Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Gailly, Christian] Un soir au club

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Gailly, Christian] Un soir au club

Message par Invité le Ven 18 Sep 2009 - 18:13

Simon Nardis, ancien pianiste et homme marié, rencontre Debbie, ancienne chanteuse et tenancière du club de jazz « Le Dauphin vert ». Si « Nardis » est un thème musical de Miles Davis, « A Waltz for Debbie » en est un autre de Bill Evans… vous vous êtes amusé à crypter certaines mythologies du jazz.

Oui. Miles Davis n’est là que par le truchement de ce nom, Nardis, qui est le titre d’un thème qu’il s’est approprié mais qui a été composé par Bill Evans. J’ai d’ailleurs appris récemment que Nardis était l’anagramme du nom d’un musicien totalement inconnu que Miles Davis adorait et qui s’appelait Ben Sidran. J’ai effectivement travaillé sur la mythologie du jazz dont j’ai fait une petite histoire. J’ai beaucoup écouté le trio de Bill Evans des années 50-60 et j’ai utilisé le nom des musiciens que Simon découvre dans le club. Paul, c’est le batteur Paul Motian, Scott, c’est le bassiste Scott LaFaro, et Bill, c’est Bill Evans… J’en ai fait une espèce de double identité. Comme dans Be-Bop, c’est moi à vingt ans et moi à cinquante. Ici, Bill serait Bill Evans à vingt ans, en 1959 ou 60, et Simon cette espèce de fantôme ou de reflet déchu de ce que, hélas, est devenu quasiment Bill Evans à la fin de sa vie, bien qu’il ait toujours continué à jouer. Ce n’est peut-être pas très clair dans le roman, mais Simon et Bill, le jeune pianiste, c’est en réalité le même personnage. C’est Simon qui se regarde tel qu’il était à vingt ans. (Extrait d'une intervieuw accordée à Tocade pour la FNAC)


MON AVIS

j'ai vraiment étais séduite par cette histoire bien écrite, qui se lit trés vite..vous serez vite plongé dans l'univer d'un amoureux de jazz et de ses ambiances tamisées de fumée. ce jzzman aime le jazz, une femme et aprés une reconstruction, il replonge dans sa passion qui est sa vie;
j'ai beaucoup aimé, il frole le coup de coeur, il m'a fait planer pdt 24h..

8/10

existe en poche

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Gailly, Christian] Un soir au club

Message par Thot le Sam 19 Sep 2009 - 0:20

Blanche, Merci de rajouter le nom de l'éditeur ainsi que le nombre de pages.
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 37
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum