinq personnes, il n’est pas considéré complètement comme tel puisqu’il a tué deux fois – deux victimes d’abord, trois victimes ensuite – il aurait fallu qu’il tue une troisième fois pour recevoir ce titre peu enviable. Heureusement, il a été arrêté avant. Malheureusement, nous sommes dans l’état de Rhode Island, l’état le plus corrompu qui soit, mais aussi l’état le plus tranquille et sa législation n’est pas adaptée à l’existence de ce tueur en série mineur : il devrait donc être relâché à sa majorité. S’il ne l’a pas été, c’est à cause des infractions qu’il a commis pendant son emprisonnement, ce qui, au moment où s’ouvre la partie la plus importante du récit, est fortement remis en cause. Se pourrait-il que de fausses accusations aient été créées contre lui afin de le maintenir en prison, et si oui, a-t-on vraiment le droit d’agir ainsi, même si c’est pour le bien d’une communauté ? En effet, si l’on triche une fois, on peut être amener à le faire d’autres fois, et c’est la porte ouverte à tous les abus.
C’est cette enquête que nous allons suivre, ou plutôt ces deux enquêtes. D’un côté, Merci Papa, fils du patron et patron de Mulligan, oeuvre pour faire éclater la vérité sur les fausses accusations portées contre le tueur. Minutieux, il obtiendra même de lui rendre visite en prison grâce à sa nouvelle avocate, et pourra entendre sa version des faits, également sa version des crimes. De l’autre, nous avons Mulligan. Lui était le journaliste qui était là quand le jeune homme a été arrêté : Mulligan avait détesté chaque minute qu’il avait passé sur cette affaire. Avant Kwame Diggs, il avait vécu parfaitement tranquille sans côtoyer le mal incarné. Il se demanda s’il réussirait à chasser de ses rêves la puanteur du sang. Mais après dix ans passés à jouer et plus de trois passés à écrire sur ceux qui jouaient, il avait accompli quelque chose d’important. Il comprenait à présent ce que ressentait Rosie – et c’était un sentiment agréable. Peut-être était-il taillé pour ce genre, après tout. Lui connaît les détails des crimes, et n’a aucun doute sur la culpabilité du jeune homme. Il est quasiment certain qu’il recommencera. Pire : il est certain qu’il a dû commettre d’autres crimes, et que les enquêteurs de l’époque, en dépit de leur minutie, sont passés à côté d’une agression. Pour le journaliste, il n’a pu tenir aussi longtemps entre ces deux crimes connus sans en avoir commis un autre. Lui aussi se met à chercher, ce qui est tout sauf facile avec le recul du temps.
Ce recul permet aussi de savoir ce que sont devenus les proches. Les proches des victimes, d’abord, qui ont dû vivre avec les images de leurs soeurs, leurs nièces, massacrés, qui ont choisi de construire leur vie, malgré l’horreur. La famille de l’assassin n’est pas à oublier non plus, parce que son frère et sa soeur ont souffert également de ce qu’il a fait. Par la voix de Mulligan, l’auteur le déclare : il n’y a pas d’hérédité du crime, on ne devient pas meurtrier parce que l’on n’a pas été aimé, parce que l’on a été maltraité, non, on peut devenir un tueur sans émotion en ayant été entouré d’amour et de soin.
S’engage alors une course contre la montre, afin qu’il ne soit pas relâché, tout en respectant la loi. Tout le monde a le droit à la justice, tout le mode a le droit d’être protégé le mieux possible. Il faut aussi résister à la pression de l’opinion public, qui ne veut surtout pas entendre parler de la libération du tueur – et tant pis pour la loi. Parallèlement, une autre affaire est évoquée, mais elle est presque secondaire. Pourtant, le sujet est le même : la libération d’un homme dont les actes ont été jugés monstrueux. La différence ? Son âge et sa très faible capacité à nuire encore. Ah ! Il est blanc, mais c’est accessoire, dira-t-on. Ah ! Il a su se montrer plein de remords lors de son procès – et tant pis s’il a joué la comédie.
Dura lex est un roman très intéressant, qui je l’espère connaîtra enfin le succès qu’il mérite.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 8464
Age : 40
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum