Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Charvet, Marie] L'âme du violon

Aller en bas

Votre avis ?

[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_lcap0%[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_lcap0%[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_lcap50%[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_lcap50%[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_lcap0%[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_lcap0%[Charvet, Marie] L'âme du violon  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Charvet, Marie] L'âme du violon  Empty [Charvet, Marie] L'âme du violon

Message par Cannetille le Dim 26 Mai - 21:10

[Charvet, Marie] L'âme du violon  L_zeme10

Titre : L'âme du violon
Auteur : Marie CHARVET
Année de parution : 2019
Editeur : Grasset
Pages : 272


Présentation de l'éditeur :  
Un vieux luthier italien au XVIIème siècle, un tsigane orphelin qui vit de sa musique sur les chemins de la France des années 30, une jeune femme bohème qui rêve de voir un jour ses toiles exposées dans le Paris contemporain et un PDG infatigable dont le cœur n’est touché que par les airs classiques qui résonnent dans son bureau new-yorkais  : si différents soient-ils, ces quatre personnages ont en commun, un objet, le violon.

Giuseppe lui a consacré sa vie, penché sur son établi jour après jour pour le compte d’un célèbre atelier italien  ; un drame va le pousser à sortir de sa solitude et à transmettre son art à un jeune apprenti pour tenter de réaliser l’instrument parfait. Lazlo joue sans cesse de celui qu’il a reçu en seul héritage  ; son incroyable talent lui permet d’en vivre et d’espérer un jour gagner cette Amérique dont on lui parle tant, et vers laquelle on le suivra. Lucie se voit obligée de reprendre sa vie en main pour vendre l’instrument que sa grand-mère musicienne lui a confié afin de lui permettre d’acheter le matériel nécessaire à la préparation de sa première exposition. Un projet qui la mènera de Londres à Vichy, mais surtout loin de ses peurs. Et Charles se met à enquêter sur les traces de violons mystérieusement signés pour conquérir une musicienne qui a su, par son art, ré-enchanter son existence jusqu’ici réduite à des chiffres et des contrats. Il redécouvrira dans cette aventure les plaisirs simples de joies qui ne s’achètent pas.

De 1630 à nos jours en passant par l’entre-deux guerres, de la Lombardie aux gratte-ciels de New-York en passant par Paris et la Camargue, Marie Charvet lie ces quatre destins pour révéler l’âme d’un violon unique qui changera à jamais la destinée de nos quatre personnages.

En lutherie, l’ « âme du violon » désigne l’ultime pièce que dépose l’artisan au cœur de l’instrument et qui détermine sa sonorité et sa vibration. Dans ce roman choral, musical et léger, conçu comme une fugue à quatre voix et dont les chapitres déroulent en alternance les vies de chaque personnage, elle permet à l’auteur de faire résonner ensemble trois époques, plusieurs cultures et d’accorder ces destins bouleversés par un même instrument.


Le mot de l'éditeur sur l'auteur :
Née dans une famille de musiciens, Marie Charvet étudie au conservatoire de musique de Strasbourg avant de s’orienter vers des études littéraires. Elle réalise aujourd’hui des ouvrages sur l’artisanat d’art pour un haut joaillier de la Place Vendôme. L’âme du violon est son premier roman.


Avis :
Un luthier de Brescia au 17ème siècle, un gitan virtuose du jazz manouche dans les années trente, une jeune femme peintre et sans ressources, un homme d’affaires mélomane et collectionneur d’instruments : ces personnages ont pour seul lien un violon d’exception qui va jouer un rôle essentiel dans leurs existences.

L’alternance de récits autour d’un unique objet qui traverse les lieux et les époques n’est pas un exercice inédit : pour ne citer que quelques exemples, Laetitia Colombani, Tracy Chevalier ou Jessie Burton s’y sont déjà prêtées. Pas d’effet de surprise donc quant à la construction de ce roman, dont on devine assez rapidement la trame et l’issue.

La thématique choisie est ici la musique, incarnée notamment par un violon et son luthier : occasion de se plonger dans un univers intéressant. Des quatre récits qui s’enchevêtrent, c’est celui de Giuseppe le luthier qui m’a le plus séduite. Même si le sujet n’est pas la spécialité de l’auteur, ses efforts de documentation lui ont permis de recréer avec pertinence l’ambiance de l’atelier et l’amour de l’artisan pour son travail.

En revanche, les autres parties du roman, trop sentimentales et pas assez crédibles, m’ont déçue : le personnage de Lucie m’a semblé fade, celui de Charles horripilant. Et puis, entre l’apprentissage de l’italien en dix jours qui permet à notre homme d’affaires de s’exprimer avec un bon accent et de déchiffrer, - certes avec difficulté -, des manuscrits en italien ancien, l’arrivée aux Etats-Unis de Lazlo le gitan en 1935 sans passer par Ellis Island et ses retrouvailles quasi immédiates avec son ami sur lequel il tombe quasiment par hasard, le récit prend quelques raccourcis afin de réussir à boucler l’intrigue.

Et c’est même l’agacement qui, à plusieurs reprises, a pointé son nez au cours de ma lecture, tant certains développements de l’histoire m’ont semblé convenus et presque caricaturaux.

J’attendais sans doute trop de ce roman qui m’a laissée sur ma faim. Il faut le lire comme une histoire simplement agréable, sans grande surprise, mais au style fluide et facile, pour un moment de détente sans prétention. (2/5)
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 847
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Charvet, Marie] L'âme du violon  Empty Re: [Charvet, Marie] L'âme du violon

Message par lalyre le Dim 26 Mai - 21:26

Canetille, le titre du roman m'aurait tentée, mais.... flower
lalyre
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 7153
Age : 87
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 06/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Charvet, Marie] L'âme du violon  Empty Re: [Charvet, Marie] L'âme du violon

Message par Cannetille le Dim 26 Mai - 21:31

Les avis sur ce livre sont en général positifs, d'où mes attentes et ma déception. Mais ce n'est que mon opinion...
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 847
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Charvet, Marie] L'âme du violon  Empty Re: [Charvet, Marie] L'âme du violon

Message par Sharon le Mar 23 Juil - 22:49

Canetille, je l'ai lu, et malheureusement, mon avis rejoint le tiens.

La lecture de ce roman n'a pas été désagréable, et globalement, elle fut intéressante. Globalement. Le problème, quand l'autrice décide de nous faire suivre le destin de quatre personnages, c'est que l'on s'attache à l'un d'entre eux plus qu'à d'autres. J'ai nettement préféré le vieux luthier italien, que j'aurai voulu accompagner constamment, lui et son élève, sans oublier Clara, sa protectrice, au caractère bien trempé : en fait, le caractère bien trempé, on le découvre au détour d'une lettre, partielle, traduite par une passionnée et il est dommage que ce personnage féminin n'ait pas été davantage approfondi. Oui, je n'ai pas vraiment trouvé de personnages féminins qui retiennent mon attention. Mina disparaît trop vite, Lucie ne sait pas vraiment ce qu'elle veut réellement faire de sa vie, passant son temps à procrastiner, et à boire pour se donner de bons prétextes pour ne pas se consacrer à la peinture. Sa grand-mère pourrait être sympathique, même si j'ai franchement du mal avec les personnes qui sacrifient tout, proches y compris, à la musique. Aure, la violoniste ? Elle est elle aussi mise à distance, objet de vénération, de passion de la part de Charles, personnage que je n'arrive pas à "voir" - d'ailleurs, à part Clara et Giuseppe,  je n'en "vois" aucun, pas même le violon. J'ai "cru voir" Charles, et découvert à la fin que j'avais raison.

Oui, un livre agréable, facile à lire, mais qui ne me laissera pas beaucoup de souvenirs.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 9230
Age : 41
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de lettres modernes/mes chats, la lecture, le cinéma, la généalogie
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars, littérature jeunesse
Date d'inscription : 31/10/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Charvet, Marie] L'âme du violon  Empty Re: [Charvet, Marie] L'âme du violon

Message par Cannetille le Jeu 25 Juil - 20:13

C'est bien ça Sharon : c'est un peu trop lisse et artificiel pour qu'on accroche vraiment, pas de vrai atome crochu avec les personnages... Dommage.
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 847
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Charvet, Marie] L'âme du violon  Empty Re: [Charvet, Marie] L'âme du violon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum