Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Thu Huong, Duong] Terre des oublis

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur "Terre des oublis" de Duong Thu Huong

40% 40% 
[ 6 ]
7% 7% 
[ 1 ]
7% 7% 
[ 1 ]
27% 27% 
[ 4 ]
13% 13% 
[ 2 ]
6% 6% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 15

Re: [Thu Huong, Duong] Terre des oublis

Message par Aaliz le Sam 27 Aoû 2011 - 2:21

Terre des oublis c’est d’abord une histoire banale, le retour chez lui d’un soldat que l’on croyait mort depuis longtemps, sa femme est remariée et a un enfant d’un autre homme. Seulement voilà, il est le héros de guerre, celui qui a sacrifié sa jeunesse pour la patrie et pour cette raison il est en droit de reprendre ce qui lui appartenait.
Miên doit donc choisir entre cet homme ressurgit du passé qu’elle n’a aimé que le temps d’un été pendant son adolescence et ainsi se soumettre aux convenances, et son mari actuel, l’homme qu’elle aime.
Sous la pression de l’opinion publique et pour ne pas perdre son honneur, Miên décide de retourner vivre avec Bôn, cet homme qu’elle n’aime plus, un homme qui la répugne, un homme qui ne possède plus rien si ce n’est une masure délabrée sans aucun moyen de subsistance.

Mon avis :

On trouve dans ce livre un thème peu original mais transposé à la sauce viêtnamienne, c’est d’ailleurs là le seul intérêt du livre : la découverte de la culture et des mœurs viêtnamiennes largement décrites, on a droit à un beau panorama de la cuisine locale, de la végétation et surtout de la mentalité des habitants.
Pour le reste, le style est lourd, beaucoup trop d’énumérations qui rendent les phrases interminables, beaucoup trop de métaphores parfois farfelues, c’est supportable au début mais au bout de 700 pages ça devient pénible et lassant.
Il y a aussi beaucoup de flash-backs, on revient dans le passé des personnages et parfois même des personnages secondaires, ce qui n’apporte pas forcément grand chose au récit.
La psychologie des personnages est trop fluctuante, il est difficile de les cerner.
Je n’ai pas beaucoup apprécié l’image de la femme qui transparaît à travers ce récit, on a l’impression que Miên repousse son « ex » mari que parce qu’il est pauvre, l’auteur insiste beaucoup sur les regrets qu’elle a à quitter une grande maison pourvue de tout le confort et un mari riche qui gâte sa femme et son fils.
A côté de la femme vénale, on a ensuite les portraits d’hommes obsédés de sexe. On se demande si Bôn ne cherche pas à récupérer sa femme uniquement pour satisfaire à ses pulsions et au devoir conjugal. Pendant ce temps, le second mari délaissé va se consoler chez les prostituées. On se demande vraiment où sont l’amour et les sentiments là-dedans et je ne sais pas si je dois mettre ça sur le compte de la mentalité viêtnamienne en général ou plutôt sur la vision personnelle qu’a l’auteur des deux sexes.
Je me suis également interrogée quant à la santé mentale de Bôn. Suite aux atrocités qu’il a vécues durant la guerre, est-il malade ou croit-on réellement à l’existence des fantômes au Viêt-Nam ?
Je n’ai pas réussi à m’attacher à un personnage en particulier, tantôt j’avais pitié de Miên, tantôt j’avais pitié de Bôn. C’est vrai qu’il a sacrifié une grande partie de sa vie et qu’il mériterait à présent sa part de bonheur mais c’est plutôt le malheur qui se perpétue. Que Miên lui soit revenue ou non, je crois qu’il était perdu d’avance et c’est ça qui est le plus triste. Pourtant c’est l’espoir de la retrouver un jour qui l’a maintenu en vie durant toutes ces années de guerre. Il a poursuivi une chimère …
Quant à Miên, je n’ai pas compris son choix. A sa place, je me serais bien moquée du « qu’en dira-t-on » et serais restée avec ma famille. En se comportant comme elle l’a fait, elle n’a que rendu malheureux ses deux maris ainsi qu’elle-même. Doit-on sacrifier son bonheur sur l’autel de l’honneur et de la pression sociale ? Et si les gens s’occupaient un peu plus de leurs affaires plutôt que de juger la vie privée des autres ? Je crois que l’on ne s’en porterait que mieux…
Voilà, je pourrais dire beaucoup d’autres choses mais la motivation me manque. C’est vraiment difficile d’écrire une critique sur un livre qui ne nous a pas plu et qu’on s’est efforcé de lire jusqu’au bout. Parce que oui, bon, quand même j’ai voulu savoir la fin. Et j’ai été déçue, rien de sensationnel, une fin banale comme tout le reste…


avatar
Aaliz
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 108
Age : 37
Localisation : Paris
Genre littéraire préféré : Contemporain, Classique, Historique
Date d'inscription : 28/07/2011

http://booksandfruits.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Thu Huong, Duong] Terre des oublis

Message par lilolule le Lun 29 Oct 2012 - 14:01

Vis-à-vis de ce livre, je suis plutôt mitigée. Certains passages me touchent vraiment tandis que d’autres me lassent et m’irritent. J’ai trouvé que l’auteur décrivait très bien l’ambiance dense, chargée d’odeurs (plus ou moins plaisantes :-D), de couleur et de l’humidité du Vietnam. On y voit très bien les scènes de vie de communauté, la cuisine, la mentalité vietnamienne…Le bémol est qu’effectivement, il y a beaucoup trop de métaphores qui m’ont agacé plus d’une fois. J’ai trouvé cette « technique » un peu pesante. A propos de l’histoire, je n’étais pas du tout convaincue. J’ai trouvé que les personnages sont « kistch » et très caricaturaux. Nous avons : Mien qui incarne les canons de la beauté (intérieure comme extérieure) d’une femme vietnamienne : courageuse, aimante, passionnée, digne, de l’honneur, généreuse, indulgente…et une peau blanche et elle fait bien la cuisine ! Hoan : beau comme 1 vedette de cinéma, intelligent, calme, posé, indulgent, tendre, passionné, cultivé, généreux et encore une peau blanche ! Bôn, le méchant, haleine fétide, rancunier, obsédé, pauvre, maladif, … et une peau noirâtre. C’est caricature jusqu’à des enfants ! le garçon de Mien et Hoan, bien évidemment, est beau comme un ange, est naif, et ...blanc « comme une boule de farine ».
Si je dois choisir, finalement, celui qui m’a laissé le plus de souvenir sera Bôn, avec toutes ses tortures psychologiques, physiques, ses souvenirs de la guerre.

lilolule
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 22
Localisation : Paris
Genre littéraire préféré : Un peu de tout sauf fantasy
Date d'inscription : 15/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Thu Huong, Duong] Terre des oublis

Message par Emma 75 le Jeu 21 Mar 2013 - 14:09

Je termine ce livre que je trouve envoûtant ! C vrai qu'il nous fait voyager au Viêt Nam.
Ecriture splendide.
Livre sublime.

Emma 75
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 12
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Thu Huong, Duong] Terre des oublis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum