Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat

Aller en bas

Votre avis ?

[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_lcap0%[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_lcap0%[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_lcap100%[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_lcap0%[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_lcap0%[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_lcap0%[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  Empty [Mihaescu, Gib] La Femme chocolat

Message par Cannetille le Lun 9 Sep 2019 - 17:02

[Mihaescu, Gib] La Femme chocolat  La_fem11

Titre : La Femme chocolat (Femeia de ciocolată)
Auteur : Gib MIHAESCU
Traductrice : Gabrielle DANOUX
Parution : 1933 en roumain, 2014 en français
Pages : 96


Présentation de l'éditeur :  
Lucian Negrisor est amoureux de la femme chocolat. Passez votre chemin si vous êtes à la recherche des saveurs habituelles proposées dans une certaine littérature roumaine, où l'éveil des sens se contente d'évoquer les « spécificités nationales ». Quand il ne s'agit pas des privations ou pénuries de toutes sortes, la joie ou la jouissance découle de viandes et d'alcool labellisés cuisine nationale (mititei, sarmale, muraturi, dorobant, braga). La sensualité de ce bref roman, presque une longue nouvelle, réside dès le titre dans un goût plus raffiné, celui d'un produit de luxe pour l'époque (1924).

Le doux-amer du chocolat dénote les ambiguïtés de la conscience du personnage principal. « Toute-puissante sauvagerie de l'imaginaire enfantin » (Louis-René des Forêts) ou hallucination amoureuse proche d'une certaine forme de science-fiction ? Jeune Werther maladroit, il se balance entre deux femmes, entre le gouffre et le salon de mademoiselle Eleonora, ivre de sa seule couleur, il tient le lecteur en haleine encore bien après la fin du roman.


Un mot sur l'auteur :
Gib Mihaescu (1894 - 1935) fut l'un des romanciers les plus originaux de la Roumanie de l'Entre-deux-guerres. Mobilisé pendant la première guerre mondiale, il fut décoré pour bravoure. Parallèlement à sa carrière littéraire, il fut ensuite avocat et professeur de français. Il connut ses premiers succès avec le théâtre, mais sa plus grande contribution à la littérature roumaine est son oeuvre romanesque, remarquable pour les formes nouvelles qu'il y introduisit : le fantastique, la psychologie, l'érotisme jusqu'à l'obsession. Il mourut prématurément de maladie à quarante-et-un ans.


Avis :
Années trente en Roumanie. Negrisor, le narrateur, est un amoureux transi : incapable d’exprimer clairement ses sentiments, il cumule tellement les maladresses que son comportement en devient loufoque et cocasse, lui faisant rater toutes les occasions de bonne fortune qui se présentent à lui. Se réfugiant entre songes éveillés et velléités suicidaires, il n’en poursuit pas moins à sa façon le tendre objet de ses désirs : l’appétissante Eleonora à la peau couleur chocolat, amusée et incrédule, pas si indifférente en définitive, même si les incohérences de Negrisor semblent donner l’avantage à son détesté rival Modreanu.

Quel surprenant petit livre, à mi chemin entre la nouvelle et ce qu’on imaginerait facilement devenir une pièce de théâtre, et surtout, quel déconcertant personnage que Negrisor, que la lucidité fait constamment osciller entre désespoir et auto-dérision, et qui, au plus profond de son drame personnel, ne parvient jamais à être pris au sérieux. Pourtant, que d’imagination et de poésie dans la tête de ce clown malgré lui, véritables exutoires qui ne font que rendre encore plus illisibles les comportements de cet homme trop sensible et touchant.

Comment ne pas être tenté d’y voir certains traits de l’auteur, qui, comme l’explique la traductrice dans sa préface, rédigea « l’essentiel de l’oeuvre romanesque de son pays à son époque » , mais qui, jugé « discret, effacé », à la vie « sans relief », reste aujourd'hui méconnu ?

Incisif et moqueur, noir et sans illusion, imagé et poétique, novateur et flirtant parfois avec l’absurde, ce texte singulier révèle une plume qui méritait de sortir de l’oubli, ce à quoi contribue brillamment la traduction française de Gabrielle Danoux.

Merci à elle de m’avoir fait découvrir cette œuvre, au cours de ce qui est pour moi presque une première rencontre avec la littérature roumaine, si l’on excepte Eugène Ionesco.
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1003
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum