Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Escobar, Melba] Le salon de beauté

Aller en bas

Vos avis

[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_lcap0%[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_lcap0%[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_lcap100%[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_rcap 100% 
[ 2 ]
[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_lcap0%[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_lcap0%[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_lcap0%[Escobar, Melba] Le salon de beauté Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Escobar, Melba] Le salon de beauté Empty [Escobar, Melba] Le salon de beauté

Message par joëlle le Ven 23 Nov 2018 - 17:26

[Escobar, Melba] Le salon de beauté Couv4010

Titre : Le salon de beauté
Auteur :Melba Escobar
Éditions : Denoël
Collection : Sueurs froides
Nombre de pages : 232
ISBN : 978-2-207-13919-6
Date de parution :avril 2018

Quatrième de couverture :

    La Maison de la Beauté est un luxueux institut de la Zona Rosa, l’un des quartiers animés de Bogotá, et Karen l’une de ses esthéticiennes les plus prisées. Mais son rôle dépasse largement l’art de la manucure et de la cire chaude. Ses clientes lui confient leurs secrets les plus intimes. Un petit massage avant l’épilation… et Karen apprend tout sur leurs implants mammaires, leurs week-ends à Miami, leurs divorces ou leurs amourettes.
    Un après-midi pluvieux, une adolescente entre dans le salon – en uniforme d’écolière et sentant très fort l’alcool : Sabrina doit être impeccable pour une occasion très particulière. Le lendemain elle est retrouvée morte.
    Karen est la dernière personne à l’avoir vue vivante. Qui Sabrina a-t-elle rejoint ce soir-là? Que se sont confié les deux jeunes femmes lors de ce dernier rendez-vous?
Traduit de l'espagnol (Colombie) par Margot Nguyen Béraud.

Mon avis

Je ne sais pas si le terme choral peut se dire d'une oeuvre littéraire comme d'un film. C'est le sentiment que j'ai eu en lisant "Le salon de beauté", comme pour un film choral, l'auteur met en scène plusieurs personnages aux destins qui semblent liés.
Plusieurs narratrices, toutes des femmes, des milieux différents…
Il y a bien sûr un fil rouge, le meurtre sordide de Sabrina, encore écolière, et la lutte de sa maman pour que justice soit faite…Alors on découvre, à travers chaque femme un pays ou l'homme domine, un pays où la corruption domine et où la vie d'un être humain n'a que peu de valeur.
Une lecture agréable.

Avis rédigé le 14 octobre 2018

_________________
Ma PAL
joëlle
joëlle
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 6101
Localisation : Gard
Date d'inscription : 30/09/2013

http://leslecturesdejoelle.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

[Escobar, Melba] Le salon de beauté Empty Re: [Escobar, Melba] Le salon de beauté

Message par Cassiopée le Sam 16 Fév 2019 - 23:54

Mon avis

Deux secondes peuvent tout changer…

Nous sommes à Bogota, en Colombie dans un luxueux salon de beauté où Karen travaille comme esthéticienne, en essayant d’économise le plus possible pour faire venir son jeune fils auprès d’elle.
Elle sait pas mal de choses sur ses clientes, entre épilations et massages, certaines se confient. Sabrina, qui a été retrouvée morte, était venue la voir, lui aurait-elle communiquer quelque chose ?

C’est Claire, psychanalyste, une autre personne qui vient pour des soins auprès de Karen, qui est la narratrice de ce roman noir urbain. Noir car on découvre une ville entachée de corruption, de trafics divers où il est difficile de se faire une place, urbain car la politique de la cité est dévoilée, les contrastes entre les quartiers, la vie quotidienne des habitants pas tous traités de la même façon.

Ce n’est pas tant les recherches pour comprendre la mort de Sabrina que l’atmosphère et les envies d’ailleurs de Karen qui sont les points principaux de ce recueil. Je n’irai pas jusqu’à dire « peu importe qui a tué » (de préférence un vrai méchant qui se fera coincer) mais pour moi, l’essentiel n’est pas là. Il est dans la présence de Karen au milieu d’autres employées issues de la bonne société contrairement à elle, il est également dans la présentation de ces personnes de la « haute » qui ne sont qu’illusion et qui dirigent, régentent, montrant le miroir aux alouettes à ceux qui triment et se prennent à espérer.

Bogota est une vielle sombre où il n’est pas facile d’être heureux et où exister à part entière est un combat de chaque jour pour certains, étouffés par les « puissants ».

J’ai été un peu désarçonnée par la construction de ce livre. A mon sens, elle enlève un peu de fluidité au récit, peut-être que la traduction a été difficile, je ne sais pas. J’ai trouvé cette lecture hachée bien que très intéressante par le contexte qu’elle présente. L’auteur a eu du courage d’aborder de tels thèmes (entre autres la corruption policière et politique) qui peuvent déranger les élus même s’il s’agit de fiction.

_________________
[Escobar, Melba] Le salon de beauté Cassio11
Cassiopée
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 10660
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum