Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Kertész, Imre] Etre sans destin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Kertész, Imre] Etre sans destin

Message par lalyre le Sam 17 Avr 2010 - 20:03

Être sans destin
Imre Kertész
Babel 2009
363 Pages



Résumé


Budapest en 1944,le narrateur alors âgé de quinze ans est séparé de ses parents et le voici enfermé dans un wagon à bestiaux avec d'autres gens, femmes, hommes et enfants qui ne savent ou ils vont. On leur a bien dit que c'était pour aller travailler mais l'inquiétude règne dans le wagon, bientôt la soif se fait sentir car il fait étouffant dans cette cage roulante, plusieurs jours passent ainsi, roulant vers l'inconnu. Enfin, le train s'arrête, on fait glisser les portes et c'est un lever de soleil magnifique qui accueille leur arrivée à Auschwitz-Birkenau.Tout paraît beau pour le narrateur, il voit des plates-bandes fleuries, s'étonne de constater qu'elles bordent d'étranges constructions. Mais étape par étape, le garçon découvre ce que vont être les journées à venir, une file à droite, une autre à gauche, celle de gauche pour les biens portants dont il fait partie, pas à pas on avance, tout d'abord la tonte, ensuite la désinfection, se mettre nu, la douche et le tatouage, ensuite les vêtements. C'est à ce moment que le narrateur comprend qu'ils sont dans un camp de concentration, ce qui fut sans doute le cas pour tous ses compagnons d'infortune. Ce sera surtout son cheminement pour survivre, sera transféré à Buchenwald et d'autres camps, revient à Auschwitz. Heureusement il en réchappera et lorsqu'il rentrera au pays qu'il ne reconnait pas, son père est mort dans un camp, sa maison est occupée, il ne retrouve plus rien d'autre que la commisération de ceux qui sont restés au pays et devra vivre dans l'absence de son destin avec toujours dans la tête l'odeur des cheminées qui fument et empestent, les cris d'horreur, ce qu'il a vécu dans un milieu de mort et d'anéantissement.

Mon avis
:

Très difficile de comprendre l'état d'esprit de ces gens qui ont échappé aux camps, leur cheminement pour survivre, mangeant les épluchures de pommes de terre pour ne pas mourir de faim, les plaies qui s'infectent, les souffrances subies et pourtant ils ont lutté, un pas et puis l'autre pour garder leur dignité, ils ne sont plus dans leurs corps, l'esprit s'évade car pensaient-ils... ils avaient sur le dos le destin de juif.
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5847
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum