Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
-34%
Le deal à ne pas rater :
Perforateur burineur SDS+ MAKITA DHR202RM1J avec batterie et coffret ...
295.99 € 449.80 €
Voir le deal

[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves

Aller en bas

Votre avis

[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_lcap0%[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_lcap100%[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_lcap0%[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_lcap0%[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_lcap0%[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_lcap0%[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Empty [Borelli, Eve] Sa majesté des fèves

Message par Sharon le Lun 18 Fév - 16:31

[Borelli, Eve] Sa majesté des fèves Cover130

Titre : Sa majesté des fèves
Auteur : Eve Borelli
Edition :Mazarine
Nombre de pages : 304 pages.

Présentation de l’éditeur :

Lucien, dernier fabricant de fèves de France, désespère : l’âge d’or des féviers est révolu, il vient de mettre la clef sous la porte et pour couronner le tout, sa petite amie plie bagage.
Heureusement, sa sœur Cristalline ne l’entend pas de cette oreille. Pour une lanceuse de disque de son niveau, la défaite n’est pas une option. Elle met donc au point un plan follement insensé pour sauver son frère : destination Londres pour rencontrer la reine Élisabeth, grande adepte de galettes des rois et devenir son févier officiel !

Mon avis :

Il est des road trip qui sont totalement ratées, je serai sympa, je n’en parlerai pas. Il en est d’autres qui sont très réussis, et Sa Majesté des fèves en fait partie.
Le personnage principal est un personnage entièrement à part, ne serait-ce que par son métier : il est févier. Il est surtout un févier au chômage, avec une compagne qui ne le comprend pas – j’aurai pu mettre « plus », j’ai un doute qu’elle l’ait jamais comprise. Elle pense qu’il lui suffirait de se « bouger », de retrouver un travail – n’importe lequel – et que tout irait mieux tout de suite. En tout cas, leur couple en a sévèrement pâti, au point qu’il a disparu, complètement. Lolitta a tout de même la prévenance d’avertir Cristalline, soeur aînée de Lucien, que celui-ci ne va pas bien. Cristalline arrive aussitôt, et le livre aurait pu s’arrêter là, n’était l’obstination de la soeur aînée qui a appliqué le précepte suivant : quand on est chassé par la porte, on passe par la fenêtre.
Cristalline est rôdée : protéger son petit frère, cela fait des années qu’elle le fait ! Elle a donc un projet un peu fou, pour ne pas dire complètement fou : faire présenter son frère à la reine d’Angleterre ! Bien sûr, le fils de Cristalline et son caniche sont du voyage. Comme si cela ne suffisait pas, deux autres personnes vont faire la route : une danseuse un peu cabossée par la vie, et un cleptomane presque repenti – mais c’est dur.
Prendre la route avec eux, c’est accepter l’inattendu, accepter de partir avec quelqu’un qui refuse absolument l’ordinaire et le raisonnable – je veux parler de Cristalline, pas de Lucien, de quelqu’un qui donne à son fils tout l’amour que sa propre mère n’a pas su ou pu lui donner. Parce qu’il est avant tout question d’amour dans ce roman, celui que l’on donne, que l’on est prêt à donner, que l’on reçoit, ou que l’on ne reçoit pas, même si l’autre, en face, vous affirme que si, c’est bien de l’amour, même si cela ne ressemble pas du tout à ce que vous, vous appelez de l’amour.
Il est question de famille, aussi, légèrement dysfonctionnelle parfois. De ce que l’on est prêt à faire pour la protéger, pour ne pas peiner l’autre, même s’il peut pour le reprocher. Parfois, heureusement, ce n’est pas aussi lourd. Prenez Maguelonne, la jeune danseuse au prénom au moins aussi rare que celui de Cristalline, n’a pas souvent du manque d’amour de ses parents, elle découvre aujourd’hui l’autre versant de l’enfance de sa mère, par le biais de sa cruelle tante, au prénom si royal (Victoria) qui lui a légué sa maison. On dit que les anglais sont excentriques, alors les anglais d’adoption.
Sa majesté des fèves est un vrai roman feel-good, qui permet, mine de rien, d’aborder des thèmes plus profonds qu’on ne le pensait.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 9916
Age : 42
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum