Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Hermary-Vieille, Catherine & Sarde, Michèle] Le salon de conversation

Aller en bas

Votre avis ?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Hermary-Vieille, Catherine & Sarde, Michèle] Le salon de conversation

Message par Cannetille le Sam 12 Jan 2019 - 16:16



Titre : Le salon de conversation
Auteur : Catherine Hermary-Vieille
Année de parution : 1997
Editeur : JC Lattès
Pages : 352

Présentation de l'éditeur :
Austin, Texas. L'année scolaire a recommencé à l'Alliance française. Il sont onze à se retrouver, une fois par mois, au salon de conversation. Deux Françaises enseignent à neuf Américains la langue de Molière. Mais les uns et les autres jouent, surtout, à comparer ce qui, dans les moeurs et les usages, les unit et les distingue. Choc des cultures, des idées reçues, des préjugés : des rites amoureux aux grands procès télévisés, de l'art de la table à la vie privée des hommes politiques, on s'y indigne et l'on s'y rapproche, on s'y déteste et l'on s'y aime.  Mais qui sont-ils ? Un chanteur d'opéra homosexuel, une femme obsédée par son job, une veuve romantique, un séducteur qui ne respecte pas le politically correct, une épouse qui se révolte, une mère qui se retrouve... Tout ce monde va tisser des liens, parfois conflictuels, entre la France et l'Amérique et vivre des moments intenses, douloureux aussi bien qu'heureux, chacun va surtout s'affronter à son destin.  Oeuvre originale, Le salon de conversation raconte comment, à travers le face-à-face de deux civilisations, des êtres apprennent avec intelligence et amour à s'accepter tels qu'ils sont. Catherine Hermary-Vieille et Michèle Sarde romancières et biographes, ont vécu et enseigné aux Etats-Unis respectivement depuis une ou deux décennies. Ecrit sous le signe de leur rencontre et de leur amitié, Le salon de conversation reflète cette commune expérience.

Avis :
Une Française chargée de cours dans une université du Texas y anime un salon de conversation : groupe de discussion ouvert à toute personne désireuse de perfectionner sa connaissance de la langue française. Ces conversations sont l’occasion de découvrir et de comprendre quelques différences culturelles entre Américains et Français. Inspiré de l’expérience personnelle des deux auteurs, le récit, construit sur l’actualité d’il y a vingt ans, a bien failli me perdre par abandon avant la centième page. J’ai repris la lecture après quelques jours de pause, et, cette fois, j’ai fini par me laisser prendre au jeu, au fur et à mesure que leurs confidences dessinaient des personnages variés et plutôt attachants. Daté par son contexte social et politique, le livre reste d’actualité sur ses analyses de fond : libertés et rôle de l’État, foisonnement des procès en particulier collectifs, immigration, racisme, minorités, rapport hommes/femmes, homosexualité, traditions telles Thanksgiving et Noël… Certains passages m’ont littéralement fait écarquillé les yeux d’étonnement, notamment sur ce qui, banal en Europe, est considéré répréhensible aux Etats-Unis : par peur de se voir poursuivi pour harcèlement, un Américain ira droit au but en s’enquérant d’emblée de l’assentiment sexuel de la dame et en évitant soigneusement toute ambiguïté qui pourrait résulter d’approches préalables. Une publicité  n’incitera pas à courir voir un film récemment sorti, sous peine d’être condamnée pour discrimination envers les personnes non-voyantes et/ou en fauteuil roulant. Tout humour visant autrui sera pris pour une marque de méchanceté et pour une attaque personnelle, etc … Les avocats n’étant rémunérés que par commission sur les sommes obtenues, les procès prolifèrent. Au final, j’ai trouvé cette lecture moyennement plaisante mais elle m’a fait découvrir avec surprise certains aspects de la culture américaine que je corroborerais volontiers, à l’occasion, en discutant avec une de mes collègues outre-atlantique.

Cannetille
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 307
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum