Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier

Aller en bas

Votre avis ?

[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_lcap0%[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_lcap0%[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_lcap0%[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_lcap100%[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_lcap0%[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_lcap0%[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Empty [Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier

Message par Cannetille le Ven 12 Avr 2019 - 15:06

[Le Corre, Hervé] Dans l'ombre du brasier Dans_l10

Titre : Dans l'ombre du brasier
Auteur : Hervé LE CORRE
Editeur : Payot et Rivages
Parution : 2019
Pages : 384

Présentation de l'éditeur :  
La "semaine sanglante" de la Commune de Paris voit culminer la sauvagerie des affrontements entre Communards et Versaillais. Au milieu des obus et du chaos, alors que tout l'Ouest parisien est un champ de ruines, un photographe fasciné par la souffrance des jeunes femmes prend des photos "suggestives" afin de les vendre à une clientèle particulière. La fille d"un couple disparait un jour de marché. Une course contre la montre s'engage pour la retrouver.
Dans l'esprit de L'Homme aux lèvres de saphir (dont on retrouve l'un des personnages), Hervé Le Corre narre l'odyssée tragique des Communards en y mêlant une enquête criminelle haletante.

Un mot sur l'auteur :
Hervé le Corre est né à Bordeaux en 1955. Professeur de lettres dans un collège, il se met à l'écriture vers trente ans et connaît un grand succès avec ses romans policiers noirs, primés à de nombreuses reprises.

Avis :
Depuis deux mois que la vague d’espoir de la Commune a déferlé sur Paris, entraînant dans l’insurrection la moitié de la ville, celle du menu peuple qui rêve d’un monde plus libre et plus égalitaire où il sortirait enfin de la misère, les combats contre l’armée régulière des Versaillais au service du gouvernement d’Adolphe Thiers sont à leur apogée. Paris est assiégé et bombardé, et bien vite les Communards ne peuvent plus empêcher les troupes ennemies de franchir les portes de la capitale. S’engage un combat inégal, rue par rue, immeuble par immeuble, où les barricades construites de bric et de broc ne peuvent guère protéger les derniers « fédérés » des obus et de la mitraille qui pleuvent dans un déluge meurtrier. Pourtant, les ultimes insurgés résistent, sans illusion quant à leur défaite imminente, mais portés par leur idéal et par l’espoir éperdu qu’au moins leur sacrifice défrichera un chemin pour les générations futures.

Le roman décrit ce combat jour après jour, tout au long de la « semaine sanglante » qui, fin Mai 1871, aboutit à l’anéantissement de la Commune et à une impitoyable répression. L’évocation historique est menée avec brio et entraîne le lecteur au plus près des espoirs et des désespoirs de ces combats inégaux et perdus d’avance, dans un tourbillon infernal de feu et de destruction, de sang et de souffrances, de chants et de furieuse envie de vivre.

Pourtant, malgré ce souffle superbement restitué, je n’ai pu m’empêcher de trouver le récit très long et assez répétitif, même si une intrigue censée créer un certain suspense vient se nouer au centre de la grande Histoire : Caroline, la fiancée de Nicolas Bellec du 105e régiment, ambulancière aux côtés des insurgés, a disparu. Des témoins ont vu un fiacre conduit par un cocher aux allures louches l’enlever en plein jour. Et Antoine Roques, élu « délégué à la Sûreté », est saisi de plusieurs signalements de disparitions de très jeunes filles. Une enquête policière tente donc des investigations rendues quasi impossibles dans ce contexte apocalyptique.

En vérité, cette histoire dans l’Histoire se retrouve tellement noyée dans la description des combats ambiants qu’elle s’efface presque pendant la quasi totalité du roman, ne retrouvant la première place que dans les dernières pages.

Ce roman brillamment écrit et traversé du souffle épique d’un Hugo moderne n’a pas su me captiver autant qu’il le méritait : j’aurais souhaité davantage de concision et un plus grand équilibre entre l’histoire particulière et son contexte. Au final, je garde en mémoire une répétitive et sanglante description de combats, heureusement éclairés par un immense et incommensurable espoir. (2,5/5)
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 577
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum