Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
Le Deal du moment : -30%
Casque-micro sans-fil Sony pour PS4 + 1 jeu offert
Voir le deal
69.99 €

[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir

Aller en bas

Votre avis

[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_lcap0%[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_lcap100%[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_lcap0%[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_lcap0%[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_lcap0%[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_lcap0%[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Empty [Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir

Message par Sharon le Jeu Mar 26 2020, 18:50

[Buan, Hugo] Commissaire Workan - Tome 2 : Cézembre noir Couv4811

Titre : Commissaire Workan - tome 2 : Cézembre noir
Auteur : Hugo Buan
Editeur : édition du Palémon
Nombre de pages : 350 pages

Présentation de l’éditeur :

Que se trame-t-il à Cézembre, cette île mystérieuse de la côte bretonne ? Petite terre, riche d’Histoire et, interdite aux touristes. Cette question, Berty, tueur à gages intérimaire, vieux rocker parisien, tourmenté et endetté jusqu’au cou, ne se la pose pas. Sa cible il devra l’atteindre coûte que coûte. « Il n’y a pas un chat sur ce foutu rocher en plein hiver ! » lui avait dit Kolo. « C’est du billard ! », lui affirma-t-il. En effet, il n’y avait presque personne sur les dix-huit hectares de l’île. Hormis deux agents de la C.I.A., cinq officiers de la Police Judiciaire, un ancien para de Diên Biên Phu, des séminaristes et une famille d’accueil particulièrement troublante.

Mon avis :

Le commissaire Workan n’a pas de chance, non, vraiment pas. Rien ne va plus pour lui si tant est que quelque chose soit bien allé un jour. Il a eu l’idée formidable d’un séminaire pour… je crois qu’à la fin, il ne savait même plus pourquoi, tant il était dévasté par ce qui se passait. Il a beau trouver la situation anormale, il est le seul, et cela l’agace encore plus.

Jugez plutôt : lui et ses quatre policiers séminaristes se retrouvent à Cézembre, petite île au large de Saint-Malo, qui a été largement et abondamment bombardée pendant la seconde guerre mondiale : les allemands ne voulaient pas se rendre. Et quand je dis « bombardée », je parle de bombes au phosphore et au napalm. J’ajoute qu’en dépit de plusieurs campagnes de déminage, une partie de l’île est interdite d’accès – trop dangereuse, il reste des bombes qui n’attendent que cela, exploser. Autant vous dire que ce n’est pas vraiment un site touristique de référence, malgré la présence d’un restaurant. Aussi, le commissaire fait les comptes : ils sont 14 sur l’île, 14, alors qu’à la même période de l’année, un an plus tôt, et bien il n’y avait personne.

Et ce qui devait arriver arriva, immanquablement : un meurtre est commis. Nous, lecteurs, nous le savions depuis le début, parce qu’un tueur à gages était en route pour Cézembre, à cause de la colle, de Patrick Bruel et de l’amour. Oui, cela fait beaucoup de cause, surtout quand on est davantage un tueur improvisé qu’un réel tueur à gages, que l’on a l’impression de débarquer en pays hostile, dans lequel on risque de vous faire danser la gavotte et boire du lait ribot. Surtout, Berty découvre que la réalité est tout autre, que la « bonne » victime a été tuée, mais pas par lui, et que, avec la tempête, on ne capte rien, même pas au sommet de l’armoire de sa chambre (je propose, pour sa prochaine incarnation, qu’il devienne un vampire).

Bref, nous sommes dans un huis-clos îlien, avec un commissaire divisionnaire parfois joignable (il n’y a pas que les tueurs qui ont des soucis avec leur portable), des personnes qui se demandent bien comment tout cela a pu arriver, des histoires d’amour et de jalousie, des neurones qui fichent le camp et des preuves matérielles à foison, le tout prenant racine, comme très souvent, dans le passé des personnes réunis à Cézembre.

Et le futur ? Il s’annonce compliqué. Le commissaire Workan fait un choix simple, j’ai envie de dire un choix en conformité avec la loi et avec la justice. Je suis déjà convaincue, pour ma part, que la vengeance ne sert à rien. Montrer à quel point ceux qui ont préféré la vengeance à la justice avaient tort ne fera qu’aggraver leur situation.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 9878
Age : 42
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum