Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Tourgueniev, Ivan Serguei] Le journal d' un homme de trop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le journal d' un homme de trop, de Tourgueniev

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Tourgueniev, Ivan Serguei] Le journal d' un homme de trop

Message par Invité le Sam 14 Nov - 13:40

Le journal d' un homme de trop, de Tourgueniev





Le livre de poche collection Libretti, 89 pages - ISBN 978-2-253-14946-0 - 1.50 euros


Quatrième de couverture :

L' une des premières oeuvres de Tourgueniev. Publiée en Russie en 1850 dans la revue Les Annales de la patrie, cette nouvelle, forcément censurée, na paraîtra en volume que dix ans plus tard.
Un homme, encore jeune et malade, s' éteint peu à peu. Il emploie ses dernières forces à noter l' imminence de sa disparition tout en se remémorant les moments importants de sa vie.
Ainsi se dessine le tableau d' une société russe provinciale, médiocre et mortifère, parsemée d' évènements romanesques. La vanité de toute entreprise, la fragilité humaine et le sentiment de la mort envahissent ces pages merveilleusement écrites. Seul le sentiment de la nature apporte un apaisement fugitif à cette lutte contre l' inéluctabilité du destin.

Mon avis :

En lisant cette courte nouvelle j' ai eu l' impression de retrouver l' ambiance des souffrances du jeune Werther, symbole du romantisme absolu.

Le mourrant décide pour passer le temps et combler les dernières heures qui lui restent à vivre de rédiger un journal pour lui- même dans lequel il se rémémore sa médiocre vie d' insipide provincial. Désireux d' aller à l' essentiel et d' éviter tout sentimentalisme, il finit pourtant par s' attarder plus longuement sur quelques évènements qui ont jalloné sa courte existence et qui sont marquants à ses yeux. Son entreprise est de convaincre quiconque s' attarderait sur ses lignes qu' il n' a été qu' un homme superflu, un homme de trop, une stupide cinquième roue du carrosse... Se dresse alors le portrait d' un malheureux râté en amour et dans tout ce qu' il a pu approcher. En somme un homme que la nature n' aurait jamais du créer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum