Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
Le Deal du moment :
NIKE Chaussures de running REVOLUTION 5 – Homme ...
Voir le deal
34.99 €

[Fossey, Didier] Congés mortels

Aller en bas

Votre avis

[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_lcap0%[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_lcap100%[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_lcap0%[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_lcap0%[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_lcap0%[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_lcap0%[Fossey, Didier] Congés mortels Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Fossey, Didier] Congés mortels Empty [Fossey, Didier] Congés mortels

Message par Sharon le Sam 30 Nov 2019 - 22:04

[Fossey, Didier] Congés mortels Cover175

Titre : Congés mortels
Auteur : Didier Fossey
Editions : Flamant noir
Nombre de pages : 296 pages

Présentation de l’éditeur :

Juillet 1936. Corbigny, dans la Nièvre.
Paul Perrin, alias « Le Bredin », un paysan, sillonne la campagne en quête de femmes qu’il agresse et tue. Peu cultivé, mais rusé, il échappe aux enquêtes de gendarmerie. La mobilisation de 1939 va lui éviter beaucoup d’ennuis…

Juillet 2006.
Un couple de randonneurs est retrouvé décapité sur un chemin, près de Clamecy, dans la Nièvre. L’une des victimes est le fils d’un magnat de la presse parisienne. Une autre femme disparait peu de temps après. L’affaire est confiée au commandant, Boris le Guenn, de la BAC parisienne, qui se rend sur place. Mais après quelques jours l’enquête ralentit. Les éléments trouvés ne correspondent à rien. C’est alors que Boris rencontre Fernand, l’ancien du village, celui qui perd la tête. Le vieil homme lui assure que « Le Bredin » est revenu et qu’il est le meurtrier. Le commandant va tenter d’établir un lien entre le passé sombre de la France de 1940 et l’affaire actuelle, sans imaginer jusqu’où cette enquête hors de Paris le mènera.

Et si les propos du vieillard avaient un sens ?

Mon avis :

Nous sommes ici devant une enquête retrouvée du commandant Le Guenn, c’est à dire qu’elle ne se situe pas après Artifices, mais entre Tr@que sur le Web et Ad Unum. Cela m’a permis de retrouver les « membres historiques » de son équipe, non sans une pointe de nostalgie pour moi (et donner envie de relire les deux tomes dont j’ai parlé plus haut, lire, c’est aussi relire). Dans Congés mortels, le fils d’un grand patron de la presse parisienne a été assassiné, et il va tout mettre en oeuvre pour retrouver l’assassin de son fils – et l’on se prend à souhaiter que toutes les familles de victime puissent avoir autant d’entregent pour permettre de débloquer tous les moyens, humains, financiers, afin de découvrir la vérité. Par conséquent, c’est le commandant Le Guenn qui se retrouve dans la Nièvre pour découvrir qui a tué Mathieu Joris et Hélène Lucas – ne jamais oublier le nom des victimes.
Comme si deux meurtres ne suffisaient pas, une femme est portée disparue – partie se promener, elle n’est jamais revenue. Puis, c’est un couple de campeurs qui meurt à son tour dans un incendie, pas si accidentel que cela. Si vous trouvez que cela commence à faire beaucoup, attendez de lire le second arc narratif que contient ce roman : nous nous retrouvons plongés soixante-dix ans en arrière, et là, déjà, un couple de vacanciers avait été tué, une femme avait disparu… La différence ? Le point de vue. Nous découvrons ce passé à travers les yeux de Paul, celui que tous considèrent comme le « Bredin », l’idiot du village, si vous préférez, celui que personne n’apprécie réellement, celui dont on ne se méfie pas vraiment, celui qui vit à l’écart depuis la mort de ses parents dans un incendie. Avec lui, nous allons revivre les années de guerre, d’un point de vue différent de ce que l’on voit souvent dans les romans contemporains. Non, je ne m’égare pas tandis que je remonte le temps avec Paul, avec Fernand aussi, son presque voisin au village : nous découvrons la guerre du point de vue du simple soldat, celui qui se retrouve en 1940 prisonnier en Allemagne et qui cherche comment s’en sortir, dans tous les sens du terme.
Les deux arcs narratifs se rejoindront-ils à soixante-dix ans d’écart ? Oui, parce qu’ils ont un point commun, en plus du lieu et de la similitude des meurtres : Fernand. Mari de la première disparue, il avait désigné Paul, le « bredin » comme le coupable, et en dépit du temps qui a passé, le pense toujours. Coïncidence ? La jeune femme disparue des années 2000 vit dans la maison, rénovée, du « Bredin », un de ses soldats disparus lors de la seconde guerre mondiale.
Et non, trop de coïncidences ne tue pas le suspens, ni la force de cette intrigue. C’est une formule que j’emploie souvent, mais pour trouver le coupable, il faut chercher dans le passé des victimes, ne surtout pas considérer celles-ci comme un numéro ou un corps désincarné. La vérité finit toujours par éclater. Avec beaucoup d’acharnement et de ténacité.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 10078
Age : 42
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum