Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Lefèvre, Maëlle] Jiazoku

Aller en bas

[Lefèvre, Maëlle] Jiazoku

[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_lcap100%[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_lcap0%[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_lcap0%[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_lcap0%[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_lcap0%[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_lcap0%[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Empty [Lefèvre, Maëlle] Jiazoku

Message par lalyre le Lun 7 Jan 2019 - 20:19

[Lefèvre, Maëlle]
Jiazoku
Editions Albin Michel janvier 2019
ISBN 978 2 226 43804 1
350 pages
Quatrième de couverture
Kabuchiko, le quartier le plus dangereux de Tokyo, territoire des yakusas. Daisuke, membre du redoutable clan Kobayashi, dirige un vaste réseau de mères porteuses vouées à approvisionner de riches chinois en mal d'enfants. Kei, qui a été conçu pour un couple de Shanghaiens, n'a pas connu ses parents, morts accidentellement avant sa naissance. Il a grandi entre l'affection de sa mère porteuse et la défiance de Daisuke, qu'il considère comme son père. Jusqu'au jour où ce dernier lui révèle le secret de sa naissance et l'existence de sa soeur, restée en Chine. Kei entreprend dès lors de partir pour Shanghai, décidé à relier le fil de ses origines. Jiazoku?: de « jia » en chinois et « kazoku » en japonais, deux mots qui signifient « famille ». Sur fond de trafics et d'exploitation humaine, Maëlle Lefevre, dix-neuf ans, explore dans ce premier roman émouvant l'amour idéal qui unit parents et enfants.
Mon avis
[Lefèvre, Maëlle]  Jiazoku Jiazok11
Bo et Guan Yin sont mères porteuses miséreuses pour survivre, sans se douter qu’elles font partie de celles qui sont choisies par un gang, les Yakusa, organisateurs de trafics d’enfants. Dans cette histoire, ce sont Ann et Kei, deux enfants issus de l’une des mères porteuses qui sont élevés de façon sévère par Daisuke qui fait partie du gang. Alors que sont devenus les parents adoptifs et les mères porteuses du début de l’histoire et pourquoi ces deux enfants ont-ils Daisuke comme éducateur sévère? Nous suivrons donc Ann et Kei pour connaître leur destin. Je ne m’avance pas plus dans l’histoire car ce serait dévoiler trop. Et bien voilà encore une belle lecture grâce à cette jeune auteure qui avec un beau style, s’est attachée à nous faire connaître les sentiments des personnages principaux, nous faisant participer à cette absence de liens et d’amour familiale mais aussi une plongée glaçante dans le milieu des Yakusas (maffia) ainsi que beaucoup de détails sur le Japon et la Chine. Un grand bravo à cette jeune auteure pour ce magnifique premier roman que j’ai lu très vite et qui ne saurait être qu’un coup de coeur. 5/5



lalyre
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 7016
Age : 87
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum