Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Patrick, John C.] Styx Station

Aller en bas

Votre avis ?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Patrick, John C.] Styx Station

Message par Cassiopée le Sam 8 Déc 2018 - 22:38




Styx Station
Auteur : John C. Patrick
Éditions : Kyklos (10 Août 2018)
ISBN : 978-2-918406-38-9
416 pages

Quatrième de couverture

1er mai 1962. Dans le massif du Hoggar, François Alessandro et un guide targui sont victimes de retombées radioactives accidentelles. Ils ne savent pas qu'un cauchemar les attend.
5 juillet 1962. Oran. Guy Chaussade s'apprête à participer à la manifestation organisée pour fêter la proclamation de l'indépendance algérienne. Il ne sait pas qu'un long calvaire commence. John C. Patrick poursuit, après le premier volet Moïra, sa relecture des événements qui ont marqué la fin des années 60.

Mon avis

Merci à PartageLecture et aux éditions Kyklos pour ce partenariat de qualité!

John C. Patrick est un de ces écrivains dont on se demande pourquoi il n’est pas plus connu…
Heureusement que quelques éditeurs sont encore à la recherche de pépites littéraires sans chercher à faire du chiffre à tout prix. Cela nous permet de belles et enrichissantes découvertes.

Ce roman est le deuxième d’une série de quatre (ils peuvent se lire indépendamment) qui revisite l’Histoire de 1954 à 1974. Pour ce recueil, ce sont les événements des années 1962 et suivantes qui seront évoqués. On pourrait croire, à lire la quatrième de couverture, qu’on va se trouver avec un cours d’histoire rébarbatif à la manière de ces professeurs qui débitent ce qu’ils ont à transmettre en oubliant de le faire vivre pour le rendre intéressant…. A lire l’auteur, je suis certaine d’une chose, ses élèves ont dû être captivés par ses interventions.

Le récit est complet, mais pas complexe, car les nombreux personnages, lieux, intervalles de temps sont parfaitement « balisés ». On sait toujours de qui on parle, ce qui se passe et pourquoi. Les personnages, réels ou imaginaires sont, pour la plupart, des hommes. Espions, militaires, policiers, membres du gouvernement, etc, tous sont parfaitement intégrés au récit, vivants, palpables. Ce n’est pas pour autant un livre de « mecs », le contenu présenté parlera autant aux hommes qu’aux femmes….
On passe de la France (sur plusieurs régions) à l’Algérie, sur une période allant de 1962 à 1967. On côtoie des hommes de l’ombre, d’autres plus en vue. Chacun se bat, soit pour ses convictions, ce en quoi il croit ou pour des causes plus obscures. Certains sont détestables, d’autres plus attachants (je ne dirai pas quel est mon préféré ;-)

L’écriture est dépouillée, presque « documentaire », l’essentiel pour visualiser une scène, les faits puis les acteurs. J’aime beaucoup la façon dont l’auteur décrypte ce qui se déroule sous nos yeux, c’est presque « chirurgical », à la fois sobre et d’une précision infinie. Il est documenté et lorsqu’il parle d’actions dont on n’a jamais entendu parler, on a le souhait de « creuser » encore plus les informations qu’il communique (notamment sur l'accident de Béryl (du nom de code de l'essai), un accident nucléaire qui s'est produit le 1er mai 1962 en Algérie). Si déjà, à l’époque, certaines choses étaient tenues secrètes ou minimisées, qu’en est-il maintenant ? Est-ce qu’on nous leurre encore quelques fois ?

Je trouve courageux de s’attaquer à une telle transmission à travers un roman. Je trouve merveilleux d’être capable d’employer des termes de qualité, d’écrire un texte abouti au vocabulaire riche mais abordable, d’être captivant, en mêlant histoire, espionnage, suspense sans lasser ni perdre le lecteur. Je trouve que John C. Patrick a tout d’un grand et que ça ne se sait pas assez (mais peut-être qu’il ne recherche pas la « gloire »). Je trouve que Kyklos, la voix dissonante de l’édition a une fois encore tout compris, offrant à ceux qu’elle publie une liberté d’expression bienvenue et à ceux qui lisent leurs publications une ouverture sur le monde, sur la vie, sur l’Histoire, sur l’homme …..


_________________
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 10251
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Patrick, John C.] Styx Station

Message par Sharon le Mer 12 Déc 2018 - 23:04

Mon avis :

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Kyklos et le forum Partage Lecture pour ce partenariat.
Si je vous parle des années 60, à quoi pensez-vous ? A mai 68, aux yéyés, à ces années heureuses dont certaines émissions nous rabattent les oreilles ? L'on pense rarement à la guerre d'Algérie, et à son après. D'ailleurs, si j'en crois le vaillant professeur d'histoire que j'ai eu en terminale, la guerre d'Algérie s'est terminée... en 1958. Les appelés du contingent qui étaient là bas apprécieront.
Oui, je m'égare, parce que ce roman passionnant, très bien construit et très bien documenté, nous parle de l'après et de la chape de plomb qui a littéralement recouvert certains faits qui ont eu lieu dans cet "après", comme des essais nucléaires pas vraiment maîtrisés. Secret d'état ? Mensonge d'état plutôt, d'autant plus inquiétant que tout n'est pas révélé à ce jour, et que cette saine habitude de ne pas tout dire n'est peut-être pas passé de mode. Non, je ne verse pas dans la théorie du complot, plutôt dans celle du silence.
Silence aussi autour de ceux qui ont disparu. Il n'est pas de prisonniers français en Algérie, il n'est pas de disparus français en Algérie, circulez, il n'y a rien à découvrir. Plus fort que tout, peut-être, l'amitié qui unit certains personnages. L'amitié et l'amour, dans le cas de François Alessandro, qui voit sa femme se démener pour lui. Mais je reviens à l'amitié, à une certaine droiture aussi, qui fait que l'on se souvient de celui qui nous a aidé, et que l'on fait tout, à son tour, pour l'aider.
Même si le sujet est difficile, n'allez surtout pas croire qu'il soit rébarbatif. Les informations qu'il nous livre sur cette époque sont parfaitement intégrés dans l'intrigue, sans jamais donner l'impression d'être rébarbatif. De même, certaines scènes auraient pu être délicates, ou narrées avec complaisance : il n'en est rien. Une réalité sanglante peut être racontée sans que l'auteur se sente obligé d'en rajouter à l'horreur.
Styx Station - un livre et un auteur qui mériterait d'être davantage mis en avant.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 8540
Age : 40
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum