Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne

Aller en bas

[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne

[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_lcap0%[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_lcap0%[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_lcap100%[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_rcap 100% 
[ 2 ]
[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_lcap0%[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_lcap0%[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_lcap0%[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Empty [Goenawan, Clarissa] Lune d'automne

Message par lalyre le Sam 2 Mar 2019 - 20:06

[Goenawan, Clarissa]
Lune d’automne
Les Escales février 2019
ISBN 978 2 36569 320 2
329 pages
Quatrième de couverture
Japon, 1994. Par une nuit pluvieuse, Keiko Ishida est poignardée à plusieurs reprises et abandonnée sur l'asphalte. Pour Ren, le frère qu'elle a élevé et aimé comme une mère, sa mort est une catastrophe incompréhensible. Avide d'explications, il quitte aussitôt sa ville pour celle de sa sœur, emménage dans son appartement et accepte le poste de professeur qu'elle occupait. Mais plus Ren essaie de se rapprocher de Keiko, plus celle-ci lui échappe. Qui était-elle réellement ?
Hanté par des rêves et des réminiscences étranges, troublé par l'une de ses élèves, Ren entame sans le savoir un voyage intérieur qui mettra au jour de douloureux secrets.
[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne 97823611
Mon avis
Comment Ren aurait-il pu deviner que ce coup de téléphone serait le dernier reçu de sa sœur Keiko ? Dévasté lorsqu’il apprend sa mort affreuse, il décide de partir pour Akakawa, ou elle habitait pour essayer d’en savoir plus sur ce que fut sa vie et en premier lieu la faire incinérer et garder les cendres auprès de lui jusqu’à ce qu’il décide de l’endroit ou les éparpiller. Il trouve un travail ou en échange il sera logé gratuitement, il se fait que la chambre que son employeur lui attribue fut occupée par Keiko et mieux encore il va enseigner pour la classe ou sa sœur était professeur d’anglais, cela n’est-il que coincidence ? C’est bien possible, alors qu’il fait souvent des rêves mettant en scène une petite fille à couettes, là nous saurons pourquoi à à fin du roman cependant nous en apprendrons bien d’autres sur Keiko, mais chuuut…. D’autres personnages habitent ce roman tels son ami Honda, Kosugi Katou, un homme politique, Seven Stars, une élève qui le harcèle et M. Nakajima, le père de celle-ci. Et bien voila, j’ajouterai que j’ai apprécié ce roman, bien qu’il me semble que certains dialogues auraient pus être plus courts, mais à chacun de voir.

lalyre
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 7343
Age : 87
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Goenawan, Clarissa] Lune d'automne Empty Re: [Goenawan, Clarissa] Lune d'automne

Message par Sharon le Dim 31 Mar 2019 - 10:42

Mon avis :

Ce que j'aime chez la maison d'édition Les escales, c'est sa capacité à publier des romans singuliers. Lune d'automne ne fait pas exception.Ren aimait sa soeur aînée Keiko. Pourtant, elle avait choisi de partir loin de sa famille, de devenir professeur loin d'eux. Ren et Keiko ne se voyaient pas, mais se téléphonaient régulièrement. Dans une société aussi traditionaliste que le Japon, son choix de vie ne laisse pas de surprendre. Son assassinat choque, forcément. Ren veut comprendre ce qui est arrivé à sa soeur. Il veut comprendre qui était sa soeur, aussi se met-il quasiment dans ses pas : il loge là où elle logeait, il reprend le métier qu'elle exerçait, il rencontre un de ses amis dont la fille, qui est so élève (et par extension, était celle de sa soeur) le trouble.Ce n'est pas qu'il lui est difficile d'enquêter, c'est que les codes de la société japonaise sont tels que simplement questionner les autres pour en savoir plus sur sa soeur, lui qui se rend compte qu'il ne sait quasiment rien sur elle, sa vie, ses amours, ses espoirs est tout sauf évident. Aussi prend-on avec lui des chemins de traverse, nous plongeons-nous dans ses souvenirs, dans ceux de ses propres amours pour en arriver à comprendre qui est Ren, et qui était Keiko.La pression sociale est immense, sur les hommes, et surtout sur les femmes - encore et toujours ai-je envie de dire. Ce poids est inimaginable vu de France. Il cache un tabou encore plus grand : l'incapacité à aimer son enfant.Le silence recouvre le récit, cette incapacité à parler, à dire, à échanger parce que dire ce que l'on ressent vraiment, voir ce qui se passe vraiment semble aussi inimaginable. Ren est celui qui dit, celui qui force à dire aussi, comme un révélateur qui, presque à l'usure, force les autres à prendre conscience de ce qu'ils ressentent, de ce qu'ils ont fait, vraiment.Reste Keiko, qui reste toujours dans ses pensées, même à la fin du récit, comme un guide pour... Ne pas faire les mêmes erreurs qu'elle ? Exprimer ses sentiments, enfin ? Ren, dans ce récrit rétrospectif - il nous montre le devenir d'un de ses amis quelques années plus tard - semble parfois incroyablement seul, avec une vie parsemée de quelques courtes idylles, pour ne pas dire étreintes, qui ne sont pas restées dans sa vie. La fin offre, sinon l'apaisement, du moins un pas vers plus de quiétude. Lune d'automne, un livre au goût tendre et amer.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 9559
Age : 41
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de lettres modernes/mes chats, la lecture, le cinéma, la généalogie
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars, littérature jeunesse
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum