Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
Le Deal du moment : -53%
Vente flash : GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €

[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate

Aller en bas

Votre avis ?

[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_lcap0%[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_lcap100%[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_rcap 100% 
[ 2 ]
[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_lcap0%[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_lcap0%[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_lcap0%[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_lcap0%[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2
 

[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Empty [Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate

Message par Cassiopée le Dim 31 Mar 2019 - 19:26

[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate 81usrf10

Dans la brume écarlate
Auteur : Nicolas Lebel
Éditions : Marabout (27 Mars 2019)
ISBN : 978-2501122696
390 pages

Quatrième de couverture

Une femme se présente au commissariat du XIIe et demande à voir le capitaine Mehrlicht en personne. Sa fille Lucie, étudiante, majeure, n'est pas rentrée de la nuit. Rien ne justifie une enquête à ce stade mais sait-on jamais... Le groupe de Mehrlicht est alors appelé au cimetière du Père Lachaise où des gardiens ont découvert une large mare de sang. Ils ne trouvent cependant ni corps, ni trace alentour….

Mon avis

Ex nihilo nihil

Nicolas Lebel fait partie de ces auteurs qui se bonifient avec le temps. Son dernier roman est un modèle du genre tant sur la forme que sur le fond. De plus, son écriture est plus affirmée, toujours teintée d’un peu d’humour et d’ironie. Son style et son phrasé en adéquation avec les différents protagonistes qui s’expriment. Les chapitres alternent en présentant des situations diverses et variées (qui auront forcément à un moment ou un autre un point commun) avec des courriers, des poèmes, des écrits … cela permet de changer de « registre », de maintenir l’attention du lecteur en éveil tout en insufflant un rythme très intéressant.

Qu’on le connaisse ou non (il a été présent dans les romans précédents de Nicolas Lebel), le capitaine Mehrlicht devient vite un familier pour le lecteur. Peu importe son mauvais caractère, sa toux de fumeur, son mépris du conformisme, ses difficultés relationnelles, sa laideur – pardon - son physique qui sort de l’ordinaire, on sent que c’est un policier qui ne lâchera rien et c’est pour ça qu’on l’aime. Il y a également son côté atypique, sa passion pour « Questions pour un champion », ses sonneries de téléphone (que lui installe son fils et diablement bien choisies ; -), ses décisions imprévisibles, ses tenues surprenantes…. Bref un homme atypique auquel on s’attache très vite. Il est accompagné de ses fidèles coéquipiers, Sophie Latour et Mickael Dossantos pour les principaux.

Tout va se jouer sur quelques jours, dans un Paris enveloppé de brouillard, ce qui crée une atmosphère humide, désagréable, trouble. On a une mère inquiète pour sa fille majeure, Lucie, une jeune gothique, qui n’est pas rentrée à la maison. Pas de quoi fouetter un chat, d’autant plus qu’à son âge elle peut vivre sa vie … Mais on s’aperçoit très vite qu’il s’agit d’une disparition inquiétante et bizarre, encore plus quand une flaque de sang, correspondant à son ADN est retrouvée près d’une tombe au Père Lachaise (ah les joutes oratoires des employés de ce lieu : un vrai régal ;- ). Il y a Taleb et Noura, deux réfugiés syriens qui ont fui leur pays, plein d’espoir, et qui vivent dans un camp de réfugiés, s’en sortant avec des petits boulots. Un soir, Noura ne rentre pas et son frère cherche sa trace.

Y-a-t-il un lien entre ces disparitions ? Pourquoi ? Comment ? L’équipe d’enquêteurs va se pencher sur le sort de Lucie dans un premier temps mais sera vite entraînée dans d’autres situations, notamment à cause du sang découvert dans le cimetière. Il va falloir composer avec toutes les connaissances de l’étudiante à interroger et elles ne sont pas forcément sur la même longueur d’onde, quelles personnes fréquentait Lucie, que faisait-elle avec elles ?

J’ai beaucoup apprécié les divers aspects et thèmes de ce roman : le mouvement gothique, la place et la vie des réfugiés, le lien avec la Roumanie, la façon dont est gérée la justice et les choix personnels de chacun pour l’appliquer… Je pense que Nicolas Lebel a écrit là un de ces meilleurs romans. Au-delà de l’enquête policière assez linéaire, tous les à-côtés sont détaillés, et ils trouvent leur place dans l’intrigue. Le « côté politico-social » est également intéressant, avec Jebril, le compagnon de Sophie, les expatriés et ceux qui les rejettent, l’immunité diplomatique et les dérives que ça peut entraîner, les travers du net etc… En outre, l’auteur ne se pose pas en censeur, il ne nous donne pas de leçons, il énonce des faits, les analyse avec finesse, nous ouvre éventuellement les yeux et permet à chacun de se faire sa propre opinion.

C’est une histoire vraiment aboutie qui se lit avec grand plaisir !

NB : Nicolas, je connais un médecin très bien pour soigner Mehrlicht, n’hésitez pas à m’appeler !

_________________
[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Cassio11
Cassiopée
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 12058
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Empty Re: [Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate

Message par Sharon le Sam 23 Mai 2020 - 18:49

Mon avis :

Je suis un capitaine de police qui ressemble à un crapaud mâchouillé par un renard, je suis réac depuis tout jeune, je suis allergique aux stagiaires et à la province et mon rêve est de participer à Questions pour un champion. Je suis, je suis… le capitaine Mehrlicht.
Cinquième enquête pour le capitaine, et non, cela ne va pas très fort. Je ne parle pas de cette toux récurrente, qui, à l’heure actuelle, nous ferait craindre le pire. Je ne parle pas non plus de son travail acharné pour ne plus dire des gros mots à tout bout de champ. Note : cela lui fera peut-être gagner des lecteurs, ceux qui referment un livre dès que le moindre gros mot pointe sa première lettre. Ces lieutenants l’aident dans sa volonté d’expurger ses propos de jurons – cinq euros le gros mot aide à se contrôler. Cependant, face à l’horreur de l’enquête qui se déroule sous nos yeux, il est un moment où plus personne ne pensera à le lui reprocher.
Le groupe de Mehrlicht est face à des crimes commis contre des femmes, parce qu’elles sont femmes. Je pourrai vous dire « le roman s’inscrit dans le contexte des luttes actuelles féministes » sauf que le « contexte actuel » nous rappelle un fait intemporel : les femmes sont prises pour cibles uniquement parce qu’elles sont des femmes depuis toujours. Simplement, certaines personnes feignent de le découvrir aujourd’hui. Pas de rose dans le roman, mais de l’écarlate : la lutte est tout sauf terminée, surtout quand les femmes elles-mêmes ont intégré certaines constantes, voire même le revendiquent. Je pense ici, pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, à la fameuse tribune sur la « liberté d’importuner », rédigée par des femmes bien à l’abri, qui est citée dans le roman. J’ajoute que j’écris en une période (le déconfinement) qui a vu exploser le nombre d’incidents et de maltraitance. Le lieutenant Latour, à qui il est reproché d’être parfois davantage assistante sociale que policière (reproche que l’on ne ferait pas à un homme, comme s’il n’existait pas d’assistant social), ne peut que le voir chaque jour, entre comportement misogyne dont ses collègues n’ont même pas conscience, et femme battue qui ne porte pas plainte. Autre rappel à l’ordre de Latour, pas seulement à destination des femmes mais aussi de son capitaine : les femmes n’ont pas demandé à être des victimes : « Et au passage, ces jeunes femmes dont Lucie ou Demagny ne se sont pas « mises dans de beaux draps » ne « pataugent pas dans la rillette » ou je ne sais quoi. Un homme les a tabassés ou tuées. Elles n’ont rien fait dans cette affaire, elles n’ont pas voulu ce qui leur est arrivé. Il faut en finir avec ça aussi ».
Et pourtant, les femmes sont les victimes, ici, ailleurs, maintenant, et en d’autres temps. A Paris, il semble même qu’un vampire rôde – oui, un vrai vampire, comme un hommage à Mary Shelley et à Bram Stocker. Yvan ne cherche-t-il pas désespérément à venger la mort de Mina, sa femme, tuée en Roumanie par le vampire de Gherla ? Ce qui s’est passé en Roumanie sous la dictature de Ceaucescu a été passé sous silence, aussi parce que ceux qui avaient survécu n’avaient pas envie de savoir qui les avaient trahi et pourquoi puisque la trahison ne pouvait venir que d’un proche. J’ajoute que cette incitation à dénoncer ses voisins, ses amis, sa famille, n’est pas l’apanage des dictatures, et n’a pas disparu de nos civilisations soi-disant civilisées. Les conséquences à ce jour (21 mai) sont peut-être moins graves, il suffit cependant d’un rien, d’un glissement de régime pour que cela le devienne.
Le « rien » est parmi nous, devrai-je dire – et tant pis si certains le prennent pas. A chaque crise, c’est quasiment la même chose : on choisit un bouc émissaire cause de tous les mots, et l’homme politique présenté dans ce roman, capable d’aligner tous les lieux communs ou presque concernant les réfugiés, n’est même pas, à mes yeux une caricature, plutôt un rappel : pour que les choses se passent mal, il suffit de ne pas intervenir, de laisser faire, de détourner le regard comme si cela n’existait pas. Pour qu’un(e) disparu(e) soit recherché, il faut déjà qu’on lui reconnaisse une identité. Et Noura, comme tant d’autres, n’en avait pas.
L’amour devrait, logiquement, amener un peu d’apaisement, de bonheur. L’amour et la logique ne font pas bon ménage, et, dans ce roman, l’amour a fait commettre les pires horreurs. Quant à la vengeance, c’est ce qui reste à certains quand ils pensent que la justice ne passera pas, ou plus. L’auteur ne juge pas, il ne peut que constater ce qui se passe aujourd’hui, dans notre société. Et il écrit ainsi un excellent roman.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 10037
Age : 42
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Empty Re: [Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate

Message par LOUBHI 49 Hier à 19:49

Je le note pour une prochaine lecture, merci

_________________
Lectures en cours :

- "Sharko" Franck Thilliez.
- "Fille du Silence" Caroline Declercq.
- "Le Fou prend le Roi - Tome 2 Le Bçatard de Kosigan" de Fabien Cerutti.

La pensée du moment :

"Les Hommes sont malheureux parce qu'ils ne réalisent pas les rêves qu'ils ont" Jacques Brel.
LOUBHI 49
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2423
Age : 54
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

[Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate Empty Re: [Lebel, Nicolas] Dans la brume écarlate

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum