Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici

Aller en bas

Votre avis ?

[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_lcap50%[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_lcap0%[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_lcap50%[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_lcap0%[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_lcap0%[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_lcap0%[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Empty [Orange, Tommy] Ici n'est plus ici

Message par Cannetille le Dim 22 Sep 2019 - 12:50

[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Ici_n_10

Titre : Ici n'est plus ici (There There)
Auteur : Tommy ORANGE
Traductrice : Stéphane ROQUES
Parution : 2018 en américain (Harvill Secker), 2019 en français (Albin Michel)
Pages : 352


Présentation de l'éditeur :  
À Oakland, dans la baie de San Francisco, les Indiens ne vivent pas sur une réserve mais dans un univers façonné par la rue et par la pauvreté, où chacun porte les traces d’une histoire douloureuse. Pourtant, tous les membres de cette communauté disparate tiennent à célébrer la beauté d’une culture que l’Amérique a bien failli engloutir. À l’occasion d’un grand pow-wow, douze personnages, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, vont voir leurs destins se lier. Ensemble, ils vont faire l’expérience de la violence et de la destruction, comme leurs ancêtres tant de fois avant eux.

Débordant de rage et de poésie, ce premier roman, en cours de traduction dans plus d’une vingtaine de langues, impose une nouvelle voix saisissante, véritable révélation littéraire aux États-Unis. Ici n'est plus a été consacré « Meilleur roman de l’année » par l’ensemble de la presse américaine. Finaliste du prix Pulitzer et du National Book Award, il a reçu plusieurs récompenses prestigieuses dont le PEN/Hemingway Award.


Le mot de l'éditeur sur l'auteur :
Né en 1982, Tommy Orange a grandi à Oakland, en Californie, mais ses racines sont en Oklahoma. Il appartient à la tribu des Cheyennes du Sud. Diplômé de l’Institute of American Indian Arts, où il a eu comme professeurs Sherman Alexie et Joseph Boyden, il a fait sensation sur la scène littéraire américaine avec ce premier roman.


Avis :
A Oakland, en Californie, doit avoir lieu un grand pow-vow, festival culturel communautaire qui rassemblera quantité d’Amérindiens venus de tous les Etats-Unis, pour, notamment, une compétition de danses traditionnelles. Parmi les organisateurs et participants, une douzaine de personnages ignorent que leurs destins seront bientôt liés : comme autant de mèches ou de traînées de poudre dispersées mais convergeant à leur insu vers une commune explosion finale, leurs histoires individuelles ouvrent le récit, semblant d’abord de petites nouvelles dont le fil rouge serait le mal-être identitaire qui condamne leurs protagonistes d’origine indienne à la marginalisation, à l’alcoolisme, à la toxicomanie ou à la délinquance, mais où on s’apercevra bientôt que ces derniers ont bien plus de points communs qu’ils ne pourraient l’imaginer eux-mêmes, sans parler de la tragédie qui les attend.

Après une percutante et bouleversante introduction sur l’ethnocide des Indiens d’Amérique et la gageure que représente le fait d’être Amérindien aujourd’hui, la première moitié du livre ressemble à une juxtaposition d’exemples, d’extraits de vie criants d’authenticité, qui, s’ils peuvent risquer de perdre un tantinet le lecteur qui devra faire preuve de patience pour comprendre où on l’emmène, font toucher du doigt un marasme accablant et sans espoir.

Puis, les fils de toutes ces histoires commencent à s’entremêler pour dessiner un motif encore plus effroyable, comme si la gangrène avait fini par se développer sur tant de blessures négligées, amorçant une véritable bombe à retardement dont le lecteur, atterré, ne pourra plus qu’attendre l’explosion.

J’ai trouvé dans cette lecture une très forte proximité avec l’auteur camerounaise Alexandra Miano, qui, dans Les aubes écarlates, explique l’emprise de la violence en Afrique subsaharienne par le pourrissement inconscient d’un sentiment confus de honte et de perte d’identité, entretenu par l’absence de reconnaissance explicite par la communauté internationale des torts causés par la traite négrière et la colonisation.

Curieusement, les guerres indiennes et les massacres des populations d’Amérique ne figurent pas à ce jour parmi les génocides officiellement recensés par l’Organisation des Nations Unies.

La non-reconnaissance de la violence est une autre violence aux effets d’autant plus terribles que, parce qu’ils sont plus souterrains, on ne s’aperçoit pas qu’ils empêchent toute reconstruction :  « La plaie ouverte par les Blancs quand ils sont arrivés et ont pris ce qu’ils ont pris ne s’est jamais refermée. Une plaie non soignée s’infecte. Devient une plaie d’un type nouveau, de même que l’histoire de ce qui s’est réellement passé est devenue une histoire d’un nouveau type. Toutes ces histoires que nous n’avons pas racontées pendant si longtemps, que nous n’avons pas écoutées, font simplement partie de ce qu’il faut soigner. »

D’origine cheyenne, l’auteur sait de quoi il parle. Son discours dépasse toutefois largement la seule cause amérindienne : ce livre est un cri, un appel au droit d’exister, une incitation à oser enfin regarder la réalité en face de part et d’autre, à raconter le passé et les souffrances qui résultent encore aujourd’hui de toutes les colonisations, et qui font le lit actuel et futur d’explosions de violence incontrôlées et incontrôlables. Une lecture sombre et pas toujours facile, mais éloquente et admirablement menée, qui mérite qu’on s’y accroche et qui nous concerne tous. (3,5/5)
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1008
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Orange, Tommy] Ici n'est plus ici  Empty Re: [Orange, Tommy] Ici n'est plus ici

Message par lili78 le Lun 7 Oct 2019 - 16:33

Ici n’est plus ici est un roman choral avec une flopée de personnages, en quête d’identité et d’appartenance, dont chaque pas les mène vers ce même pow-wow où leurs destins vont s’embraser.

Dans sa préface, Tommy Orange revient sur l’histoire des natifs d’Amérique, de massacres commis, en dépouillement, de déplacement de population en spoliation.
«Il ne faut jamais s’abstenir de raconter notre histoire, et personne n’est trop jeune pour l’entendre. Nous sommes tous là à cause d’un mensonge. Le monde est fait d’histoires et de rien d’autre.»
Son roman est directement inspiré de la vie actuelle des Amérindiens d’Oakland, l’auteur dénonce la violence, l’alcool, et le mal être général de cette population.

Ici n’est plus ici est un formidable cri contre une injustice qui accable encore aujourd’hui.
lili78
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2629
Age : 47
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum